Actualités : www.lappelafricain.com  / Géopolitique
Vladimir Poutine jette le gant aux USA, un ultimatum

Certains experts nucléaires affirment que l’accord était objectivement bénéfique pour la Russie. Peut-être. Je ne suis pas un expert dans ce domaine et il est difficile pour moi de juger de leur objectivité à partir de mon pays, en Afrique. En outre, ce qui est bénéfique du point de vue de l’industrie nucléaire peut être désavantageux du point de vue de la sécurité, dit-on.

En principe, on peut penser qu’il n’y avait pas de problèmes de sécurité particuliers. La Russie dispose d’un arsenal nucléaire suffisant, capable d’infliger un coup mortel aux États-Unis. Washington le reconnaît d’ailleurs. Il y avait aussi plus que suffisamment de matériel pour la production de nouvelles têtes d’ogives. Dans le cas d’échange de frappes nucléaires à grande échelle, la production d’un autre lot d’armes serait déjà redondant et, en effet, physiquement impossible. Le vrai problème serait de préserver physiquement les vestiges de la civilisation au moins au niveau de l’âge de pierre.

Quant à la Syrie, ce n’est pas la première fois, et ce n’est pas seulement en Syrie, que les États-Unis ne concluent des accords que pour perturber leur application et ensuite les conclure à nouveau. La forme de la réaction russe n’est évidemment pas comparable au rejet public de coopération de Washington qui, en réalité, reste encore à faire.

On pense que pour comprendre l’ampleur de cet incident, il est nécessaire de prêter attention au fait que Poutine n’a pas résilié purement et simplement un contrat signé par la Russie, il a annoncé la possibilité d’y revenir, mais il a fourni certaines conditions.

Regardons ces conditions: (1) les États-Unis doivent lever toutes les sanctions contre la Russie; (2) une compensation devrait être accordée, non seulement pour les pertes dues aux sanctions américaines, mais aussi pour les pertes subies à cause des contre-sanctions russes; (3) la Loi Magnitski devrait être abrogée; (4) la présence militaire des États-Unis en Europe de l’Est devrait être fortement réduite; et (5) les États-Unis devraient abandonner leur politique de confrontation avec Moscou. Un seul mot convient pour déterminer l’essence de la demande de Poutine : « ultimatum ».

Pour autant qu’on puisse se souvenir, la dernière fois que Washington a reçu un ultimatum, c’était de la part du Royaume-Uni, à cause de l’incident du navire Trent. Et ce fut en 1861 pendant la guerre civile américaine. Même alors, dans des conditions extrêmement difficiles, l’Amérique a accepté de répondre partiellement aux demandes britanniques.

Il convient de noter que les demandes britanniques en 1861 ne contenaient rien d’humiliant pour les États-Unis. Le capitaine d’un navire de la marine américaine avait en effet violé la loi internationale, arrêté des gens sur un navire neutre (britannique), et ainsi empiété sur la souveraineté du Royaume-Uni, provoquant presque une guerre. Ensuite, l’Amérique a désavoué les actions de son capitaine et libéré les prisonniers, tout en refusant de présenter des excuses.

Mais Poutine ne demande pas des excuses ou la libération de quelques prisonniers, il exige le changement de l’ensemble de la politique américaine, et plus encore, le versement de compensations à la Russie pour les pertes dues aux sanctions infligées injustement par les États-Unis. Ceci est une demande taboue, humiliante. Cette demande signifie essentiellement l’abandon complet et inconditionnel de la guerre hybride que Washington ne se résigne pas encore à considérer comme irrémédiablement perdue. Et il y a aussi tous les paiements des indemnités et des réparations.

Quelque chose de semblable a été, certes, demandé aux États-Unis par la Couronne britannique avant la fin de la guerre d’indépendance, quand les Américains étaient encore les sujets rebelles du roi George III. Mais au cours des 100 dernières années, personne n’a même imaginé parler à Washington sur un tel ton.

Et, donc, la première conclusion est : Poutine a délibérément et démonstrativement humilié les États-Unis. Il a montré qu’il est possible d’employer un ton dur avec les États-Unis, encore plus dur que celui que les États-Unis eux-mêmes ont pris l’habitude d’utiliser envers le reste du monde.

Comment cela se fait-il ? À quoi Poutine a-t-il réellement réagi ? Avait-il pensé que les États-Unis réaliseraient l’accord Kerry-Lavrov et est-il maintenant bouleversé par ce qui est arrivé ? La Russie savait aussi que Washington n’avait pas observé l’accord du plutonium pendant des années, mais Moscou en a tiré un grand profit pour son industrie nucléaire en devenant presque un monopole mondial et n’est manifestement pas perturbé par le retard technologique des États-Unis les empêchant de disposer d’armes au plutonium tel que stipulé dans l’accord.

La réaction dure et presque immédiate de la Russie a suivi les déclarations du porte-parole du secrétaire d’État annonçant que la Russie va devoir commencer à renvoyer chez elle dans des sacs mortuaires ses troupes en Syrie, va commencer à perdre des avions, et que les attaques terroristes vont commencer à empoisonner les villes russes.

En outre, la déclaration du Département d’État a été immédiatement suivie par l’annonce du Pentagone disant qu’il est prêt à lancer une frappe nucléaire préventive sur la Russie. Le ministère russe des Affaires étrangères a, de son côté, indiqué que Moscou connaît l’intention des États-Unis de lancer une guerre aérienne contre les forces gouvernementales syriennes, ce qui signifie aussi, bien sûr, contre le contingent russe stationné légalement en Syrie.

Que trouve-t-on d’autre à l’arrière-plan de l’ultimatum de Poutine ? Les exercices d’il y a six mois impliquant la défense aérienne et antimissile et les systèmes de missiles stratégiques qui se sont entrainés à repousser une attaque nucléaire contre la Russie, puis à lancer une contre-attaque correspondante. Ajoutez à ceci les exercices d’urgence des jours derniers, qui ont impliqué jusqu’à 40 millions de citoyens russes pour vérifier l’état de préparation des infrastructures et de la défense civile en cas de guerre nucléaire, et qui leur ont fourni des informations supplémentaires sur le plan d’action à suivre en cas d’« heure X ».

Si nous prenons tout cela ensemble, nous pouvons voir que les États-Unis essaient depuis longtemps, officieusement, d’effrayer la Russie avec un conflit nucléaire, et que Moscou a régulièrement laissé entendre qu’il est prêt à une telle éventualité et ne va pas reculer.

Toutefois, compte tenu de la fin du règne d’Obama et du manque de confiance absolue dans une victoire d’Hillary Clinton à l’élection présidentielle, les faucons de Washington ont décidé, une fois de plus, de parier plus gros. Aujourd’hui, les choses ont atteint une limite extrêmement dangereuse où le conflit en est arrivé au point où il peut se développer de façon indépendante. À ce stade, l’Armageddon nucléaire pourrait s’auto déclencher, à la faveur de n’importe quel incident résultant, par exemple, de l’incompétence de certains hauts responsables du Pentagone ou des administrateurs de la Maison Blanche.

À ce moment précis, Moscou a pris l’initiative de faire, de son côté, monter les enchères, mais en déplaçant la confrontation sur un autre plan. Contrairement à l’Amérique, la Russie ne menace pas de la guerre. Elle démontre tout simplement sa capacité à donner une réponse politique et économique dure qui en outre, en cas de comportement inapproprié des États-Unis, peut réaliser tout le contraire du rêve d’Obama : mettre en pièces l’économie et le système financier de Washington.

Par ces actions, la Russie compromet gravement le prestige international des États-Unis, en montrant au monde entier que l’Amérique peut être battue avec ses propres armes. Que le boomerang lui est revenu. Compte tenu de cette dynamique et de la tournure des événements, nous pourrions bien voir des centaines de représentants de l’élite américaine débarquer à La Haye, non seulement pendant notre vie, mais avant même que le prochain président américain ait servi son premier mandat de quatre ans à la Maison Blanche.

Les États-Unis sont face à un choix. Soit ils continueront leurs menaces et déclencheront une guerre nucléaire, soit ils accepteront le fait que le monde n’est plus unipolaire et commenceront à s’insérer dans le nouveau format.

Nous ne savons pas quel choix Washington va faire. L’establishment politique américain a un nombre suffisant de membres idéologiquement aussi aveugles qu’incompétents, prêts à brûler dans un feu nucléaire avec le reste de l’humanité, plutôt que de reconnaître la fin de l’hégémonie mondiale des États-Unis, qui s’est avérée être de courte durée, insensée et criminelle. Mais ils doivent faire un choix, parce que plus Washington prétend que rien ne s’est passé, plus le nombre de ses vassaux (qui sont appelés ses alliés, mais sont depuis longtemps enlisés dans la dépendance) vont ouvertement et explicitement ignorer les ambitions américaines et passer du côté des nouvelles perspectives d’arrangement du pouvoir mondial.

En fin de compte, les États-Unis pourraient se retrouver n’être plus qu’un des centres du monde multipolaire et en outre ne plus être en état d’assumer même ce rôle. Non seulement les Africains, les Asiatiques et les Latino-Américains, mais aussi les Européens ne seront que trop heureux de se venger sur l’ancien hégémon de leur ancienne humiliation. Et ils ne sont pas aussi humains ni épris de paix que la Russie.

Enfin, l’ultimatum de Poutine est une réponse à tous ceux qui ont été outrés que les chars russes n’aient pas pris Kiev, Lvov, Varsovie et Paris en 2014 et qui se demandaient ce que véritablement Poutine a dans la tête.

S’il faut répéter ce que la presse russe a écrit à l’époque. Si vous devez affronter l’hégémon mondial, il vous faut être sûr que vous serez capable de répliquer à n’importe laquelle de ses actions. L’économie, l’armée, la société, de même que l’État et les structures administratives devraient toutes être prêtes. Et si tout n’est pas entièrement prêt, il faut gagner du temps tout en se renforçant.

Maintenant, les choses sont claires et les cartes ont été mises sur la table. Voyons ce que les États-Unis vont répondre. Mais la réalité géopolitique ne sera plus jamais la même. Le monde a déjà changé. Les États Unis se sont vu publiquement jeter le gant et ils n’ont pas encore osé le ramasser.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
La Fondation Pius MUABILU en action à KISENSO

Les élèves et écoliers de l'ITI DIZOLELE et l'EP TUTUMA dans la commune de KISENSO ont reçus plusieurs dons de la Fondation Pius MUABILU. Ces dons étaient composés des cahiers, livres ainsi que plusieurs matériels didactiques. Un bon nombres d'éco
 
1er octobre Journée international des personnes âgées. La fondation PIUS MUABILU passe à l'action

À l'occasion de la Journée internationale des personnes âgées, Cette journée qui est un moment unique et fraternel permettant de sensibiliser le grand public aux conditions de vie des personnes âgées qui souffrent de solitude, la Fondation Pius
 
UN VISIONNAIRE DU RENOUVEAU POLITIQUE EN RDC. Quid du leadership de l'honorable Pius MUABILU. Par Jean-Louis MUBIAY

L'honorable Pius MUABILU MBAYU MUKALA est connu au Congrès National Congolais "CNC"comme étant le PREMIER parmi les "justes", les " égaux " et les "travailleurs". Il prône toujours ce qui suit:
 
Enrôlement du Président National

Des milliers de ses camarades l'ont accompagné pour lui prouver la fidélité et l'attachement.
 
Agence des Zones Economiques Spéciales

L’Agence des Zones Economiques Spéciales (AZES) est un Etablissement public à caractère administratif et technique. Elle est dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Placée sous la tutelle du Ministre ayant l’Industr
 
Magazine sur Mbongi/FLRC

 
CONTEXTE DE CREATION DE MBONGI / FLRC

L’Organisation Néerlandaise de Développement(SNV)/ RDC, en conformité avec sa stratégie globale dans le monde, est en train de développer un nouveau canal de distribution de services, intitulé « Facilité Locale pour le Renforcement des Capacité
 
Pius Muabilu et le CNC payent le minerval des élèves démunis du complexe « La cruche d’Or »

L’honorable Pius Mubilu Mbayu Mukala, président national du Congrès National Congolais est venu mardi 20 Octobre 2015 à la rescousse du complexe scolaire « La cruche d’Or », situé dans le quartier communément appelé « Grand monde » à Kingab
 
Joseph KABILA lance le vol inaugural de Congo Airways à l’aéroport international de N’djili

Le président de la république, Joseph KABILA KABANGE a officiellement lancé le vol inaugural de la nouvelle compagnie aérienne congolaise « Congo Airways ». Et ce, conformément à son discours sur l’Etat de la Nation prononcé le 15 Décembre 201
 
Marche de soutien au président de la République Joseph KABILA à Idiofa

La population du territoire d’Idiofa dans la nouvelle province du Kwilu dit non aux pêcheurs en eau trouble. Ils affirment être prêts à barrer la route aux politiciens opportunistes qui veulent jeter un désarroi au Pays en discréditant le chef de
 
DOUBLE CEREMONIE A KIMBANSEKE : IMPLANTATION ET INVESTITURE DU COMITE CELLULAIRE DE LA 25eme CELLULE DE BASE DU CNC

La moisson continue son bonhomme de chemin au Congrès National Congolais. Ce parti politique gagne du terrain du jour le jour tant à Kinshasa qu’à travers toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. Le dimanche 31 Août 2015, la part
 
FINALE DU TOURNOIS NGALIEMA BEFORWARD : LE RESTOFAM SACRE CHAMPION

Le tournoi de football Ngaliema Beforward s’est clôturé en beauté le samedi 05 Septembre 2015 à Kinshasa la capitale de la République Démocratique du Congo. Ce tournoi organisé en muni championnat dont le nom veut dire « Ngaliema va toujours d
 
DEPUTATION PROVINCIALE : LE CONGRES NATIONAL CONGOLAIS ALIGNE PLUS DE 400 CANDIDATS AUX ELECTIONS PROVINCIALES.

A la veille de chaque scrutin en République Démocratique du Congo des partis politiques dont on n’a jamais entendu parler font surface pour donner de la voix au sujet des enjeux qui pointent à l’horizon. Et c’est souvent ces même partis ou forma
 
BRIGITTE MUABILU ENCOURAGE LES FEMMES PAYSANNES POUR L’AUTO PRISE EN CHARGE.

Brigitte MUABILU membre du bureau politique du Congrès National Congolais a échangé le mardi 04 Aout 2015 avec les femmes de la section CNC dans la commune de Mont-Ngafula. Cette rencontre qui a eu lieu à Kinshasa au siège national du parti, avait po
 
VISITE AU SIEGE NATIONAL DU PRESIDENT DE LA FEDERATION DU KATANGA ANCIENNE CONFIGURATION ET DU PRESIDENT URBAIN CNC/LIKASI.

Gabriel MWAMB NZENG, président fédérale du Congrès National Congolais de l’ancienne province du Katanga et René BANZA, président urbain du même parti à Likasi, toujours dans ce qui était jadis la province du Katanga avant le démembrement des p
 
TÊTE-A-TÊTE BUREAU POLITIQUE ET FÉDÉRAUX DE L’EX-KATANGA ET KASAÏ OCCIDENTAL.

Le président national du congrès national congolais ne déroge jamais à ses principes dans la gestion efficace au quotidien de sa formation politique. L’homme reste toujours convaincu qu’il faut disposer permanemment assez du temps pour prêter ore
 
WINNIE MUABILU ASSISTE LES ORPHELINS

Winnie MUABILU, fille biologique du président national du Congrès National Congolais et membre du dit parti, est allé rendre visite aux orphelins encadrés dans deux orphelinats de la ville province de Kinshasa le mardi 21 Juillet 2015. Il s’agit de
 
LE CONGRES NATIONAL CONGOLAIS COMMEMORE LE 30 JUIN, FETE DE L’INDEPENDANCE

Le congrès National Congolais est une réalité vivante dans le Kongo Central. Le CNC est de plus en plus visible dans cette province de la RDC. Il suffit de voir la mobilisation dont ce parti a fait montre à Matadi en cette journée du 30 Juin 2015 po
 
CNC : AUDIENCE PIUS MUABILU ET PRESIDENT FEDERAL CNC/ PROVINCE

Le Congés National Congolais se dit déterminé à affronter les élections imminentes en RDC, mais aussi rafler plusieurs sièges. Voilà qui justifie la présence du président fédéral de la Province Orientale, Abraham BOLIKI au siège national de so
 
Répertoire téléphonique des Présidents Fédéraux/CNC

 
L’ASSOCIATION GENERATION MWABILU S’AFFILIE AU CNC.

Le Congrès National Congolais ne cesse d’attirer du monde. Une nouvelle association de jeunes s’est affiliée à l’idéologie du député national le camarade Pius Mwabilu Mbayo Mukala.
 
ADHESION DES CONGOLAIS DE L’ETRAGER AU CNC

Grâce au système informatique « Siasa-pro » les idéaux du Congrès National Congolais traversent de plus en plus les horizons. Cette façon de faire la politique de manière professionnelle, prouve à suffisance que le Congrès National Congolais est
 
08 MARS AU CNC

Cette année 2015 à l’occasion de la journée internationale de la femme célébrée chaque 08 Mars ; les femmes du Congrès National Congolais ont réfléchi autour de leur autonomisation et participation politique de la femme congolaise.
 
Les mamans maraîchères de KINDELE reçoivent les matériels aratoires.

 
La délégation du CNC participe à un Culte de l’Eglise KIMBANGUISTE à MADIMBA.

La délégation du CNC a participé à la célébration de l’accident qu’avait connu Papa DIALUNGANA.
 
Les maraîchères de MADIMBA reçoivent les matériels aratoires

Les maraîchères de Madimba ont reçu les matériels aratoires, don du CNC par le truchement d’Alexis TSHAMALA, Secrétaire national chargé de la mobilisation.
 
A propos du Congrès National congolais « CNC »

Le Congrès National congolais « CNC » en sigle est créé en date du 31 Mars 2011, conformément aux lois et règlements en vigueur en République Démocratique du Congo. Il est agréé par l’Arrêté Ministériel n°082/2011 du 29 Juin 2011.