Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Monusco:conference de presse du 14 mars

Les activités d'agences des Nations unies en Rdc ont été comme il est de coutume, au coeur de la conférence hebdomadaire de la Monusco, mercredi 14 mars à Kinshasa et à Goma. Animée par le Porte-parole de la mission onusienne en Rdc, Florence Marchal, plusieurs points ont été décortiqués, notamment la disponibilité de la Monusco concernant son soutien ainsi que son expertise pour la mise en oeuvrel des recommandations du rapport de la commission d'enquête mixte sur les violations et atteintes relatives aux droits de l'homme survenues durant les manifestations du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018. A constaté lappelafricain.com

« La MONUSCO a apporté un appui technique au fonctionnement de cette Commission d’enquête et nous avons accueilli avec satisfaction les recommandations rendues publiques le 10 mars dernier, parmi lesquelles l’appel à des enquêtes judiciaires, la levée de l’interdiction générale de manifester ou le non recours aux FARDC et à la Garde républicaine dans la gestion des foules. Ces recommandations recoupent certaines que nous avions déjà formulées et la MONUSCO est prête à apporter le soutien et l’expertise nécessaires à la mise en œuvre de ces recommandations », précise Florence Marchal.

Selon le Porte parole, la MONUSCO a « salué la mise en place de la Commission d’enquête conjointe composée de représentants du gouvernement, de la Commission nationale des droits de l’homme et de la société civile sur les allégations de violations de droits de l’homme commises lors des manifestations du 31 décembre et du 21 janvier ».

Ce rapport a révélé que douze personnes ont été tuées par balles et deux autres par asphyxie des gaz lacrymogènes lors des manifestations pacifiques du 31 décembre et 21 janvier derniers dans la ville de Kinshasa.Dans ses conclusions et recommandations, la commission, a souligné que l’interdiction générale et à durée indéterminée des manifestations publiques est parmi les conséquences des violations et atteintes aux droits de l’homme.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du KASAI ORIENTAL en 2017

 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017

Rapport de Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.