Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Blocage au centre-interdiocésain - Cenco : vers le plan " B " des Evêques ?

La pomme de discorde actuelle est le mode désignation du Premier ministre et le partage des ministères de souveraineté entre les deux camps. Désormais, les Pères-Evêques, qui continuent à siéger au centre-interdiocésain depuis plusieurs mois pour poursuivre la médiation, cachent à peine leur dépit face à ce nouveau blocage. 
Ils ne comprennent pas les attitudes ambigües des politiciens congolais qui n’ont pas de parole d’honneur et qui retournent la veste à tout bout de champ pour remettre en cause, le lendemain, les positions considérées comme déjà acquises par la médiation. Avec comme conséquence de voir le processus politique des négociations directes refaire, malheureusement marche-arrière.

A ce jour, par l’impasse actuelle, les Pères-Evêques sont en train de faire l’amère expérience de ces hommes politiques congolais qui n’ont aucun souci de l’intérêt général. Dans ce cas, tous les observateurs lucides sont d’avis qu’on est en train de s’acheminer irréversiblement vers le plan "B" des Pères-Evêques, afin d’imposer la sortie de crise par d’autres voies. D’autant que l’Accord, sans ses pendentifs, des annexes appelées "Arrangements particuliers" est un chiffon. 
Or, c’est à cet objectif que la mauvaise foi des politiciens est en train d’évoluer. Toutes les conditions sont réunies pour le recours au plan "B" des Pères-Evêques quand les protagonistes sont incapables de s’accorder sur la répartition des ministères de souveraineté et le mode de désignation du Premier ministre.

S’exprimant devant la presse avant-hier, Monsieur l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général ai de la CENI, harcelé par les journalistes sur le plan "B", a soutenu qu’il est de la discrétion des Evêques. Toutefois, en cas de l’activation du plan "B", en cas d’un blocage persistant, les Evêques feront une déclaration solennelle au peuple congolais et à la Communauté internationale pour dégager leur responsabilité pour la suite des événements. Là où la quasi-totalité des Congolais ont les yeux tournés vers le Centre-interdiocésain, d’où ils attendent la sorte de l’auberge.

Il en est de même de la Communauté internationale. On sait, selon certaines sources, que le plan "B" des Pères-Evêques de la CENCO préconiserait la mise de la RDC sous tutelle internationale pendant la période allant de la fin du mandat de Joseph Kabila, le 19 décembre 2016 jusqu’à l’élection du nouveau Président de la République par des élections supervisées par l’ONU.

C’est la mise de la RDC sous mandat de l’ONU. Ce qui passerait par une Résolution du Conseil de sécurité de mise sous tutelle internationale. 
Cette formule mettrait en veilleuse toutes les Institutions électives de l’Etat (Président de la République, Parlement, Gouvernement central, Assemblées provinciales et Gouvernements provinciaux). Mais on n’est pas encore là. 
Les Congolais, qui siègent actuellement au centre-interdiocésain, ont encore la capacité de se surpasser pour aller au-delà de leurs égos inutilement surdimensionnés. Ils devraient ainsi apprêter, dans les meilleurs délais, les "Arrangements particuliers" sous la facilitation des Pères-Evêques de la CENCO

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie