Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
RD Congo : malgré l'Accord, un pays dans l'expectative

Les évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) Marcel Utembi et Fridolin Ambongo, lors de la reprise de la médiation entre l'opposition et le gouvernement en place, le 21 décembre 2016.

Alors que le président Kabila est toujours là, la RDC doit de nouveau faire face à ses contradictions politiques et ses incertitudes sociales et économiques. « On a été déçus quand on a appris que Joseph Kabila allait rester au pouvoir encore pendant un an, mais bon, on s'y est fait. On observe les politiques et on verra après », soupire, un tantinet amer, Alain, un habitant de Lemba, une des communes populaires de Kinshasa. À l'évidence, bien des Congolais, à l'instar d'Alain, ont eu du mal à avaler la pilule. Car à la place d'un carton rouge, c'est une prolongation d'un an à la tête du pays qui a été accordée au président Joseph Kabila, dans le cadre de l'accord signé le 31 décembre 2016 entre l'opposition regroupée autour du Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement, présidé par Étienne Tshsekedi, et des membres de la Majorité présidentielle, sous l'égide de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco). En outre, les dernières négociations de l'accord politique portant sur « les arrangements particuliers » avançant à petits pas, la question de savoir si le Rassemblement aurait dû aller négocier avec le régime de Kabila ou non, reste posée.

« Éteindre le feu et faire passer la pilule »

Sur ce plan, Thierry Nlandu, professeur à l'Université de Kinshasa et consultant, est formel : « On était dans un processus de mobilisation populaire qui allait aboutir et mettre fin à un système. Mais ce mouvement, semblable à celui du Burkina Faso qui a chassé Blaise Compaoré, a fait peur. On a brandi le spectre du chaos et face à cette menace, toutes les forces politiques sont entrées dans le jeu. Mais les Congolais vivent le chaos au quotidien depuis des années. On veut sauver la paix, mais il n'y a pas de paix depuis vingt ans. Dans l'est de la RDC, c'est la guerre avec arme et dans l'ouest, c'est une guerre sans arme. La situation sociale est telle que personne n'est en paix. On a l'impression que l'Église catholique n'a eu pour rôle que d'éteindre le feu et de faire passer la pilule. C'est comme si cette grande puissance ne voulait pas d'un soulèvement populaire qui mettrait fin à un régime comme celui-ci. »

Pour d'autres, l'accord est une victoire de la population, du Rassemblement et de la Cenco. « C'est la première fois qu'une opposition arrive à faire plier un régime en place en Afrique centrale », relève ce professeur de médecine de l'université de Lubumbashi. Pour Francis, un analyste politique congolais, la négociation était inévitable. « Les intérêts locaux, nationaux et étrangers sont si imbriqués que la seule option qu'il fallait prendre était une solution négociée. À Kinshasa, un mouvement populaire aurait peut-être pu obtenir le départ de Kabila mais rien ne prouve que l'opposition aurait pris le pouvoir. Il est difficile d'évaluer le coût de la violence et de son bénéfice éventuel et de prévoir qui aurait pu gagner dans cette affaire. »

L'opposition choisit finalement la négociation

Pour Jean-Jacques Wondo, un analyste politique congolais, si l'opposition avait pu faire l'économie d'une négociation, elle aurait montré sa position bien avant le 19 décembre 2016. Toutefois, deux problèmes ont, selon lui, fragilisé ces négociations. Primo, ces pourparlers ont débuté trop tôt. « Kabila avait peur de l'échéance du 19 décembre et d'un soulèvement populaire. Il aurait fallu le laisser mariner jusqu'au 31 décembre, tout en sachant qu'on finirait par des négociations. Ce qui aurait permis à l'opposition de négocier en position de force », assure Wondo. Secundo, l'absence de stratégie s'est doublée d'un déficit de communication. Avant le 19 décembre, le Rassemblement a encouragé la population à descendre en masse dans la rue pour indiquer à Kabila que le respect de la Constitution est sacré. Jusqu'à cette date, le ciment entre le Rassemblement et la population était solide.

Il a commencé à se lézarder quand l'opposition a pris une autre direction. « Le 19 décembre, jour symbolique, la population s'attendait à ce que les politiciens l'accompagnent dans son mouvement, mais cela n'a pas été le cas. Le Rassemblement a opté pour la négociation, brisant ainsi le « gentleman's agreement » qu'il avait scellé tacitement avec la population et il n'a pas expliqué clairement à cette dernière le pourquoi de sa nouvelle tactique », analyse Wondo. Du coup, la population, désorientée, est dans l'expectative et ne sait plus à quels saints se vouer. « Elle se demande ce qui se passe dans les négociations en cours, et si le respect de la Constitution qui doit aboutir à l'alternance politique est bien toujours au centre des préoccupations des politiques. »

Les défis politiques face aux multiples menaces

Aujourd'hui, le Rassemblement doit relever deux grands défis que sont l'organisation des élections d'ici à décembre 2017 et l'amélioration des conditions de vie. Un pari difficile à tenir pour des raisons financières et politiques. Le budget 2017 s'élève à 4,5 milliards de dollars, soit la moitié de celui de 2016. Autant dire que le gouvernement peinera à mener à bien ces missions et devra compter sur l'aide extérieure pour financer les opérations électorales. En outre, il ne pourra guère compter sur la majorité présidentielle pour appliquer l'accord dans les temps impartis. Ni sur celle de Samy Badibanga, l'actuel Premier ministre, qui n'a pas signé l'accord du 31 décembre et ne semble pas prêt à renoncer à son poste, obtenu à la suite du premier accord négocié sous la facilitation du Togolais Edem Kodjo.

Même au sein de l'opposition, les divergences sont également de nature à ralentir le processus. Alors que la Primature revient au Rassemblement, le choix du Premier ministre et la répartition des postes ministériels font l'objet d'âpres discussions. Ce qui fait dire aux Congolais que, « comme d'habitude, les politiques privilégient leur intérêt personnel au détriment de celui de la population ». Il y a également les multiples recettes destinées à déstabiliser le pays et, au passage, à retarder le processus électoral, que ne manqueront pas de concocter les experts en anti-alternance politique. On signale la réapparition dans la province du Nord-Kivu d'éléments du tristement célèbre mouvement rebelle du 23 mars, dit M23, autrefois dirigé par Laurent NKunda et conduit aujourd'hui par Sultani Makenga, un ex-général des Forces armées de RDC.

La société civile prête à exploser

Quelle qu'en soit l'origine, tout ce qui retardera le processus électoral peut être à l'origine d'explosions sociales. « Si les élections n'ont pas lieu dans les délais prévus, ce que l'on saura rapidement, les gens risquent de se rebeller », martèle Alain. Thierry Nlandu abonde dans le même sens : « On ne sait pas aujourd'hui quand sortira le gouvernement. Une fois sorti, ce dernier devra avoir l'aval du Parlement qui est acquis à la Majorité présidentielle et qui peut tergiverser pendant des semaines avant de se prononcer. On arrivera très vite en avril. Combien de temps restera-t-il pour organiser les élections ? Du coup, constatant que rien ne se passe, la population, excédée, risque de se retourner contre Joseph Kabila, toute la classe politique, et même contre l'Église. »

Une analyse partagée par Wondo : « Quand le Rassemblement se retrouvera à la tête d'un gouvernement d'union nationale, le désaveu risque d'être total si les choses ne se passent pas comme prévu. Il portera alors la responsabilité de l'échec. La colère et toute autre manifestation de désespoir peut déboucher sur des actions ciblées contre tout ce qui symbolise le pouvoir, peu importe contre qui, car il n'y aura plus d'opposition puisque tout le monde sera au pouvoir. »

Dans ce contexte, on peut craindre que les mouvements citoyens, dont les plus célèbres sont la Lucha et Filimbi (« sifflet » en langue swahili), qui ont fonctionné jusqu'à présent en tandem avec l'opposition radicale, ne soient amenés à se radicaliser. « Constatant les limites de leurs actions de revendication pacifiques, les jeunes seront tentés d'emprunter d'autres formes de pression plus contraignantes et imprévisibles », souligne Wondo. Et ce n'est pas la menace de la prison qui va les arrêter. Certains militants l'ont prouvé en reprenant la lutte dès leur sortie de prison. Dans ce contexte, une collusion avec la grande muette, les forces armées et des services de sécurité, en partie désarmés par crainte de mutineries, n'est pas à exclure. Dans ses rangs se trouvent des laissés-pour-compte aux conditions de vie difficiles.

L'indéboulonnable Kabila

L'hypothèse d'un coup d'État militaire est peu plausible pour Francis. « Dans la périphérie du régime, il n'y a pas de miliciens d'envergure qui ont la capacité militaire de défaire l'armée congolaise. La sécurité de Kabila est assurée par des armées étrangères (Rwanda, Ouganda et Tanzanie). Au niveau interne, le mode de vie des officiers est fragile, mais il a été amélioré par les cadeaux que leur a faits Kabila en les laissant exploiter des mines et prélever des taxes. Ces officiers n'ont donc pas intérêt à le défaire », note-t-il.

Reste à savoir si les mouvements citoyens peuvent jouer un rôle politique au niveau national. Pour l'heure, ce sont des structures indépendantes, avec un leadership collégial et éclaté, parfois contesté à l'intérieur du mouvement, et qui sont composés de jeunes. Une tranche d'âge dont on ne sait toutefois plus où elle s'arrête. « Ce n'est plus les 15-25 ans mais les 15-55 ans, car depuis des années, de plus en plus de Congolais ont en commun de n'avoir jamais eu un vrai boulot durable et de vivre encore chez leurs parents après 30 ans. Ils en ont marre », signale Nlandu. C'est d'ailleurs autour des problèmes socio-économiques que les jeunes leaders ont tissé un lien avec la population. Si leurs actions permettent à la population de rester vigilante et de faire pression sur la classe politique, ces mouvements n'ont souvent qu'une assise locale avec un leadership circonscrit. Mais tout porte à croire que de nouvelles dynamiques vont se mettre en place. « Loin de rester dans un schéma figé, ces mouvements seront tentés de s'étendre et de coopter des leaders capables de devenir les porte-étendards de leurs revendications sur le plan politique à l'échelle nationale », indique Wondo. Tout dépendra donc de leur capacité à se structurer et à orienter leurs revendications vers des objectifs stratégiques.

Vers une recomposition du paysage politique

La recomposition n'épargnera pas la classe politique dans son ensemble. Du côté de la Majorité présidentielle, les contradictions apparaissent de plus en plus au grand jour. La dernière pomme de discorde est la sortie officielle, le 4 janvier dernier, de l'Union du peuple congolais engagé (UPCE) créée par Jean-Claude Kabila Kyungu, un frère cadet de Joseph Kabila. Une annonce qui fait grincer les dents de certains membres du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). D'où les inévitables interrogations : qui sera le dauphin de Kabila ?

Son frère Zoé ? Si tel est le cas, quid des ténors du PPRD qui pouvaient reprendre le flambeau ? N'y a-t-il pas un risque de transhumance de militants du PPRD vers l'UPCE ? Et d'accaparement des ressources financières disponibles par ce dernier au détriment du PPRD ? Et l'amer constat : à quoi a servi le PPRD qui a permis l'élection de Kabila en 2006 et 2011 ? Si le positionnement de la famille Kabila en tant que dynastie se confirmait, rien n'exclut l'émergence d'une nouvelle dissidence à l'intérieur de la Majorité présidentielle. Autant de recompositions politiques à venir qui pourraient se faire au détriment du processus démocratique.

Le Rassemblement, de son côté, a bien des atouts, notamment celui de fédérer plusieurs leaderships locaux, dont celui de Moïse Katumbi dans l'ex-Katanga et celui d'Olivier Kamitatu dans l'ex-Bandundu, auquel s'ajoute le leadership historique de Tshisekedi, président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Ce qui lui donne une couverture nationale. Mais des inconnus demeurent. Actuellement à l'étranger et inculpé pour « atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'État », l'ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, la bête noire de Kabila, pourra-t-il rentrer au pays et se présenter à la présidentielle ? Si ce n'est pas le cas, quel sera le candidat de l'opposition ? Le principe d'une candidature unique de l'opposition survivra-t-il aux éventuels combats d'ego ? Mais le Rassemblement a aussi de gros défis. Il faut très vite que la population légitime son gouvernement, l'accord signé le 31 décembre 2016 ayant été davantage obtenu sous la pression de la communauté internationale et légitimé par l'extérieur que le résultat d'une demande populaire. Outre les défis liés à la gouvernance, dans un gouvernement d'union nationale où les ministres de la Majorité présidentielle ne lui feront pas de cadeaux, il devra affiner sa stratégie et mieux communiquer sur ses actions et les enjeux.

Changement

Dans cet avenir incertain, aux contours flous, où les acteurs politiques restent peu contrôlables, une certitude demeure. Les principes démocratiques, articulés autour de la lutte pour l'alternance politique et la défense de la Constitution, qui ont fondé les dynamiques socio-politiques autour du Rassemblement, n'ont pas disparu. La population, qui s'est approprié ce processus et ses valeurs, veille au grain. « L'aspiration au changement restera constante même si on peut s'attendre à des phases de flottement », pense Wondo.

Dans ce contexte, la marge de manœuvre de Kabila n'est pas aussi importante qu'on pourrait le croire. Ni celle du Rassemblement. Car les lignes bougent en permanence et la véritable opposition n'est plus incarnée par les partis politiques mais par une jeunesse dont le mécontentement et les aspirations au changement sont immenses. Reste à savoir quelle force ou quelle fédération de forces sera capable de récupérer ses revendications et d'arriver à asseoir l'alternance politique.

 

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
RDC : Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi gardent la main sur le Rassemblement

 
La dépouille du leader Etienne Tshisekedi reste en Belgique jusqu’à nouvel ordre

 
Blocage au centre-interdiocésain - Cenco : vers le plan " B " des Evêques ?

Comme on le sait, les pourparlers du Centre-interdiocésain entre la MP et l’Opposition radicale ("Rassemblement" et MLC) sont dans une impasse. L’élaboration des Arrangements particuliers qui doivent permettre la mise en œuvre de l’Accord global
 
Mme Ida Saywer, chercheuse de HRW, de retour en RD Congo

 
La MONUSCO ne confirme pas la présence des ex-rebelles du M23 en RD Congo

La Mission de stabilisation des Nations unies au Congo (MONUSCO) ne peut, à ce stade, confirmer ni infirmer la présence en RD Congo des ex-rebelles du Mouvement du 23 février (M23) basés au en Ouganda depuis qu’ils ont été défaits en 2013, a indi
 
Affaire M23 : Roger Lumbala dans le viseur du pouvoir

Le gouverneur du Nord-Kivu vient de tracer la voie. Au cours d’une prise d’armes improvisée afin d’habiller la cérémonie de présentation des éléments M23 à la 34ème région militaire à Goma, 4 personnes arrêtées ont été présentées ave
 
La majorité exige la part du lion dans le partage des postes en RDC

La famille politique du président Joseph Kabila et ses alliés demandent aux évêques catholiques, médiateurs, de tenir compte du poids politique de chaque camp dans la répartition des postes au sein du gouvernement qui sera issu de l’accord du 31 d
 
RD Congo : malgré l'Accord, un pays dans l'expectative

 
Guéguerre des mots au Congo Kinshasa

 
La gestion de la SCPT à nouveau menacée

Didier Musete administrateur directeur général de la Société congolaise des postes et télécommunications (SCPT), est un homme que tous les Congolais admirent pour avoir relevé, non seulement l’administration de la Poste centrale, mais aussi à re
 
La RD Congo dans une impasse politique !

Selon plusieurs analystes, la RD Congo est maintenant entrée dans une impasse totale. A l’opposition, incarnée par le Rassemblement, on relève que le pouvoir actuel n’a plus de vision. Il n’a plus que la force pour s’imposer dans la gestion de
 
L’ONU opposée à toute amnistie du chef milicien Gédéon en RDC

La position des Nations unies est claire, a déclaré à la presse José-Maria Aranaz, le directeur du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’Homme en RDC (BCNUDH) faisant part de l’opposition de l’ONU à toute possibilité d’amnistie e
 
Pourquoi un report des élections pourrait être justifié ?

 
Vladimir Poutine jette le gant aux USA, un ultimatum

 
Kabila marque un but litigieux, mais sera-t-il validé ?

 
Le Rassemblement politique en RDC a déposé sa plainte hier vendredi

 
ACAJ : Répression violente des manifestations et urgence d’une enquête internationale

L’ACAJ tient le Gouvernement congolais pour responsable de ces violations graves des droits de l’homme. Car, c’est celui qui a annulé à Kinshasa une manifestation déjà en cours sans avoir préalablement informé les organisateurs, ni tenir compt
 
Le Conseil de sécurité de l’ONU : « Les responsables des violences à Kinshasa doivent en répondre devant la justice »

Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné mercredi 21 septembre 2016 les récentes violences en RDC et a appelé les partis politiques et leurs partisans à s’abstenir de recourir à la violence et à régler leurs différends pacifiquement
 
Est de la RDC : le "dialogue national" ne résoudra rien (ex-rébellion M23)

 
RDC : le dialogue politique dans l’impasse

Entamé le 1er septembre, le dialogue national censé régler la crise politique au Congo bloque sur le boycott des principaux leaders et la légitimité du forum. Le dialogue politique est bien mal engagé à Kinshasa. Convoqué par le président Joseph
 
Un plan B en cas d’échec du dialogue national en RDC

« Jamais deux sans trois » dit-on et c’est vrai qu’il y a un plan-B en pleine gestation mais, faut-il trouver le temps quelque part ? S’il faut trouver la pierre philosophale pour concocter le troisième et si possible la Présidence à vie de Jos
 
L’Eglise catholique pose ses conditions pour sa participation au dialogue

En République démocratique du Congo, le dialogue politique, convoqué par le président pour préparer les prochaines élections, se tient toujours sans les principales forces de l'opposition. La Conférence des évêques (Cenco) participe aussi à ce d
 
L'opposant Norbert Luyeye retrouvé enfin dans la prison de Makala

La Voix des sans Voix qui a été saisie du cas de M. Luyeye, selon qu’il aurait pu être interpelé par les forces de l'ordre, a exigé sa libération immédiate. En effet, Norbert Luyeye (photo ci-dessus) est le président national de l'Union des Rép
 
Congo Brazza / RD Congo : La guerre de succession aura-t-elle lieu ?

A quelques encablures de la fin de mandat constitutionnel des chefs d’Etat des deux capitales les plus proches du monde, les interrogations au sujet de l’avenir politique de Sassou et Kabila font couler autant d’encre que de salive. Loin des camér
 
Mende, ministre congolais : « la France n’a pas à donner de bons points aux présidents africains »

La France n’a pas à donner de bons points ou de mauvais points aux dirigeants africains, a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement de la République démocratique du Congo, Lambert Mende.
 
Kinshasa : quatre commandos échouent à attaquer la prison de Makala

 
Minaku, Matata, Kyungu, Mova, Mwando, Lumbi … chez Kabila

 
Goma: accalmie après l’attaque de l’aéroport

 
Ituri: les FARDC délogent les miliciens FRPI d’Aveba

 
Dialogue proposé par Kabila : L’UDPS se rétracte

En République démocratique du Congo devrait s'est ouvert samedi 30 mai un dialogue entre le président Joseph Kabila et les forces vives de la nation. Le chef de l'Etat va consulter toutes les composantes de la société congolaise, des chefs de confess
 
Assemblée nationale: l’opposition boycotte toujours les séances plénières

Les groupes parlementaires de l’opposition ont suspendu officiellement leur participation aux travaux de l’Assemblée nationale depuis presqu’un mois. Ils exigent qu’une option soit levée dans la gestion des motions de défiance ou de censure. Un
 
RDC: un cabinet présidentiel renouvelé pour le président Joseph Kabila

 
Vers l’imminence d’une confrontation Est – Ouest !

Soixante-quinze militaires britanniques arriveront en mars en Ukraine et seront déployés dans l'est du pays. Londres ne juge pas nécessaire pour le moment de fournir des armes à l'Ukraine, a affirmé jeudi le chef du Foreign Office. La livraison d’a
 
Généraux accusés d'exactions : Bras de fer entre l'ONU et le gouvernement de RDC

"Le délai de deux semaines initialement donné" pour écarter ces généraux accusés d'exactions par l'ONU "a expiré" et la Monusco "a effectivement mis fin à son soutien aux FARDC", a expliqué ce responsable sous couvert d'anonymat. "L'étape suivan
 
Qui tire les ficelles ? : Dr. MUKWEGE future président de la RD Congo !

Dr Denis Mukwege veut-il descendre sur le terrain politique ? Tout semble pourtant l’indiquer. Car, le médecin-directeur de l’hôpital général de Pangi donne l’impression de ne plus se contenter de ses instruments de médecine. Bien au contraire,
 
RDC : un calendrier électoral sous pression internationale

La Commission électorale (CENI) a annoncé la tenue des prochaines élections présidentielles et législatives le 27 novembre 2016. Un calendrier délivré « sous contrainte des bailleurs de fonds et des Etats-unis » pour Gaspard-Hubert Lonsi Koko, qu
 
La nouvelle loi électorale en RDC : qui trompe qui ?

Un avocat de profession, Me Jean-Marie Kabengela pour ne pas le citer, vient de relancer le débat autour de la très controversée nouvelle Loi électorale adoptée le dimanche 25 janvier 2015, sous forte pression populaire, par la Commission mixte parit
 
Des opposants politiques congolais invités aux USA

Vital Kamerhe est à la tête d’une forte délégation des opposants rd-congolais qui sont invités par l’ancien sous-secrétaire d’État américain chargé de l’Afrique qui mènent des lobbyings à l’international pour dénicher des nouveaux le
 
RDC : La MP de « Joseph KABILA » fragilisée

La majorité présidentielle de Joseph Kabila est fragilisée par la crise autour de la loi électorale. "Au sein de la majorité [. . . ] ils ne sont plus unis, c'est clair", juge un chercheur en philosophie politique à l'Université catholique du Congo
 
Un appel de Ban Ki-moon crée la zizanie chez les Kabilistes!

 
RDC : Matthieu 5, 9; Coran 49 versets 9-10

La Commission d’intégrité et médiation électorales (CIME) a appelé samedi 24 janvier 2015 à Kinshasa toutes les parties prenantes au processus électoral en RDC à « assumer leurs responsabilités et à rechercher la paix ». « Si nous voulons q
 
Assassinat politique : « Joseph KABILA » rate Francis KALOMBO

Le député de la majorité présidentielle, Francis Kalombo, s’est « exilé » en Europe après s’être « réfugié » durant cinq jours à la Monusco. Francis Kalombo s’est fait remarquer par son opposition à la modification de la loi électora
 
De la guerre froide à la guerre glaciale Washington se trompe de cible

Depuis le début de la crise ukrainienne, soit plus d’un an, les États-Unis ont joué un scénario conçu pour (1) réaffirmer le contrôle américain sur l’Europe en bloquant le commerce de l’UE avec la Russie, (2) pousser la Russie à la faillite
 
RDC : vives tensions autour du projet de modification de la loi électorale

L'examen du projet de loi controversé modifiant l'actuelle législation électorale en RDC a débuté lundi après-midi au Palais du peuple dans une ambiance houleuse. Une plénière sous haute tension après l'appel au rassemblement et au boycott des tr
 
Moïse Katumbi : le mystère de son absence vient de livrer ses secrets !

Ceci est indiscutable : Moïse Katumbi est parmi les personnalités les plus populaires de notre pays et à ce titre, il ne laisse personne indifférent ! Comment, d’ailleurs, peut-il en être autrement quand on sait qu’il est à la tête d’un véri
 
(Même) Malumalu s’oppose à une révision de la constitution en RDC!

Faut-il organiser les scrutins locaux avant la présidentielle et les législatives de 2016 en RDC ? Non, selon l’opposition, qui redoute un report de ces échéances nationales. Oui, dit le président de la Ceni, l’abbé Apollinaire Malumalu Muholong
 
La femme pas du tout bien représenté dans l’équipe gouvernementale Matata II

La publication du gouvernement Matata II suscite des réactions en sens divers surtout dans les milieux des femmes qui se disent sous-représentées et crient au non respect de la constitution qui prône pourtant la parité et l’égalité des chances.
 
Nouvelles sanctions antirusses: Obama très réticent

Dans le cadre de la récente visite d'Etat du président russe Vladimir Poutine en Inde, plusieurs contrats d'envergure ont été signés. Ainsi, l'Inde produira sous licence des hélicoptères russes Mi-17 et Ka-226T. Le groupe pétrolier russe Rosneft e
 
PTNTIC : Thomas Luhaka hérite de Kin Kiey un cabinet vidé de mobiliers…même des interrupteurs

 
A chaque président africain, un proverbe

A tout seigneur tout honneur ! Puisque l’Afrique se targue à juste titre d’honorer ses vieillards, commençons par Abdoulaye Wade, qui a perdu l’élection présidentielle au Sénégal face à Macky Sall.
 
Poutine toujours plus puissant qu'Obama selon le Magazine "Forbes"

 
Poutine prône un nouveau monde « multipolaire »

Quelle image peut-on garder des rencontres de l’Apec à Beijing et du G 20 à Brisbane, en Australie ? Pour certains observateurs, Poutine a été envoyé dans les cordes par Obama à Pékin comme à Brisbane. Et cela a obligé l’homme d’Etat russe
 
Possible glissement du calendrier établi par la Ceni

Le manque de financement et les retards accumulés dans l’organisation des élections menacent les scrutins locaux de 2015. Selon Nick Elebe (OSISA) « il faut tirer la sonnette d’alarme dès maintenant, après, il sera trop tard ».
 
Le M23 serait en passe de vouloir rééditer ses exploits

 
Une forte crise de confiance au Nord-Kivu !

Suite aux massacres à répétition de civils sans défense en territoire de Béni. La théorie sel
 
Beni : uniformes FARDC et Swahili bizarre chez les ADF/Nalu

Ceux qui suivent le procès des assassins présumés du colonel Mamadou Ndala, qui se tient à Beni
 
RDC — Election présidentielle en 2019?

 
Mugalu interdit de parole en public sur ordre formel de Kabila

 
A Kinshasa, le directeur de la prison centrale de Makala limogé

Le directeur de la prison centrale de Kinshasa, le colonel Kabisa a été limogé mercredi et rempla
 
Kamerhe d’accord pour dialoguer avec Kabila mais pas pour partager le pouvoir

La sous-secrétaire d’Etat adjointe américaine pour l’Afrique, Bisa Williams, en visite surpris
 
En visite surprise au Burkina, une responsable américaine rencontre Zida

 
Enfin, Kabila accepte le dialogue !

Joseph Kabila est favorable pour un dialogue avec l’opposition conduit par Etienne Tshisekedi et V
 
Washington reste catégorique : « deux mandats et c’est fini ! »

Linda Thomas-Greenfield réitère la position des Etats-Unis d’Amérique en cette période où qua
 
La transition : une nouvelle perspective proposée par le chargé d’affaires british à AUBIN Minaku

La communauté internationale cherche à tout prix à offrir au régime une voie de sortie honorable
 
Publication imminente du calendrier électoral global

La communauté internationale avait demandé à la Commission électorale nationale indépendante (C
 
RDC : la « galère » des FARDC en Centrafrique continue

Des soldats congolais de la Minusca dénoncent les mauvaises conditions d’exercice de leur mission
 
RDC : Refus de la communauté internationale a la révision constitutionnelle

Portée par la Majorité, la révision de la Constitution devient de plus en plus une gageure, sinon
 
Expulsion de Brazzaville : Kabila et Sassou annoncent la mise en place d’une commission d’enquête

 
EIIL, terroristes islamistes en Irak: une catastrophe fabriquée aux États-Unis

Le lancement d’une guerre aérienne américaine contre l’organisation État islamique d’Irak e
 
RDC : Nord-Kivu, les FARDC s’inquiètent de l’existence de nombreuses armes cachées

Un climat de méfiance règne actuellement entre les populations du territoire de Masisi et les FARD
 
FDLR : La fin de la récréation a sonné

La messe semble-t-elle avoir été dite pour que l’on commence déjà à composer les FDLR au pass
 
Suspendu de ses fonctions : Le président de la CSAC impliqué à la corruption

Le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), Jean Bosco Bah
 
RDC : Les évêques catholiques rejettent toute forme de révision de la Constitution

Fidèles à leur message de juin 2014 par lequel ils appelaient le peuple congolais à se mobiliser
 
Que peuvent les frappes aériennes contre l'État islamique ?

Ne pouvant contrer la puissance américaine, les djihadistes vont se replier en ville pour mener des
 
Affaire Ewanga : la défense promet de recourir à d’autres instances

 
L'Occident dégaine une nouvelle série de sanctions contre Moscou

Les sanctions "n'ont jamais apporté les résultats attendus", réplique Vladimir Poutine.
 
Affaire EWANGA : « KABILA » gifle KAMERHE

La justice de la RDC, manipulée par l'imposteur Tutsi rwandais " Joseph Kabila ", Hyppolite Kanambe
 
RDC : La révision constitutionnelle passe pour un pétard mouillé

Au regard de réactions qui fusent de partout, il y a lieu de déduire que le projet relatif à la r
 
RDC : Dialogue OUI, Mais pour le départ de « Joseph KABILA »

L'opposition exige le départ de Joseph Kabila, " S'il y aura dialogue, c'est pour discuter les moda
 
BRICS, puissant contrepoids à l’hégémonie de Washington

 
Katanga : Muyambo lâche une bombe

Sa position semble être celle des Katangais. En 2016, Joseph Kabila devra quitter le pouvoir. La pr
 
RDC: Confirmation de la mort du général Bahuma

 
RDC : Paul Mwilambwe bientôt entendu au Sénégal

Une information judiciaire a été ouverte par la justice sénégalaise contre le major congolais Pa
 
Les rêves d'un kabiliste : « KABILA » a était prédit dans la prophétie de Simon Kimbangu

 
Mais que diable les Américains reviennent-ils faire dans cette galère ?

Après bien des hésitations, les Américains ont finalement accentué leur soutien à la lutte cont
 
Politique et Stratégie du PNMLS