Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
UDPS/Tshibala : ouverture du deuxième congrès extraordinaire

Les travaux du deuxième congrès extraordinaire de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) aile Tshibala, a été ouvert jeudi 7 décembre 2017 à Kinshasa autour du thème « normalisation, réconciliation et revitalisation du parti ».

Au menu de ces assises de trois jours, la succession du défunt président du parti, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba.

Des délégués de différentes représentations fédérales du parti tant de Kinshasa, de l’intérieur que de l’extérieur du pays participent à ces assises.

Lors de son intervention, le président du Conseil national provisoire du parti, Alfred Ndinga, s’est exprimé en ces termes : « (…) ces assises de trois jours n’ont qu’un seul objectif principal: pourvoir au poste de président national de l’UDPS resté vacant après la mort d’Etienne Tshisekedi, lui qui a marqué son temps d’un encre indélébile (…) ce premier congrès extraordinaire vaut son pesant d’or du fait de l’absence de l’organe devant convoquer le congrès conformément à l’article 26 des statuts de l’UDPS et les atermoiements autour des obsèques de Tshisekedi qui ont plongé le parti dans une paralysie totale (...) ».

« Une nouvelle page de la vie politique de l’UDPS sera ouverte au terme de ce congrès dont le thème reste la normalisation, réconciliation et la revitalisation du parti (…) des nouvelles structures doivent être mises en place afin de revitaliser le parti (…) je vous exhorte, vous les militants et combattants à vous mobiliser face aux enjeux électoraux (…) », a-t-il poursuivi.

Abondant dans le même sens, le Premier Ministre, Bruno Tshibala Nzenze, a affirmé que l’Accord de la Saint-Sylvestre qui consacre son avènement au pouvoir, est l’œuvre du feu Etienne Tshisekedi.

« (…) je vous invite à travailler dans l’intérêt du parti en surmontant les querelles intestines afin de redonner à notre parti, l’UDPS ses valeurs morales de gauche qu’il a tant prônées (...) c’est du nouveau pour l’UDPS, parti qui, depuis sa création il y a de cela 30 ans, n’a jamais dirigé un gouvernent plus de 3 mois (…) », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « (…) Nous avons un devoir sacré que le peuple nous a confié. Le devoir d’organiser les élections crédibles et apaisées. D’où, l’UDPS doit se mettre en ordre de bataille (…) le parti sera toujours bien tenu et les idéaux de Tshisekedi demeureront à jamais (...) »

« (…) le temps est venu où  doit être relevé tout défi afin de mieux préparer les prochaines élections d’ici le 23 décembre 2018.  L’UDPS doit rapidement se mettre en ordre de bataille pour vaincre aux élections, selon le calendrier établi par la CENI. Je reste au service de tous les camarades combattants de la liberté et de la démocratie pour restaurer et relancer les activités du parti, l’UDPS », a-t-il conclu.

Les travaux de ce congrès extraordinaire du parti prennent fin ce samedi avec l’élection du successeur  d’Étienne Tshisekedi, ainsi que son investiture.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie