Actualités : www.ecoleduseigneur.com  / L’appel au ministère
Historique | L’appel au ministère

En l’année 1988, vers 5h00’ du matin, alors qu’il entrait dans la chambre pour se coucher, déçus de ne pas avoir vu un signe venant du Seigneur Jésus-Christ, après qu’il eut passé toute la nuit à le lui demander ; le pasteur Donatien BUKASA, à cette époque frère Donat, fut rempli de colère et jeta sa bible sous son lit en décidant de ne plus la lire. C’est à ce moment qu’il fut une expérience inoubliable, lorsque soudain, il vit une grande lumière remplir toute sa chambre. De cette lumière une voix se fut entendre en l’appelant par son nom, lui demandant de s’agenouiller et de prier. Tombé sur ses genoux, il fut comme hypnotisé et incapable de faire un mouvement. Cette lumière se rassembla et devin un homme vêtu de blanc : un ange envoyé par le Seigneur.

L’ange s’entretint avec lui, disant : « Tu cherches à voir le Seigneur ; mais tu ne peux le voir avec ton corps, car il a un corps glorifié. Je suis envoyé pour te montrer la différence entre le corps céleste et le corps terrestre ». Puis il lui donna cette injonction : « Viens ! ». Soudain, le pasteur s’est vu sortir de son corps et revêtir un autre corps semblable à celui de l’ange, habillé en robe blanche avec une ceinture d’or sur sa taille. Il vît son corps (enveloppe terrestre), là à genoux, juste devant lui. Il demanda à l’ange de ne pas le retourner dans ce corps, car c’était très sale comparé à celui qu’il avait revêtu. Mais l’ange lui répondu : « Je ne suis pas venu pour ça. Et si je ne t’y retourne pas, dès qu’on te découvrira, on dira que tu es mort ». Puis il ajouta au frère : « Partons ». Ils se soulevèrent du sol, en vol rapide et se retrouvèrent au ciel, comme par téléportation. L’ange le guida et le fit visiter la salle de noce. Lorsqu’ils sortirent de la salle de noce, l’ange en ferma la porte et disparu.

Se retrouvant maintenant seul, le frère se mit à marcher, comme pour continuer sa visite. Il fit la rencontre de quelques apôtres qui avançaient vers lui, notamment Pierre, Jean et Jacques ainsi que la mère du Seigneur. Ils le prirent avec eux et marchèrent ensemble pendant que Pierre l’exhortait. Le Seigneur le rejoignit, leur disant : « La paix soit avec vous mes enfants ». Ils répondirent tous « Amen ». Le Seigneur saisit le frère par le poignet, lui montra quelque chose et lui demanda : « Que vois-tu ? ». – Des gens, répondit le frère. Le Seigneur reprit : « Que font-ils ? ». – Ils prient. Puis le Seigneur lui dit : « Vas leur dire de me chercher. Ils ne me cherchent pas, mais ils m’expriment leurs besoins. Moi, je vois le cœur et non les paroles seulement. Vas, et dis leur de me chercher ». Puis, le Seigneur arracha un verset dans la bible et le mit dans la main du frère, lui disant : « Ҫa, c’est ton cadeau ». Il relâcha le poignet du frère, et celui-ci se retrouva à genoux dans sa chambre. Il s’est mis à prier et à glorifier le Seigneur. 

Source : www.ecoleduseigneur.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
RDC: les laïcs catholiques veulent une marche pacifique le 31 decembre 2017

 
RDC : des centaines de milliers d'enfants souffrent de malnutrition

 
Pas de vie au Congo Kinshasa !

 
Effondrement d’un immeuble à Kinshasa : la famille des victimes exige des sanctions sévères

 
La RDC est-elle encore la capitale mondiale du viol ?

 
Kalamba Malandi encourt 20 ans de prison ferme pour tentative de viol sur mineure

Une affaire à dormir debout que celle d’un grand-père maternel qui tente de violer sa petite fille mineure de 16 ans. En effet, le sieur Kalamba Malandi, âgé de 65 ans et résidant au n° 4 de l’avenue Gemena, quartier Matadi Mayo, commune de Mont
 
La RDC va autoriser le départ de 32 enfants adoptés par des couples étrangers

La République démocratique du Congo est prête à autoriser le départ dès la semaine prochaine de 32 enfants congolais adoptés que des couples étrangers n'avaient pas pu récupérer suite à un gel des sorties décidé en 2013, a-t-on appris vendred
 
Tomberez-vous amoureux d'un(e) inconnu(e) avec ces 36 questions ?

A l'occasion de la Saint-Valentin, francetv info tente de percer les mystères de l'amour. Et si la solution pour tomber amoureux se trouvait au cœur d'une expérience psychologique menée dans les années 1990 ? L'expérience psychologique menée il y a
 
La fête cotérique des élus dans le gouvernement

Depuis des lustres, lorsque quelqu’un est nommé ministre en République démocratique du Congo (RDC), avant même qu’il n’entre en fonction et dévoile son programme d’activités, sa résidence est prise d’assaut par ses proches. C’est la gra
 
Beni : le lynchage par la foule, un autre mode vie

L'insécurité de Beni ne date pas d'aujourd’hui. Elle est récurrente depuis trois ans avant mêm
 
RDC: des centaines de magistrats en grève "illimitée" pour obtenir une hausse de salaire

 
Code de famille : Pas de mariage pour tous en RDC, tranche le Sénat

« Tout individu a le droit de se marier avec la personne de son choix, de sexe opposé et de fonde
 
RDC : L’émancipation de la femme est devenue une réalité ?

En République démocratique du Congo, gouverner n’est pas l’affaire des seuls hommes. Il est de
 
Démantèlement d’une filière de faussaires congolais de Brazzaville à Paris

 
RDC : La milice Bakata-Katanga menace d'exterminer les pygmées du Katanga

Bantous et pygmées s’affrontent régulièrement au Nord-Katanga malgré plusieurs efforts de réc
 
Remise des clés aux bénéficiaires du Programme « Esprit de vie » : Matata