Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Kinshasa : Bruno Tshibala visite les lieux des sinistres après les pluies diluviennes

À la tête d’une forte délégation gouvernementale, Bruno Tshibala a fait la ronde de la ville de Kinshasa le 8 janvier, visitant les différents sites où les pluies  torrentielles ont causé la mort de 45 personnes, selon le bilan établi officiellement. Dans sa tournée, le Premier ministre a aussi visité certaines érosions qui menacent dangereusement des édifices et infrastructures routières de la capitale. Tout a commencé par la visite de l’orphelinat « Le Cœur d’une mère », situé sur l’avenue Amato, au quartier GB, dans la commune de Ngaliema. Sur place, le chef du gouvernement s’est enquis de la situation, recevant des responsables de l’orphelinat des explications sur la circonstance de la mort de quatre orphelins, survenue dans la nuit du 3 au 4 janvier.  La deuxième étape était la parcelle d’une maman qui a perdu cinq enfants sur l’avenue Biboanga II, au quartier Makelele, dans la commune de Bandalungwa. Là aussi, des explications ont été fournies à Tshibala Nzenzhe. Le cortège s’est ensuite ébranlé vers Badiadingi où une érosion, qui a détruit des maisons,  a tendance à s’élargir vers la route de Matadi. Là de même, Bruno Tshibala, toujours à la tête de la délégation, a vu de ses propres yeux le niveau du dégât que cause l’érosion. La visite de la paroisse catholique Saint Maximilien, au quartier Nfafani, dans la commune de Selembao a constitué la quatrième étape de la tournée. Après les dernières pluies, l’église Saint Maximilien est menacée par une grande érosion au point qu’elle n’est plus qu’à un mètre du précipice. Le bourgmestre de cette contrée ainsi que le curé de la paroisse en ont profité pour présenter toutes leurs doléances. Amorçant son retour, le cortège a fait une escale sur l’avenue Biangala, à Lemba Salongo où la route est coupée en deux et où le directeur général de l’Office des voiries et drainage (OVD), Benjamin Wenga et le bourgmestre de la commune de Lemba, Toussaint Kaputu, ont montré au chef de l’exécutif toute l’importance que revêt ladite avenue. Le point de chute de la tournée était Limete 1ère rue. Sur le pont se trouvant sur la rocade, à côté de l’Université canadienne, Benjamin Wenga a expliqué au Premier ministre la nécessité de curer la rivière Kalamu, ce qui évitera aux habitants du quartier Mososo des inondations. D’après les habitants de cette partie de la ville, leurs maisons étaient complétement noyées dans des eaux lors des dernières pluies. Tshibala et sa suite ont aussi constaté que les bouteilles de boissons sucrées constituent un sérieux problème environnemental. De retour à la Primature, le chef du gouvernement a réuni ses collaborateurs pour faire le point. Parmi les membres du gouvernement qui étaient sur le terrain figurent Ramazani Shadary, Basile Olongo, Joseph Kokonyangi, Papy Mantezolo, Maguy Kiala, Ingele Ifoto, Chantal Safu…

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.