Actualités : www.lappelafricain.com  / Société
RDC : des centaines de milliers d'enfants souffrent de malnutrition

Au moins 400.000 enfants de moins de cinq ans vivant dans la région du Kasaï, en République Démocratique du Congo, risquent la mort en l'absence d'apports nutritionnels, selon l'Unicef.

Au Kasaï, région du sud de la République Démocratique du Congo, la situation des enfants est alarmante. Au moins 400.000 d'entre eux, âgés de moins cinq ans, souffrent de malnutrition aiguë sévère. Ils risquent la mort si des soins sanitaires et nutritionnels ne sont pas administrés rapidement, indique une récente étude de l'Unicef.

La région du Kasai est touchée depuis 2015 par des conflits armés liés aux conditions du prolongement du mandat du président Joseph Kabila ainsi qu'à des mouvements insurrectionnels dans différentes provinces.

Ces guerres ont plongé l'économie du pays dans une crise importante et déclenché une famine sévère à cause notamment du déplacement des populations. «L'ampleur réelle du problème se précise à mesure que les gens rentrent chez eux dans certaines zones où la sécurité s'est améliorée et où les services de santé ont recommencé à fonctionner. Les besoins des familles déplacées et rapatriées au Kasaï restent énormes après près de deux ans de conflit et de crise», a déclaré le Dr Tajudeen Oyewale, représentant par intérim de l'Unicef en République Démocratique du Congo.

Dans la zone du Mikalayi, située à 35 kilomètres du chef-lieu de la province du Kasaï-Central, le conflit opposant miliciens et forces de l'ordre a été particulièrement intense. Près de 20% des aires de santé de la zone ont été touchées, 5 centres de santé ont été pillés et environ 16.000 personnes ont été déplacées. Profitant d'une accalmie relative, les familles déplacées retournent petit à petit au sein de leurs communautés.

«Dans la zone de santé de Mikalayi, un dispensaire a été créé par l'Unicef pour aider les mamans à assurer la bonne santé de leurs enfants. Nous organisons depuis deux ans des activités de promotion de pratiques familiales essentielles afin de responsabiliser les communautés», précise un représentant de l'Unicef.

La violence et le déplacement de 1,4 million de personnes dans la région du Kasaï ont entraîné des pénuries alimentaires, les deux tiers des ménages étant incapables de travailler leur terre pour cultiver. L'insécurité alimentaire, sévère, affecte maintenant de grandes parties de la région, et les conditions ne devraient pas s'améliorer avant juin 2018, car les saisons de plantation en 2017 ont été perdues. Les familles n'ont pas pu récolter de produits sur leur terre et n'ont donc rien eu à vendre sur les marchés.

 

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie