Actualités : www.lappelafricain.com  / Géopolitique
Vladimir Poutine jette le gant aux USA, un ultimatum

Certains experts nucléaires affirment que l’accord était objectivement bénéfique pour la Russie. Peut-être. Je ne suis pas un expert dans ce domaine et il est difficile pour moi de juger de leur objectivité à partir de mon pays, en Afrique. En outre, ce qui est bénéfique du point de vue de l’industrie nucléaire peut être désavantageux du point de vue de la sécurité, dit-on.

En principe, on peut penser qu’il n’y avait pas de problèmes de sécurité particuliers. La Russie dispose d’un arsenal nucléaire suffisant, capable d’infliger un coup mortel aux États-Unis. Washington le reconnaît d’ailleurs. Il y avait aussi plus que suffisamment de matériel pour la production de nouvelles têtes d’ogives. Dans le cas d’échange de frappes nucléaires à grande échelle, la production d’un autre lot d’armes serait déjà redondant et, en effet, physiquement impossible. Le vrai problème serait de préserver physiquement les vestiges de la civilisation au moins au niveau de l’âge de pierre.

Quant à la Syrie, ce n’est pas la première fois, et ce n’est pas seulement en Syrie, que les États-Unis ne concluent des accords que pour perturber leur application et ensuite les conclure à nouveau. La forme de la réaction russe n’est évidemment pas comparable au rejet public de coopération de Washington qui, en réalité, reste encore à faire.

On pense que pour comprendre l’ampleur de cet incident, il est nécessaire de prêter attention au fait que Poutine n’a pas résilié purement et simplement un contrat signé par la Russie, il a annoncé la possibilité d’y revenir, mais il a fourni certaines conditions.

Regardons ces conditions: (1) les États-Unis doivent lever toutes les sanctions contre la Russie; (2) une compensation devrait être accordée, non seulement pour les pertes dues aux sanctions américaines, mais aussi pour les pertes subies à cause des contre-sanctions russes; (3) la Loi Magnitski devrait être abrogée; (4) la présence militaire des États-Unis en Europe de l’Est devrait être fortement réduite; et (5) les États-Unis devraient abandonner leur politique de confrontation avec Moscou. Un seul mot convient pour déterminer l’essence de la demande de Poutine : « ultimatum ».

Pour autant qu’on puisse se souvenir, la dernière fois que Washington a reçu un ultimatum, c’était de la part du Royaume-Uni, à cause de l’incident du navire Trent. Et ce fut en 1861 pendant la guerre civile américaine. Même alors, dans des conditions extrêmement difficiles, l’Amérique a accepté de répondre partiellement aux demandes britanniques.

Il convient de noter que les demandes britanniques en 1861 ne contenaient rien d’humiliant pour les États-Unis. Le capitaine d’un navire de la marine américaine avait en effet violé la loi internationale, arrêté des gens sur un navire neutre (britannique), et ainsi empiété sur la souveraineté du Royaume-Uni, provoquant presque une guerre. Ensuite, l’Amérique a désavoué les actions de son capitaine et libéré les prisonniers, tout en refusant de présenter des excuses.

Mais Poutine ne demande pas des excuses ou la libération de quelques prisonniers, il exige le changement de l’ensemble de la politique américaine, et plus encore, le versement de compensations à la Russie pour les pertes dues aux sanctions infligées injustement par les États-Unis. Ceci est une demande taboue, humiliante. Cette demande signifie essentiellement l’abandon complet et inconditionnel de la guerre hybride que Washington ne se résigne pas encore à considérer comme irrémédiablement perdue. Et il y a aussi tous les paiements des indemnités et des réparations.

Quelque chose de semblable a été, certes, demandé aux États-Unis par la Couronne britannique avant la fin de la guerre d’indépendance, quand les Américains étaient encore les sujets rebelles du roi George III. Mais au cours des 100 dernières années, personne n’a même imaginé parler à Washington sur un tel ton.

Et, donc, la première conclusion est : Poutine a délibérément et démonstrativement humilié les États-Unis. Il a montré qu’il est possible d’employer un ton dur avec les États-Unis, encore plus dur que celui que les États-Unis eux-mêmes ont pris l’habitude d’utiliser envers le reste du monde.

Comment cela se fait-il ? À quoi Poutine a-t-il réellement réagi ? Avait-il pensé que les États-Unis réaliseraient l’accord Kerry-Lavrov et est-il maintenant bouleversé par ce qui est arrivé ? La Russie savait aussi que Washington n’avait pas observé l’accord du plutonium pendant des années, mais Moscou en a tiré un grand profit pour son industrie nucléaire en devenant presque un monopole mondial et n’est manifestement pas perturbé par le retard technologique des États-Unis les empêchant de disposer d’armes au plutonium tel que stipulé dans l’accord.

La réaction dure et presque immédiate de la Russie a suivi les déclarations du porte-parole du secrétaire d’État annonçant que la Russie va devoir commencer à renvoyer chez elle dans des sacs mortuaires ses troupes en Syrie, va commencer à perdre des avions, et que les attaques terroristes vont commencer à empoisonner les villes russes.

En outre, la déclaration du Département d’État a été immédiatement suivie par l’annonce du Pentagone disant qu’il est prêt à lancer une frappe nucléaire préventive sur la Russie. Le ministère russe des Affaires étrangères a, de son côté, indiqué que Moscou connaît l’intention des États-Unis de lancer une guerre aérienne contre les forces gouvernementales syriennes, ce qui signifie aussi, bien sûr, contre le contingent russe stationné légalement en Syrie.

Que trouve-t-on d’autre à l’arrière-plan de l’ultimatum de Poutine ? Les exercices d’il y a six mois impliquant la défense aérienne et antimissile et les systèmes de missiles stratégiques qui se sont entrainés à repousser une attaque nucléaire contre la Russie, puis à lancer une contre-attaque correspondante. Ajoutez à ceci les exercices d’urgence des jours derniers, qui ont impliqué jusqu’à 40 millions de citoyens russes pour vérifier l’état de préparation des infrastructures et de la défense civile en cas de guerre nucléaire, et qui leur ont fourni des informations supplémentaires sur le plan d’action à suivre en cas d’« heure X ».

Si nous prenons tout cela ensemble, nous pouvons voir que les États-Unis essaient depuis longtemps, officieusement, d’effrayer la Russie avec un conflit nucléaire, et que Moscou a régulièrement laissé entendre qu’il est prêt à une telle éventualité et ne va pas reculer.

Toutefois, compte tenu de la fin du règne d’Obama et du manque de confiance absolue dans une victoire d’Hillary Clinton à l’élection présidentielle, les faucons de Washington ont décidé, une fois de plus, de parier plus gros. Aujourd’hui, les choses ont atteint une limite extrêmement dangereuse où le conflit en est arrivé au point où il peut se développer de façon indépendante. À ce stade, l’Armageddon nucléaire pourrait s’auto déclencher, à la faveur de n’importe quel incident résultant, par exemple, de l’incompétence de certains hauts responsables du Pentagone ou des administrateurs de la Maison Blanche.

À ce moment précis, Moscou a pris l’initiative de faire, de son côté, monter les enchères, mais en déplaçant la confrontation sur un autre plan. Contrairement à l’Amérique, la Russie ne menace pas de la guerre. Elle démontre tout simplement sa capacité à donner une réponse politique et économique dure qui en outre, en cas de comportement inapproprié des États-Unis, peut réaliser tout le contraire du rêve d’Obama : mettre en pièces l’économie et le système financier de Washington.

Par ces actions, la Russie compromet gravement le prestige international des États-Unis, en montrant au monde entier que l’Amérique peut être battue avec ses propres armes. Que le boomerang lui est revenu. Compte tenu de cette dynamique et de la tournure des événements, nous pourrions bien voir des centaines de représentants de l’élite américaine débarquer à La Haye, non seulement pendant notre vie, mais avant même que le prochain président américain ait servi son premier mandat de quatre ans à la Maison Blanche.

Les États-Unis sont face à un choix. Soit ils continueront leurs menaces et déclencheront une guerre nucléaire, soit ils accepteront le fait que le monde n’est plus unipolaire et commenceront à s’insérer dans le nouveau format.

Nous ne savons pas quel choix Washington va faire. L’establishment politique américain a un nombre suffisant de membres idéologiquement aussi aveugles qu’incompétents, prêts à brûler dans un feu nucléaire avec le reste de l’humanité, plutôt que de reconnaître la fin de l’hégémonie mondiale des États-Unis, qui s’est avérée être de courte durée, insensée et criminelle. Mais ils doivent faire un choix, parce que plus Washington prétend que rien ne s’est passé, plus le nombre de ses vassaux (qui sont appelés ses alliés, mais sont depuis longtemps enlisés dans la dépendance) vont ouvertement et explicitement ignorer les ambitions américaines et passer du côté des nouvelles perspectives d’arrangement du pouvoir mondial.

En fin de compte, les États-Unis pourraient se retrouver n’être plus qu’un des centres du monde multipolaire et en outre ne plus être en état d’assumer même ce rôle. Non seulement les Africains, les Asiatiques et les Latino-Américains, mais aussi les Européens ne seront que trop heureux de se venger sur l’ancien hégémon de leur ancienne humiliation. Et ils ne sont pas aussi humains ni épris de paix que la Russie.

Enfin, l’ultimatum de Poutine est une réponse à tous ceux qui ont été outrés que les chars russes n’aient pas pris Kiev, Lvov, Varsovie et Paris en 2014 et qui se demandaient ce que véritablement Poutine a dans la tête.

S’il faut répéter ce que la presse russe a écrit à l’époque. Si vous devez affronter l’hégémon mondial, il vous faut être sûr que vous serez capable de répliquer à n’importe laquelle de ses actions. L’économie, l’armée, la société, de même que l’État et les structures administratives devraient toutes être prêtes. Et si tout n’est pas entièrement prêt, il faut gagner du temps tout en se renforçant.

Maintenant, les choses sont claires et les cartes ont été mises sur la table. Voyons ce que les États-Unis vont répondre. Mais la réalité géopolitique ne sera plus jamais la même. Le monde a déjà changé. Les États Unis se sont vu publiquement jeter le gant et ils n’ont pas encore osé le ramasser.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Florence Marchal : «Nous poursuivons notre soutien à la mise en œuvre intégrale de l’accord du 31 décembre»

La Mission de l’ONU en RDC va continuer de soutenir en 2018 la mise en œuvre intégrale de l’accord de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), a déclaré mercredi 10 janvier sa porte-parole, Florence Marchal. Selon elle cet accord res
 
« Pays de merde » : le groupe africain à l’ONU réclame des excuses à Trump

Les ambassadeurs du groupe africain à l'ONU ont exigé vendredi, dans un communiqué au langage très fort, "rétractation" et "excuses" au président américain Donald Trump, condamnant ses propos "racistes" rapportés la veille sur l'immigration en pro
 
Kinshasa : Bruno Tshibala visite les lieux des sinistres après les pluies diluviennes

À la tête d’une forte délégation gouvernementale, Bruno Tshibala a fait la ronde de la ville de Kinshasa le 8 janvier, visitant les différents sites où les pluies  torrentielles ont causé la mort de 45 personnes, selon le bilan établi officiell
 
RDC: Leila Zerrougui nouvelle cheffe de la MONUSCO

C'est l'Algérienne Leila Zerrougui qui succédera à Maman Sidikou à la tête de la Monusco en RDC, la plus grande mission de maintien de la paix de l'ONU dans le monde. Elle doit prendre ses fonctions le 1er février prochain. Le secrétaire général
 
Rdc: les gouverneurs sollicitent le renforcement des régies financières provinciales

 
RDC: la FIDH dénonce la "planification" de massacres par des forces de sécurité et une milice

 
Monusco: 2017, une année difficile et complexe (Florence Marchal)

 
RDC/Senat : vote du projet de loi électorale

 
RDC : Tête à tête Joseph Kabila-Jean-Pierre Lacroix à Kinshasa

 
MONUSCO: au moins 14 casques bleus tués par des présumés rebelles ADF

 
UDPS/Tshibala : ouverture du deuxième congrès extraordinaire

 
RDC: le projet de loi électorale adopté à l’Assemblée nationale

 
UDPS/Tshibala : le congrès du parti en ligne de mire

 
MONUSCO : conférence de presse du 29 novembre 2017

 
MONUSCO : COMPTE-RENDU DE L’ACTUALITÉ AU COURS DE LA SEMAINE DU 15 AU 22 NOVEMBRE 2017

 
RDC : le Premier Ministre a déposé le projet de loi de finances pour l’exercice 2017 à l’Assemblée Nationale

 
MONUSCO:Conférence de presse du mrecredi 15 novembre 2017

 
RDC : après la publication, la Monusco dit étudier le calendrier électoral

 
RDC/ calendrier électoral : la Communauté internationale veille au grain

 
MONUSCO : Conférence de presse du 8 novembre 2017

 
RDC: un projet de loi sur les associations inquiète la société civile

 
La guerre en RDC fait grossir le flot des réfugiés en Zambie

 
Elections en RDC: le cobalt, raison des "pressions extérieures", selon Kinshasa

 
RDC : Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi gardent la main sur le Rassemblement

 
La dépouille du leader Etienne Tshisekedi reste en Belgique jusqu’à nouvel ordre

 
Blocage au centre-interdiocésain - Cenco : vers le plan " B " des Evêques ?

Comme on le sait, les pourparlers du Centre-interdiocésain entre la MP et l’Opposition radicale ("Rassemblement" et MLC) sont dans une impasse. L’élaboration des Arrangements particuliers qui doivent permettre la mise en œuvre de l’Accord global
 
Mme Ida Saywer, chercheuse de HRW, de retour en RD Congo

 
La MONUSCO ne confirme pas la présence des ex-rebelles du M23 en RD Congo

La Mission de stabilisation des Nations unies au Congo (MONUSCO) ne peut, à ce stade, confirmer ni infirmer la présence en RD Congo des ex-rebelles du Mouvement du 23 février (M23) basés au en Ouganda depuis qu’ils ont été défaits en 2013, a indi
 
Affaire M23 : Roger Lumbala dans le viseur du pouvoir

Le gouverneur du Nord-Kivu vient de tracer la voie. Au cours d’une prise d’armes improvisée afin d’habiller la cérémonie de présentation des éléments M23 à la 34ème région militaire à Goma, 4 personnes arrêtées ont été présentées ave
 
La majorité exige la part du lion dans le partage des postes en RDC

La famille politique du président Joseph Kabila et ses alliés demandent aux évêques catholiques, médiateurs, de tenir compte du poids politique de chaque camp dans la répartition des postes au sein du gouvernement qui sera issu de l’accord du 31 d
 
RD Congo : malgré l'Accord, un pays dans l'expectative

 
Guéguerre des mots au Congo Kinshasa

 
La gestion de la SCPT à nouveau menacée

Didier Musete administrateur directeur général de la Société congolaise des postes et télécommunications (SCPT), est un homme que tous les Congolais admirent pour avoir relevé, non seulement l’administration de la Poste centrale, mais aussi à re
 
La RD Congo dans une impasse politique !

Selon plusieurs analystes, la RD Congo est maintenant entrée dans une impasse totale. A l’opposition, incarnée par le Rassemblement, on relève que le pouvoir actuel n’a plus de vision. Il n’a plus que la force pour s’imposer dans la gestion de
 
L’ONU opposée à toute amnistie du chef milicien Gédéon en RDC

La position des Nations unies est claire, a déclaré à la presse José-Maria Aranaz, le directeur du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’Homme en RDC (BCNUDH) faisant part de l’opposition de l’ONU à toute possibilité d’amnistie e
 
Pourquoi un report des élections pourrait être justifié ?

 
Vladimir Poutine jette le gant aux USA, un ultimatum

 
Kabila marque un but litigieux, mais sera-t-il validé ?

 
Le Rassemblement politique en RDC a déposé sa plainte hier vendredi

 
ACAJ : Répression violente des manifestations et urgence d’une enquête internationale

L’ACAJ tient le Gouvernement congolais pour responsable de ces violations graves des droits de l’homme. Car, c’est celui qui a annulé à Kinshasa une manifestation déjà en cours sans avoir préalablement informé les organisateurs, ni tenir compt
 
Le Conseil de sécurité de l’ONU : « Les responsables des violences à Kinshasa doivent en répondre devant la justice »

Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné mercredi 21 septembre 2016 les récentes violences en RDC et a appelé les partis politiques et leurs partisans à s’abstenir de recourir à la violence et à régler leurs différends pacifiquement
 
Est de la RDC : le "dialogue national" ne résoudra rien (ex-rébellion M23)

 
RDC : le dialogue politique dans l’impasse

Entamé le 1er septembre, le dialogue national censé régler la crise politique au Congo bloque sur le boycott des principaux leaders et la légitimité du forum. Le dialogue politique est bien mal engagé à Kinshasa. Convoqué par le président Joseph
 
Un plan B en cas d’échec du dialogue national en RDC

« Jamais deux sans trois » dit-on et c’est vrai qu’il y a un plan-B en pleine gestation mais, faut-il trouver le temps quelque part ? S’il faut trouver la pierre philosophale pour concocter le troisième et si possible la Présidence à vie de Jos
 
L’Eglise catholique pose ses conditions pour sa participation au dialogue

En République démocratique du Congo, le dialogue politique, convoqué par le président pour préparer les prochaines élections, se tient toujours sans les principales forces de l'opposition. La Conférence des évêques (Cenco) participe aussi à ce d
 
L'opposant Norbert Luyeye retrouvé enfin dans la prison de Makala

La Voix des sans Voix qui a été saisie du cas de M. Luyeye, selon qu’il aurait pu être interpelé par les forces de l'ordre, a exigé sa libération immédiate. En effet, Norbert Luyeye (photo ci-dessus) est le président national de l'Union des Rép
 
Congo Brazza / RD Congo : La guerre de succession aura-t-elle lieu ?

A quelques encablures de la fin de mandat constitutionnel des chefs d’Etat des deux capitales les plus proches du monde, les interrogations au sujet de l’avenir politique de Sassou et Kabila font couler autant d’encre que de salive. Loin des camér
 
Mende, ministre congolais : « la France n’a pas à donner de bons points aux présidents africains »

La France n’a pas à donner de bons points ou de mauvais points aux dirigeants africains, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement de la République démocratique du Congo, Lambert Mende.
 
Kinshasa : quatre commandos échouent à attaquer la prison de Makala

 
Minaku, Matata, Kyungu, Mova, Mwando, Lumbi … chez Kabila

 
Goma: accalmie après l’attaque de l’aéroport

 
Ituri: les FARDC délogent les miliciens FRPI d’Aveba

 
Dialogue proposé par Kabila : L’UDPS se rétracte

En République démocratique du Congo devrait s'est ouvert samedi 30 mai un dialogue entre le président Joseph Kabila et les forces vives de la nation. Le chef de l'Etat va consulter toutes les composantes de la société congolaise, des chefs de confess
 
Assemblée nationale: l’opposition boycotte toujours les séances plénières

Les groupes parlementaires de l’opposition ont suspendu officiellement leur participation aux travaux de l’Assemblée nationale depuis presqu’un mois. Ils exigent qu’une option soit levée dans la gestion des motions de défiance ou de censure. Un
 
RDC: un cabinet présidentiel renouvelé pour le président Joseph Kabila

 
Vers l’imminence d’une confrontation Est – Ouest !

Soixante-quinze militaires britanniques arriveront en mars en Ukraine et seront déployés dans l'est du pays. Londres ne juge pas nécessaire pour le moment de fournir des armes à l'Ukraine, a affirmé jeudi le chef du Foreign Office. La livraison d’a
 
Généraux accusés d'exactions : Bras de fer entre l'ONU et le gouvernement de RDC

"Le délai de deux semaines initialement donné" pour écarter ces généraux accusés d'exactions par l'ONU "a expiré" et la Monusco "a effectivement mis fin à son soutien aux FARDC", a expliqué ce responsable sous couvert d'anonymat. "L'étape suivan
 
Qui tire les ficelles ? : Dr. MUKWEGE future président de la RD Congo !

Dr Denis Mukwege veut-il descendre sur le terrain politique ? Tout semble pourtant l’indiquer. Car, le médecin-directeur de l’hôpital général de Pangi donne l’impression de ne plus se contenter de ses instruments de médecine. Bien au contraire,
 
RDC : un calendrier électoral sous pression internationale

La Commission électorale (CENI) a annoncé la tenue des prochaines élections présidentielles et législatives le 27 novembre 2016. Un calendrier délivré « sous contrainte des bailleurs de fonds et des Etats-unis » pour Gaspard-Hubert Lonsi Koko, qu
 
La nouvelle loi électorale en RDC : qui trompe qui ?

Un avocat de profession, Me Jean-Marie Kabengela pour ne pas le citer, vient de relancer le débat autour de la très controversée nouvelle Loi électorale adoptée le dimanche 25 janvier 2015, sous forte pression populaire, par la Commission mixte parit
 
Des opposants politiques congolais invités aux USA

Vital Kamerhe est à la tête d’une forte délégation des opposants rd-congolais qui sont invités par l’ancien sous-secrétaire d’État américain chargé de l’Afrique qui mènent des lobbyings à l’international pour dénicher des nouveaux le
 
RDC : La MP de « Joseph KABILA » fragilisée

La majorité présidentielle de Joseph Kabila est fragilisée par la crise autour de la loi électorale. "Au sein de la majorité [. . . ] ils ne sont plus unis, c'est clair", juge un chercheur en philosophie politique à l'Université catholique du Congo
 
Un appel de Ban Ki-moon crée la zizanie chez les Kabilistes!

 
RDC : Matthieu 5, 9; Coran 49 versets 9-10

La Commission d’intégrité et médiation électorales (CIME) a appelé samedi 24 janvier 2015 à Kinshasa toutes les parties prenantes au processus électoral en RDC à « assumer leurs responsabilités et à rechercher la paix ». « Si nous voulons q
 
Assassinat politique : « Joseph KABILA » rate Francis KALOMBO

Le député de la majorité présidentielle, Francis Kalombo, s’est « exilé » en Europe après s’être « réfugié » durant cinq jours à la Monusco. Francis Kalombo s’est fait remarquer par son opposition à la modification de la loi électora
 
De la guerre froide à la guerre glaciale Washington se trompe de cible

Depuis le début de la crise ukrainienne, soit plus d’un an, les États-Unis ont joué un scénario conçu pour (1) réaffirmer le contrôle américain sur l’Europe en bloquant le commerce de l’UE avec la Russie, (2) pousser la Russie à la faillite
 
RDC : vives tensions autour du projet de modification de la loi électorale

L'examen du projet de loi controversé modifiant l'actuelle législation électorale en RDC a débuté lundi après-midi au Palais du peuple dans une ambiance houleuse. Une plénière sous haute tension après l'appel au rassemblement et au boycott des tr
 
Moïse Katumbi : le mystère de son absence vient de livrer ses secrets !

Ceci est indiscutable : Moïse Katumbi est parmi les personnalités les plus populaires de notre pays et à ce titre, il ne laisse personne indifférent ! Comment, d’ailleurs, peut-il en être autrement quand on sait qu’il est à la tête d’un véri
 
(Même) Malumalu s’oppose à une révision de la constitution en RDC!

Faut-il organiser les scrutins locaux avant la présidentielle et les législatives de 2016 en RDC ? Non, selon l’opposition, qui redoute un report de ces échéances nationales. Oui, dit le président de la Ceni, l’abbé Apollinaire Malumalu Muholong
 
La femme pas du tout bien représenté dans l’équipe gouvernementale Matata II

La publication du gouvernement Matata II suscite des réactions en sens divers surtout dans les milieux des femmes qui se disent sous-représentées et crient au non respect de la constitution qui prône pourtant la parité et l’égalité des chances.
 
Nouvelles sanctions antirusses: Obama très réticent

Dans le cadre de la récente visite d'Etat du président russe Vladimir Poutine en Inde, plusieurs contrats d'envergure ont été signés. Ainsi, l'Inde produira sous licence des hélicoptères russes Mi-17 et Ka-226T. Le groupe pétrolier russe Rosneft e
 
PTNTIC : Thomas Luhaka hérite de Kin Kiey un cabinet vidé de mobiliers…même des interrupteurs

 
A chaque président africain, un proverbe

A tout seigneur tout honneur ! Puisque l’Afrique se targue à juste titre d’honorer ses vieillards, commençons par Abdoulaye Wade, qui a perdu l’élection présidentielle au Sénégal face à Macky Sall.
 
Poutine toujours plus puissant qu'Obama selon le Magazine "Forbes"

 
Poutine prône un nouveau monde « multipolaire »

Quelle image peut-on garder des rencontres de l’Apec à Beijing et du G 20 à Brisbane, en Australie ? Pour certains observateurs, Poutine a été envoyé dans les cordes par Obama à Pékin comme à Brisbane. Et cela a obligé l’homme d’Etat russe
 
Possible glissement du calendrier établi par la Ceni

Le manque de financement et les retards accumulés dans l’organisation des élections menacent les scrutins locaux de 2015. Selon Nick Elebe (OSISA) « il faut tirer la sonnette d’alarme dès maintenant, après, il sera trop tard ».
 
Le M23 serait en passe de vouloir rééditer ses exploits

 
Une forte crise de confiance au Nord-Kivu !

Suite aux massacres à répétition de civils sans défense en territoire de Béni. La théorie sel
 
Beni : uniformes FARDC et Swahili bizarre chez les ADF/Nalu

Ceux qui suivent le procès des assassins présumés du colonel Mamadou Ndala, qui se tient à Beni
 
RDC — Election présidentielle en 2019?

 
Mugalu interdit de parole en public sur ordre formel de Kabila

 
A Kinshasa, le directeur de la prison centrale de Makala limogé

Le directeur de la prison centrale de Kinshasa, le colonel Kabisa a été limogé mercredi et rempla
 
Kamerhe d’accord pour dialoguer avec Kabila mais pas pour partager le pouvoir

La sous-secrétaire d’Etat adjointe américaine pour l’Afrique, Bisa Williams, en visite surpris
 
En visite surprise au Burkina, une responsable américaine rencontre Zida

 
Enfin, Kabila accepte le dialogue !

Joseph Kabila est favorable pour un dialogue avec l’opposition conduit par Etienne Tshisekedi et V
 
Washington reste catégorique : « deux mandats et c’est fini ! »

Linda Thomas-Greenfield réitère la position des Etats-Unis d’Amérique en cette période où qua
 
La transition : une nouvelle perspective proposée par le chargé d’affaires british à AUBIN Minaku

La communauté internationale cherche à tout prix à offrir au régime une voie de sortie honorable
 
Publication imminente du calendrier électoral global

La communauté internationale avait demandé à la Commission électorale nationale indépendante (C
 
RDC : la « galère » des FARDC en Centrafrique continue

Des soldats congolais de la Minusca dénoncent les mauvaises conditions d’exercice de leur mission
 
RDC : Refus de la communauté internationale a la révision constitutionnelle

Portée par la Majorité, la révision de la Constitution devient de plus en plus une gageure, sinon
 
Expulsion de Brazzaville : Kabila et Sassou annoncent la mise en place d’une commission d’enquête

 
EIIL, terroristes islamistes en Irak: une catastrophe fabriquée aux États-Unis

Le lancement d’une guerre aérienne américaine contre l’organisation État islamique d’Irak e
 
RDC : Nord-Kivu, les FARDC s’inquiètent de l’existence de nombreuses armes cachées

Un climat de méfiance règne actuellement entre les populations du territoire de Masisi et les FARD
 
FDLR : La fin de la récréation a sonné

La messe semble-t-elle avoir été dite pour que l’on commence déjà à composer les FDLR au pass
 
Suspendu de ses fonctions : Le président de la CSAC impliqué à la corruption

Le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), Jean Bosco Bah
 
RDC : Les évêques catholiques rejettent toute forme de révision de la Constitution

Fidèles à leur message de juin 2014 par lequel ils appelaient le peuple congolais à se mobiliser
 
Que peuvent les frappes aériennes contre l'État islamique ?

Ne pouvant contrer la puissance américaine, les djihadistes vont se replier en ville pour mener des
 
Affaire Ewanga : la défense promet de recourir à d’autres instances

 
L'Occident dégaine une nouvelle série de sanctions contre Moscou

Les sanctions "n'ont jamais apporté les résultats attendus", réplique Vladimir Poutine.
 
Affaire EWANGA : « KABILA » gifle KAMERHE

La justice de la RDC, manipulée par l'imposteur Tutsi rwandais " Joseph Kabila ", Hyppolite Kanambe
 
RDC : La révision constitutionnelle passe pour un pétard mouillé

Au regard de réactions qui fusent de partout, il y a lieu de déduire que le projet relatif à la r
 
RDC : Dialogue OUI, Mais pour le départ de « Joseph KABILA »

L'opposition exige le départ de Joseph Kabila, " S'il y aura dialogue, c'est pour discuter les moda
 
BRICS, puissant contrepoids à l’hégémonie de Washington

 
Katanga : Muyambo lâche une bombe

Sa position semble être celle des Katangais. En 2016, Joseph Kabila devra quitter le pouvoir. La pr
 
RDC: Confirmation de la mort du général Bahuma

 
RDC : Paul Mwilambwe bientôt entendu au Sénégal

Une information judiciaire a été ouverte par la justice sénégalaise contre le major congolais Pa
 
Les rêves d'un kabiliste : « KABILA » a était prédit dans la prophétie de Simon Kimbangu

 
Mais que diable les Américains reviennent-ils faire dans cette galère ?

Après bien des hésitations, les Américains ont finalement accentué leur soutien à la lutte cont
 
Politique et Stratégie du PNMLS