Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
RDC/Elections : le message de l’archevêque métropolitain de Kinshasa

Pour son premier Noël en tant qu'archevêque métropolitain de la capitale Kinshasa, le 24 décembre 2018 au soir à la paroisse Notre-Dame du Congo, à Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC), Monseigneur Fridolin Ambongo Besungu, s'est exprimé au sujet des élections prévues le 30 décembre 2018. Il a souhaité que les résultats des élections ne soient pas manipulés. Devant des centaines des chrétiens catholiques, monseigneur Ambongo qui est resté sur la ligne des évêques catholiques, vigilante par rapport au processus électoral actuel, a d'abord dressé un tableau très sombre de la situation en République démocratique du Congo (RDC).

« Est-ce excessif d'affirmer que le Congolais est en exil sur sa propre terre ? a-t-il demandé. Que d'humiliations et de manques de nécessaire vital, que du mépris de la dignité de la personne humaine et de ses droits les plus fondamentaux ».

Pour lui, les élections ne devraient pas se dérouler au-delà de la nouvelle date du 30 décembre. Et pour préserver la paix, les résultats de ces scrutins devront être crédibles.

« Une publication de ces résultats qui ne refléteraient pas la volonté du peuple exprimée dans les urnes serait travailler à l'anéantissement de la paix dans notre pays », a poursuivi le prélat sous les applaudissements.

Monseigneur Fridolin Ambongo qui a pris le relais du cardinal Laurent Monsengwo, a également prêché la non-violence mais pas « une paix naïve », selon ses mots.

« La vraie paix est une paix qui exige que les élections aient lieu à la date fixée du 30 décembre 2018 », a déclaré Mgr Fridolin Ambongo devant des centaines de fidèles dans la cathédrale Notre-Dame de Kinshasa le 24 décembre. « Ne pas tenir cette promesse, ce serait travailler à l’anéantissement de la paix », a-t-il ajouté sous les applaudissements.

« La paix, la vraie paix qui vient de Jésus-Christ, pour notre pays aujourd’hui, c’est aussi que les résultats puissent être publiés, puissent réellement refléter la volonté du peuple », a-t-il ajouté. « Une publication des résultats qui ne reflèteraient pas la volonté du peuple exprimée dans les urnes, ce serait travailler à l’anéantissement de la paix dans notre pays », a poursuivi l’archevêque.

Les élections ont déjà été trois fois reportées depuis la fin du deuxième et dernier mandat constitutionnel de Joseph Kabila en décembre 2016.

« J’invite chacune et chacun de vous au sens de la responsabilité et à la non-violence pour que nous puissions passer le cap du 30 décembre 2018 dans la paix et dans la vérité », a déclaré Mgr Fridolin Ambongo.

« Le peuple congolais est en exil sur sa propre terre », a-t-il dit, en dénonçant les « humiliations » que subissent ses fidèles et compatriotes.

L'Eglise catholique va déployer 41 000 observateurs pour ces élections, soit la plus grande mission d'observation électorale présente dans le pays.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie