Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Elections en RDC: le cobalt, raison des "pressions extérieures", selon Kinshasa

Le gouvernement congolais a dénoncé mercredi "une avalanche de pressions extérieures sur son processus électoral" dictées selon lui par la "convoitise" que suscite à l'étranger les "immenses ressources naturelles stratégiques" de la République démocratique du Congo.

"Après le caoutchouc, le cuivre et le coltan, respectivement, ce sont nos réserves en cobalt qui nous valent ces intrusions malveillantes", a déclaré lors d'une conférence de presse le porte-parole du gouvernement Lambert Mende.

Le ministre de la Communication a salué le calendrier publié dimanche par la commission électorale, qui prévoit plusieurs élections le 23 décembre 2018, dont le scrutin présidentiel.

Les Nations unies, les États-Unis et la France ont pris note de ce calendrier rejeté par l'opposition et des secteurs de la société civile, qui demandent le départ du président Joseph Kabila dès le 31 décembre 2017.

A ce titre, le gouvernement congolais "prend acte du communiqué plein de bon sens publié par le Département d’État" américain invitant "toutes les parties prenantes ainsi que le peuple congolais tout entier à l'union sacrée en vue de faire aboutir ce processus politique", a indiqué M. Mende.

Dans ce communiqué, les États-Unis ont aussi demandé au président Kabila "de respecter la Constitution de la RDC (...), de ne pas chercher à exercer un troisième mandat et de quitter le pouvoir après les élections".

Washington demande également à Kinshasa "le respect du droit de réunion et d'association pacifiques", alors que les manifestations sont durement réprimées.

"Le communiqué (du département d’État) n'a jamais dit que l'on peut manifester en violation de la loi", a indiqué M. Mende en réponse à une question, ajoutant que l'autorisation de manifester dépendait des autorités locales.

De son côté, la mission des Nations unies au Congo (Monusco) a rappelé mercredi qu'elle "regrettait que les élections soient encore reportées", tout en offrant son assistance "pour organiser les élections comme prévu dans le calendrier rendu public le 5 novembre 2017".

Au pouvoir depuis l'assassinat de son père en 2001, élu en 2006, réélu en 2011 pour cinq ans, le président Kabila ne peut pas solliciter de troisième mandat selon la Constitution qui prévoit aussi qu'"à la fin de son mandat, le président de la République reste en fonction jusqu'à l'installation effective du nouveau président élu".

Son actuel mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Un accord pouvoir-opposition du 31 décembre 2016 prévoyait des élections au plus tard en décembre 2017.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
RDC: les laïcs catholiques veulent une marche pacifique le 31 decembre 2017

 
RDC : des centaines de milliers d'enfants souffrent de malnutrition

 
Pas de vie au Congo Kinshasa !

 
Effondrement d’un immeuble à Kinshasa : la famille des victimes exige des sanctions sévères

 
La RDC est-elle encore la capitale mondiale du viol ?

 
Kalamba Malandi encourt 20 ans de prison ferme pour tentative de viol sur mineure

Une affaire à dormir debout que celle d’un grand-père maternel qui tente de violer sa petite fille mineure de 16 ans. En effet, le sieur Kalamba Malandi, âgé de 65 ans et résidant au n° 4 de l’avenue Gemena, quartier Matadi Mayo, commune de Mont
 
La RDC va autoriser le départ de 32 enfants adoptés par des couples étrangers

La République démocratique du Congo est prête à autoriser le départ dès la semaine prochaine de 32 enfants congolais adoptés que des couples étrangers n'avaient pas pu récupérer suite à un gel des sorties décidé en 2013, a-t-on appris vendred
 
Tomberez-vous amoureux d'un(e) inconnu(e) avec ces 36 questions ?

A l'occasion de la Saint-Valentin, francetv info tente de percer les mystères de l'amour. Et si la solution pour tomber amoureux se trouvait au cœur d'une expérience psychologique menée dans les années 1990 ? L'expérience psychologique menée il y a
 
La fête cotérique des élus dans le gouvernement

Depuis des lustres, lorsque quelqu’un est nommé ministre en République démocratique du Congo (RDC), avant même qu’il n’entre en fonction et dévoile son programme d’activités, sa résidence est prise d’assaut par ses proches. C’est la gra
 
Beni : le lynchage par la foule, un autre mode vie

L'insécurité de Beni ne date pas d'aujourd’hui. Elle est récurrente depuis trois ans avant mêm
 
RDC: des centaines de magistrats en grève "illimitée" pour obtenir une hausse de salaire

 
Code de famille : Pas de mariage pour tous en RDC, tranche le Sénat

« Tout individu a le droit de se marier avec la personne de son choix, de sexe opposé et de fonde
 
RDC : L’émancipation de la femme est devenue une réalité ?

En République démocratique du Congo, gouverner n’est pas l’affaire des seuls hommes. Il est de
 
Démantèlement d’une filière de faussaires congolais de Brazzaville à Paris

 
RDC : La milice Bakata-Katanga menace d'exterminer les pygmées du Katanga

Bantous et pygmées s’affrontent régulièrement au Nord-Katanga malgré plusieurs efforts de réc
 
Remise des clés aux bénéficiaires du Programme « Esprit de vie » : Matata