Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
L’Eglise catholique pose ses conditions pour sa participation au dialogue

Le message qu’on voulut faire passer les évêques, c’est d’abord un appel à participer au dialogue. Les évêques rappellent que depuis 2011 et la dernière présidentielle contestée, ils n’ont cessé d’appeler de leurs vœux l’ouverture d’un dialogue et qu’ils renouvellent cet appel. Que toutes les forces vives « privilégient l’intérêt supérieur de la République et apportent leur concours à la relance du processus électoral ».

Ce que demande l’Eglise catholique, c’est de donner une chance à un dialogue sincère et franc, mais la Cenco pose un cadre. D’abord, il faut que le dialogue soit inclusif et pour cela, disent les évêques, le gouvernement doit poursuivre les mesures de décrispation, libération de prisonniers politiques et réouverture des médias proches de l’opposition. Deuxième condition : le respect absolu de la Constitution et notamment de ses articles « verrouillés ». Les évêques précisent : les articles de la Constitution ayant trait au mandat présidentiel et à l’alternance démocratique.

Le dialogue inclusif et le respect absolu de la Constitution sont donc les conditions posées par la Cenco à sa participation au dialogue et dans son communiqué, la conférence épiscopale le précise bien, elle se réserve le droit de se retirer si ce cadre est violé. Les évêques souhaitent en tout cas que la communauté internationale et notamment le groupe de soutien fassent le suivi des recommandations issues du dialogue pour éviter de nouveaux blocages qui « résulteraient de la mauvaise foi de l’une ou l’autre des parties ».

En marge de cette déclaration, le président de la Cenco, monseigneur Marcel Utembi Tapa, évêque de Kisangani, a rencontré le chef de la Monusco, Maman Sidikou et le nonce apostolique, monseigneur Luis Mariano Montemayor. L’objectif est de coordonner les différentes initiatives de bons offices entre l’Eglise catholique et la mission onusienne.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.