Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
La guerre en RDC fait grossir le flot des réfugiés en Zambie

Ils ont passé la frontière pour fuir la guerre, les meurtres et les viols. Plusieurs milliers de citoyens de la République démocratique du Congo (RDC) se sont réfugiés ces dernières semaines en Zambie voisine, qui peine à les accueillir.

La plupart des quelque 6.000 personnes recensées par les autorités de Lusaka sont originaires des provinces du Haut Katanga et du Tanganyika, dans le sud-est de la RDC, en proie à des affrontements entre l'armée régulière de Kinshasa et des milices.

Selon le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR), cette vague est la plus importante depuis cinq ans en Zambie.

Sur les bords du lac frontalier Moero où ils ont pris leurs précaires quartiers, la plupart des réfugiés mettent en cause les troupes du président congolais Joseph Kabila, à leurs yeux responsables des pires atrocités commises dans le sud-est de leur pays.

"J'ai vu une femme enceinte qui a été violée, son ventre ouvert et son bébé tué avant qu'elle soit elle-même assassinée", affirme à l'AFP Kaimba Kazili, 39 ans, rencontrée dans le camp de transit de Kenani à Nchelenge, ville située au bord du lac.²

"Ce n'est plus sûr de vivre au Congo, ce sont les soldats du gouvernement qui tuent".

Kaimba Kazili a réussi à rallier le territoire zambien le 14 septembre. Lors de son exode sur les routes congolaises, elle a donné naissance à des triplés, deux garçons et une fille nommés Ari, Kalangila et Kanaila.

"Ca n'a pas été facile", commente-t-elle sobrement, "heureusement que nous avons croisé la route d'un homme qui conduisait un bus et qui nous a transportés".

Les trois nourrissons ont été présentés la semaine dernière au président zambien Edgar Lungu, qui a visité le camp accompagné de responsables du HCR.

La directrice locale de l'agence onusienne, Pierrine Aylara, a "applaudi (son) hospitalité envers ceux qui ont été déplacés".

- 'Sains et saufs' -

Leur hôte a semblé moins enthousiaste quant à leur arrivée. "Vous avez fui l'anarchie, alors n'amenez pas l'anarchie ici", a-t-il lancé aux réfugiés sur un ton inhabituellement ferme.

"Nous avons ici des lois qui sont respectées de tous. Si nous devons vous mettre en prison, à la fin de votre peine vous serez renvoyés au Congo", a insisté le président zambien.

La mise en garde n'a semble-t-il pas effrayé les Congolais, dont la seule priorité était de fuir les violences.

"Dieu merci nous sommes arrivés ici sains et saufs, toute la famille avec mon mari et mes quatre enfants", explique soulagée Mauno Rukogo, une réfugiée de 42 ans. "Je ne retournerai jamais au Congo parce que la guerre est trop dure à supporter".

Une fois en sécurité dans les camps de transit, la vie reste cependant compliquée: les rations alimentaires sont comptées et le paludisme menace.

"On manque d'hôpitaux pour les enfants", déplore Mauno Rukogo.

Le HCR a dressé des tentes et des huttes au toit de chaume sur les 56 hectares du camp de transit de Kenani et creusé des puits et des toilettes. L'agence assure aussi fournir quotidiennement 400 grammes de maïs et 60 grammes de riz pour chaque famille.

Même maigres, ces rations semblent pour l'heure leur suffire.

"Ma femme a été tuée devant mes yeux par les troupes du gouvernement, j'ai réussi de justesse à me sauver avec mes trois enfants", déclare Minga wa Minga, un maître d'école de 40 ans.

"Il faut que l'ONU réagisse tout de suite", poursuit-il. "Ils considèrent que la situation est une crise humanitaire mais il faut qu'ils empêchent Kabila de détruire complètement le pays."

Le climat politique est très tendu dans cet immense pays d'Afrique centrale en raison du maintien au pouvoir du président Kabila, dont le deuxième et dernier mandat, selon la Constitution, s'est achevé en décembre.

La commission électorale a finalement annoncé début novembre que la présidentielle se tiendrait le 23 décembre 2018.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
RDC: les laïcs catholiques veulent une marche pacifique le 31 decembre 2017

 
RDC : des centaines de milliers d'enfants souffrent de malnutrition

 
Pas de vie au Congo Kinshasa !

 
Effondrement d’un immeuble à Kinshasa : la famille des victimes exige des sanctions sévères

 
La RDC est-elle encore la capitale mondiale du viol ?

 
Kalamba Malandi encourt 20 ans de prison ferme pour tentative de viol sur mineure

Une affaire à dormir debout que celle d’un grand-père maternel qui tente de violer sa petite fille mineure de 16 ans. En effet, le sieur Kalamba Malandi, âgé de 65 ans et résidant au n° 4 de l’avenue Gemena, quartier Matadi Mayo, commune de Mont
 
La RDC va autoriser le départ de 32 enfants adoptés par des couples étrangers

La République démocratique du Congo est prête à autoriser le départ dès la semaine prochaine de 32 enfants congolais adoptés que des couples étrangers n'avaient pas pu récupérer suite à un gel des sorties décidé en 2013, a-t-on appris vendred
 
Tomberez-vous amoureux d'un(e) inconnu(e) avec ces 36 questions ?

A l'occasion de la Saint-Valentin, francetv info tente de percer les mystères de l'amour. Et si la solution pour tomber amoureux se trouvait au cœur d'une expérience psychologique menée dans les années 1990 ? L'expérience psychologique menée il y a
 
La fête cotérique des élus dans le gouvernement

Depuis des lustres, lorsque quelqu’un est nommé ministre en République démocratique du Congo (RDC), avant même qu’il n’entre en fonction et dévoile son programme d’activités, sa résidence est prise d’assaut par ses proches. C’est la gra
 
Beni : le lynchage par la foule, un autre mode vie

L'insécurité de Beni ne date pas d'aujourd’hui. Elle est récurrente depuis trois ans avant mêm
 
RDC: des centaines de magistrats en grève "illimitée" pour obtenir une hausse de salaire

 
Code de famille : Pas de mariage pour tous en RDC, tranche le Sénat

« Tout individu a le droit de se marier avec la personne de son choix, de sexe opposé et de fonde
 
RDC : L’émancipation de la femme est devenue une réalité ?

En République démocratique du Congo, gouverner n’est pas l’affaire des seuls hommes. Il est de
 
Démantèlement d’une filière de faussaires congolais de Brazzaville à Paris

 
RDC : La milice Bakata-Katanga menace d'exterminer les pygmées du Katanga

Bantous et pygmées s’affrontent régulièrement au Nord-Katanga malgré plusieurs efforts de réc
 
Remise des clés aux bénéficiaires du Programme « Esprit de vie » : Matata