Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
L'opposant Norbert Luyeye retrouvé enfin dans la prison de Makala

Monsieur Victor Kyanga Mulembwa toujours sans suiteMonsieur Victor Kyanga Mulembwa toujours sans suite

Selon l’hebdomadaire « La Gazette de l’Orient n°526 parue le 18 août 2016, il a tenu, au courant du mois d’août 2016, une conférence de presse au cours de laquelle il a souligné son ralliement au Rassemblement politique de l’opposition congolaise. Un jour après cette conférence, il a été brutalement interpellé par des éléments des forces armées.

Rostin Manketa, un des membres de ce regroupement politique, a indiqué que "Norbert Luyeye avait été pratiquement enlevé par des hommes en tenue militaire et sans mandat pour l’amener à un lieu de détention non identifiée. Pendant plus de deux semaines, personne ne savait dire où se trouvait Norbert Luyeye depuis qu’il avait été "enlevé" le dimanche en question vers 16 h, accompagné d'autres personnes qui étaient avec lui à sa résidence".

Au cours de cette rafle, plusieurs autres personnes qui assistaient à cette prise de parole du leader de l’Union des Républicains, avaient aussi été emmenés. C’est dans cette circonstance qu’on a signalé la disparition de Victor Kyanga – Mulembwa, Président de l’Association pour le soutien des actions K. (ASKA), qui avait été malheureusement présent à cette rencontre à la résidence de M. Luyeye au moment des faits. On reprocherait à ce dernier la double casquette politique.

De ce fait, son épouse, Mme Charis  Makenga-a-Dianda, en séjour au Canada pour une formation en Gestion des Projets et Planification, craint pour son retour au pays. Du reste, on avait signalé celle-ci comme ayant affiché publiquement ses accointances politiques avec les proches de sa famille dont Félix Tshisekedi, fils de l’opposant congolais, qu’elle avait rencontré en Belgique lors de son bref séjour.

Pour le directeur exécutif de la VSV, "dans le contexte actuel où la population congolaise se prépare au dialogue, il est important que les acteurs politiques contribuent à la décrispation du climat politique. Il y a déjà assez de prisonniers et détenus politiques, il ne faut pas en rajouter d'autres".

Rostin Manketa appelle "les autorités à tout mettre en œuvre pour la libération immédiate et sans condition" de toutes les personnes interpellées. 

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie