Actualités : www.lappelafricain.com  / Economie
Dépréciation accélérée du Franc congolais

La crise économique se sent à plein nez maintenant au Congo bien entendu suite à l’interminable crise politique qui s’enlise.

Pour ce faire, le pays traverse une crise monétaire grave avec une dépréciation sans arrêt de la monnaie locale, le franc congolais. D'après les chiffres officiels disponibles, la monnaie locale a perdu déjà 30% depuis 2016 face au dollar. Une dégringolade monétaire qui se ressent dans le pays tel un coup de massue, la RDC étant un pays qui importe presque tous ses besoins de première nécessité. Coûtant 900 francs congolais il y a un an, aujourd'hui le dollar coûte 1.250f, soit 138,9% d'augmentation.

« Il n'y a pas si longtemps, on achetait le sac de haricots à 900 francs par exemple, un prix assez bas, constate sur le marché  Simba Zikida. Aujourd'hui, le sac revient à 1 500 francs ! Le sac de riz Makoma coûte aujourd'hui 40 000 francs congolais. En dollars, le prix n'a pas changé, c'est toujours 30 dollars, mais en francs congolais c'est bien plus cher », témoigne un congolais embarrassé par la situation.

Pour lui, les congolais ont déjà perdu 20% au moins de leur pouvoir d'achat et il faut vite trouver une solution pour éviter le pire, si ce n'est pas encore le cas. Cependant les autorités congolaises ont tout fait pour que la situation ne vire pas au rouge. La banque centrale de la RDC n'a cessé depuis lors de mettre périodiquement quelques dollars sur le marché. Insuffisant, juge un professeur d’université. Selon lui, même si la Banque centrale continue d'éjecter ces billets, elle n'arrivera pas à arrêter la chute de sa monnaie.

« Le montant avec lequel intervient la Banque centrale est insignifiant. Aujourd'hui, les réserves en devises étrangères de la RDC représentent moins d'un mois d'importations. Le pays n'a jamais atteint trois mois de réserves, le niveau requis internationalement. Aujourd'hui, il faut laisser le taux de change fluctuer au gré des marchés », recommande-t-on.

Une fois encore la chute des cours en cause

La situation de crise économique et monétaire en RDC n'est pas inédite par rapport à ce qui se passe ailleurs dans d'autres pays. Avec une économie dépendante à 95% des revenus des exportations des matières premières dont le cuivre et le pétrole, l'Etat congolais souffre de la chute des cours de ces dernières années. Les dollars ne pénètrent donc pas suffisamment dans le pays.

Pourtant la RDC est obligée d'utiliser plus que grandement les dollars pour ses importations. Ce qui provoque une inadéquation qui est à la source du problème monétaire. Ce que la banque centrale du pays tente de résoudre en appelant les banques commerciales à des efforts. Un appel reçu qu'à moitié par ces dernières.

« Elles doivent immobiliser des francs congolais de manière à juguler le volume de la monnaie nationale en circulation et par conséquent contribuer à la stabilisation du taux. Mais ce sont des francs qu'elles ne peuvent pas utiliser à autre chose et ce sont des francs qui ne rapportent rien non plus, donc le coût pour les établissements est important.

Les banques commerciales ont payé en 2016 le prix fort de la politique monétaire. Vous ne pouvez pas compenser un déficit économique par des mesures de stricte politique monétaire. Cela ne marche qu'un temps », réplique Yves Cuypers, directeur général de la Banque Commerciale du Congo.

Malgré tout, toujours dans sa démarche pour trouver une solution, le week-end dernier, la Banque centrale du Congo a décidé de doubler son taux directeur, passant de 7 à 14%, une action qui devrait renforcer la valeur de la monnaie. Inefficace jusqu'à ce jour. Mais il semble que la situation peut toujours être sauvée. « On n'a pas encore atteint le niveau critique de l'inflation, elle est encore soutenable ». observe-t-on dans les milieux des économistes. 

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du KASAI ORIENTAL en 2017

 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017

Rapport de Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.