Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Soixante dix millions d’amnésiques ?

Il y aurait, d’après Joseph Kabila, soixante-dix millions  des Congolais qui, faute de mémoire, sont restés Zaïrois. Ceux-là ont simplement oublié  qu’il y a eu le père du premier cité pour leur redonner du Congolais, un peu plus de trente ans après que Joseph Mobutu le leur avait dénié, donnant à chacun post-nom et nationalité différente.

L’amnésie collective des Congolais, s’il en est une, réside ailleurs. C’est d’avoir oublié que Le Zaïre, à ses origines, avait été de loin meilleur que le Congo des Kabila, toutes époques confondues.

Sur le plan social, la pauvreté n’avait pas été cherchée si loin. Sans besoin d’avoir chacun sa parcelle, les locataires les plus invétérés n’avaient aucun problème d’insolvabilité.

Sur le plan économique, le zaïre-monnaie se consommait jusqu’aux multiples, ces makuta. Il était impensable de trouver des  Croupions et autres déchets bouchers dans les ménages congolais alors que le poulet de N’sele coûtait déjà moins cher qu’une botte de mpondu.

Du point de vue culturel, le Congolais de l’époque se cultivait par la lecture parce que capable de s’acheter au moins un titre de journal au quotidien.

S’instruire était moins onéreux voire gratuit. Ecole primaire gratuite. Bourse d’études pour études supérieures et universitaires.

C’est quoi donc, cette histoire de changer le Zaïrois en Congolais ? Mentalement, peut-être et là aussi, et de toutes les façons il n’y a pas de honte à avoir été Zaïrois. Au contraire ! Il y aurait, d’après Joseph Kabila, soixante-dix millions  des Congolais qui, faute de mémoire, sont restés Zaïrois. Ceux-là ont simplement oublié  qu’il y a eu le père du premier cité pour leur redonner du Congolais, un peu plus de trente ans après que Joseph Mobutu le leur avait dénié, donnant à chacun post-nom et nationalité différente.

L’amnésie collective des Congolais, s’il en est une, réside ailleurs. C’est d’avoir oublié que Le Zaïre, à ses origines, avait été de loin meilleur que le Congo des Kabila, toutes époques confondues.

Sur le plan social, la pauvreté n’avait pas été cherchée si loin. Sans besoin d’avoir chacun sa parcelle, les locataires les plus invétérés n’avaient aucun problème d’insolvabilité.

Sur le plan économique, le zaïre-monnaie se consommait jusqu’aux multiples, ces makuta. Il était impensable de trouver des  Croupions et autres déchets bouchers dans les ménages congolais alors que le poulet de N’sele coûtait déjà moins cher qu’une botte de mpondu.

Du point de vue culturel, le Congolais de l’époque se cultivait par la lecture parce que capable de s’acheter au moins un titre de journal au quotidien.

S’instruire était moins onéreux voire gratuit. Ecole primaire gratuite. Bourse d’études pour études supérieures et universitaires.

C’est quoi donc, cette histoire de changer le Zaïrois en Congolais ? Mentalement, peut-être et là aussi, et de toutes les façons il n’y a pas de honte à avoir été Zaïrois. Au contraire !   

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du KASAI ORIENTAL en 2017

 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017

Rapport de Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.