Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
L’ONU opposée à toute amnistie du chef milicien Gédéon en RDC

“La position des Nations unies est claire : Gédéon a été condamné pour des crimes contre l’humanité qui ne peuvent être amnistiés. La place de Gédéon c’est (à) la prison”, a indiqué à la presse M.. Aranaz.

“Il ne peut pas être amnistié parce qu’il n’y a pas d’amnistie possible pour les crimes contre l’humanité, a insisté le directeur du BCNUDH.

Arrêté, puis condamné à mort par la justice congolaise en mars 2009 pour “crimes de guerre, crimes contre l’humanité, mouvement insurrectionnel et terrorisme”, Gédéon est réapparu libre le 11 octobre à Lubumbashi, après son évasion en septembre 2011 de la prison de haute sécurité de Kasapa dans la périphérie de Lubumbashi (deuxième ville de la RDC), où il était incarcéré.

A la tête d’un groupe maï-maï (milice d’autodéfense) pendant la deuxième guerre du Congo (1998-2003), Gédéon avait d’abord refusé de rendre les armes.

Puis, il est sorti de la clandestinité le 11 octobre dernier lors d’une cérémonie officielle en son honneur à Lubumbashi “au nom de la paix”, après avoir déposé les armés.

“C’est une victoire pour le peuple congolais”, avait alors déclaré à l’AFP le général Philémon Yav, chef de la 22e région militaire.

Pour M. Aranaz, la reddition de Gédéon “est une très bonne nouvelle” pour le retour de la pai

x dans la région du Katanga mais “il faut qu’il rentre en prison”.

L’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW) avait appelé le 14 octobre les autorités congolaises à incarcérer Gédéon.

En RDC, un “cycle d’impunité” avait été lancé avec la réintégration dans l’armée de divers groupes rebelles à l’issue de la deuxième guerre du Congo (1997-2003) ou à la faveur de leur reddition dans les années qui ont suivi, avait rappelé HRW. Cette pratique a pris fin depuis la loi de réforme des forces armées en 2011.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du KASAI ORIENTAL en 2017

 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017

Rapport de Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.