Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Le Rassemblement politique en RDC a déposé sa plainte hier vendredi

Le Rassemblement a déposé, vendredi 23 septembre 2016 dans l’après-midi, sa plainte contre certaines autorités civiles et militaires du pays et d’autres cadres de la Majorité présidentielle au Parquet général de la République à Kinshasa. Etienne Tshisekedi, Président de ce regroupement et du Conseil des Sages n’a finalement plus fait le déplacement pour des raisons de sécurité, a dit Maitre Peter Kazadi, son conseiller juridique.

« Vous savez ce qui s’est passé les 19 et 20 septembre et les violences extrêmes qui ont occasionné beaucoup des morts. Le Président du Rassemblement Etienne Tshisekedi a décidé de porter plainte contre les autorités qui étaient censé assurer l’ordre public. Il a engagé un consortium d’avocats. La plainte a été déposée à peine 20 minutes, » a déclaré Jean-Claude Mvuemba, mandaté par Etienne Tshisekedi.

COMMUNIQUE N°001/ ASADHO/FBCP/2016

« Non à l’instrumentalisation de la justice congolaise »
L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, ASADHO, et la Fondation Billy Clinton pour la Paix, FBCP, sont très préoccupées par les déclarations faites par le Procureur Général de la République, Monsieur KABANGE NUMBI au sujet des poursuites qu’il entend engager contre les organisateurs des manifestations pacifiques du 19 au 20 septembre 2016.
En effet, en date du 21 septembre 2016, le Procureur Général de la République s’adressant à la presse, il a déclaré avoir instruit la police pour rechercher les organisateurs des manifestations du 19 au 20 septembre 2016 pour qu’ils répondent de leurs actes devant la justice. 
Pour rappel, les forces politiques et sociales acquises au changement avaient appelé la population à participer à la manifestation pacifique prévue le 19 septembre 2016 à travers tout le pays afin de rappeler à la CENI l’obligation qui lui incombe de convoquer le corps électoral trois mois avant l’élection du Président de la République.
Il nous revient de plusieurs sources que pendant que la manifestation se déroulait à Kinshasa et contre toute attente, la manifestation a été annulée et l’ordre a été donné par les autorités de disperser les manifestants. A cette occasion, les agents de la Police Nationale Congolaise et de la Garde Républicaine ont réprimée violemment dans le sang lesdits manifestants. 
Selon le recoupement d’informations fait par les enquêteurs de l’ASADHO et de la Fondation Billy Clinton pour la Paix, il est fait étant de plus de 100 personnes tuées, pillages, incendie et saccage des biens appartenant à des personnes privées ou à des institutions publiques. 
Il nous revient de plusieurs sources que plusieurs personnes dont les policiers, militaires de la Garde Républicaines et civiles ont été à la base des tueries, de pillage, incendie et saccage des biens mentionnés ci-dessus. 
Dans cette confusion provoquée par ceux qui voulaient disperser les manifestants, il est difficile de dire avec exactitude qui est l’auteur de toutes les violations des droits de l’Homme ci-dessus. 
Il est aussi injuste de désigner les organisateurs des manifestations du 19 et 20 septembre 2016 comme auteurs des actes de violence et des violations des droits de l’Homme.
Face à ce qui précède, l’ASADHO et le FBCP recommandent :
Ø Au Gouvernement de la République Démocratique du Congo de :

- Prendre des mesures pour s’assurer que les manifestations pacifiques sont organisées dans le respect de la Constitution et des Droits de l’Homme,

- Organiser une enquête indépendante pour identifier et traduire en justice toutes les personnes impliquées dans les violations des Droits de l’Homme du 19 au 20 septembre 2016 ;

Ø Au Procureur Général de la République de :

- Abstenir de tout acte de discrimination ou de traitement différent dans le cadre des violations des Droits de l’Homme du 19 au 20 septembre 2016 ;

- Etendre les enquêtes à toutes les personnes impliquées dans ces violations des droits de l’Homme quelle que soit son appartenance sociale, professionnelle ou politique.

Fait à Kinshasa, le 23 septembre 2016
ASADHO et FBCP
Pour tout contact, veuillez appeler :
Emmanuel Cole : Président de la FBCP
Téléphone : + 243 999957283
Jean Claude KATENDE : Président National de l’ASADHO
Téléphone : + 243 811729908

 

 

 

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie