Actualités : www.lappelafricain.com  / Géopolitique
Mais que diable les Américains reviennent-ils faire dans cette galère ?

Après bien des hésitations, les Américains ont finalement accentué leur soutien à la lutte contre l'Etat Islamique en Irak. Une aide qui intervient au moment où les djihadistes commençaient à progresser dangereusement vers le Kurdistan dans le Nord du pays. Explications.

Pourquoi les Etats-Unis sont-ils intervenus maintenant ?

Plusieurs raisons viennent expliquer la décision américaine d'intervenir militairement en Irak depuis quelques jours. Pour le politologue Hasni Abidi "la question était plutôt de savoir quand il serait nécessaire d'intervenir et comment plutôt que de savoir si oui ou non les Américains allaient intervenir". Le directeur du Centre d'Etudes et de Recherche sur le Monde Arabe et Méditerranéen (CERMAM), à Genève, liste donc plusieurs raisons avancées par les Etats-Unis pour justifier cette intervention : "tout d'abord les Etats-Unis ont pris soin de s'appuyer sur une déclaration du Conseil de sécurité qui condamnait les attaques de l'Etat islamique (EI) afin de donner un aspect multilatéral à leur intervention", explique l'expert.

"Ensuite, les Etats-Unis ont mis en avant la mise en danger de personnels américains au Consulat d'Erbil pour justifier ces frappes. Notez que les Américains ont également des bases militaires et des experts militaires dans la région. Il n'était donc pas possible de rester les bras croisés." Enfin, explique Abidi, "les Américains ont mis en avant la question de la minorité Yazidi pour donner un aspect éthique à tout ça".

Des explications qui confinent à la communication pour les experts qui avancent d'autres raisons à cette intervention : "Les premières victoires de l'EI contre les combattants kurdes ont été un choc et il fallait donc agir", explique la politologue américaine spécialiste de la question kurde Denise Natali.

Le tout sous la pression du lobby pro-kurde très actif à Washington. "Le Congrès, poussé par le lobby kurde très actif, est sur le dos d'Obama", relève la chercheuse de "l'Institute for National Strategic Studies" de la "National Defense University" de Washington. "Le président, qui marche sur des œufs, ne souhaitait pas vraiment s'engager et c'est pour cela que les frappes ont eu lieu avec prudence", souligne-t-elle. "Plus pour remonter le moral des peshmergas qu'autre chose".

Obama, ne souhaitant pas voir l'action américaine interprétée comme un soutien au Premier ministre Maliki s'est d'ailleurs assuré que ce dernier serait rapidement poussé vers la sortie, ce qui est chose faite depuis lundi.  

La question kurde est-elle plus sensible ?

"Les Américains ont besoin des Kurdes", explique Hasni Abidi. "Les Kurdes sont des alliés fiables dans la région depuis des années. C'est d'ailleurs à leur demande que les Etats-Unis ont refusé de livrer des avions au gouvernement central à Bagdad, les empêchant d'une part de réagir efficacement contre l'EI mais encourageant aussi ce dernier à se tourner vers Moscou", précise le politologue genevois qui souligne que "le lien entre Washington et Erbil est plus fort que celui entre Washington et Bagdad".

Les Kurdes ne cachent pas leur volonté de créer un Etat indépendant. "Ils ont tourné à leur avantage, après 2003, l'augmentation de pouvoirs donné aux régions mais cela ne leur suffit pas", explique Denise Natali depuis Washington. Les Kurdes, qui sont allés jusqu'à mettre en service un oléoduc qui relie directement les gisements du Kurdistan irakien à la Turquie afin d'exporter leur pétrole en contournant les autorités irakiennes, ne cessent de s'affranchir de la tutelle de Bagdad.

"Il y a un mois, le président du gouvernement régional du Kurdistan irakien Barzani ne voulait pas attaquer l'EI", souligne l'experte. "C'était un peu 'Du bon usage de l'Etat islamique'", décrit également Hasni Abidi. "L'avancée des djihadistes a affaibli les forces du gouvernement central, les poussant à abandonner Kirkouk et Mossoul… au profit des Kurdes". Les peshmergas ont donc profité de la déroute de l'armée pour s'emparer de nouveaux territoires, agrandissant leur région de 40%. Ce sont ces territoires qui sont aujourd'hui disputés. Avec le soutien des Etats-Unis. Une stratégie dangereuse pour Denise Natali : "Le système, qui a favorisé les chiites et les Kurdes contre les sunnites, doit être réformé. Il faut à nouveau associer les sunnites au pouvoir et aider le gouvernement central" estime l'experte qui redoute les conséquences régionales d'un éclatement de l'Irak.

Faut-il armer les peshmergas ?

Le département d'Etat américain a annoncé lundi que les Etats-Unis avaient commencé à livrer des armes aux peshmergas. Un choix "dangereux" pour l'experte de la "National Defense University" de Washington. "Cela donne l'impression que les Etats-Unis jouent une communauté contre une autre alors que le pays a justement besoin de voir ses institutions renforcées", explique l'experte.

Mais, pour Hasni Abidi, "les Etats-Unis veulent en finir avec tout ce qui se décrit comme un élément terroriste. Or, le Kurdistan est un prolongement de la sécurité américaine dans la région. Et les peshmergas ne sont pas si forts que ça", explique le politologue. "Ils n'ont pas combattu depuis des années, ce sont vraiment des soldats qui ont pris du ventre, et leur nombre est insuffisant. D'ailleurs, même les armer ne semble pas être une solution suffisante pour les Américains puisqu'ils sont intervenus eux-mêmes", souligne-t-il.

Pourquoi défendre particulièrement les Yézidis ?

"L'administration américaine est loin d'être sensible à la cause des Yézidisou même à celle des chrétiens d'Irak, même si ces derniers trouvent du soutien dans la communauté chrétienne américaine", souligne Hasni Abidi. "En revanche, l'administration américaine n'hésite pas à l'utiliser comme une couverture pour son intervention."

 

"L'état des minorités dans le monde est déplorable et nous n'avons pas vu les Etats-Unis bouger d'un iota pour les défendre. Pour l'opinion publique, dire que l'on intervient pour défendre une minorité religieuse est toujours positif". Pour le politologue genevois, "il est important pour les Etats-Unis de donner une dimension éthique à leur démarche militaire.

Les Américains utilisent là des vrais arguments pour d'autres enjeux. Carcette communauté est persécutée depuis des décennies par les chrétiens d'Irak autant que les Kurdes ou les sunnites sous Saddam Hussein qui, il y a quelques années, a éliminé des centaines d'entre eux sans que les Américains ni personne d'autre ne s'en soucient".

Une vision partagée par la spécialiste américaine : "Bien sûr cette communauté a besoin d'aide", souligne Denise Natali. "Mais aujourd'hui elle est un prétexte facile. Non seulement on peut mettre en avant combien les djihadiste de l'EI les pourchassent – alors qu'il y a peu c'étaient les Kurdes ou les Chrétiens mais passons – mais, en plus, leur procurer une aide humanitaire n'est pas logistiquement compliqué. C'est une bonne opération", décrit l'experte.

Le pétrole joue-t-il un rôle particulier dans cette affaire ?

Comment souvent en Irak, l'intervention américaine en Irak a soulevé celle du pétrole. "Les Kurdes, qui ont donc agrandi leur territoire ces dernières années, et encore, dernièrement, à la faveur de l'offensive djihadiste, cherchent à élargir bien sûr leur mainmise sur les champs pétroliers dans la région", argumente Denise Natali. "En cela, il y a un argument pétrolier da

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Banques de développement: Remédier au déficit de financement des infrastructures

À l’occasion de l’Africa Investment Forum, une dizaine de banques de développement tentent de faire aboutir une soixantaine de projets. Et de progresser sur un point : leur lenteur dans le traitement des dossiers.
 
Energie: Quand la Rdc compte se doter des centrales hydroelectriques à petites echelles dans les mileux ruraux

La RDC compte se doter des centrales hydroélectriques à petite échelle qui seront construites dans les milieux ruraux grâce au projet MCH (Mini et micro centrales hydroélectriques) lancé par le gouvernement avec l’appui de ses partenaires multilat
 
RDC : Quand le PNUD présente sa nouvelle approche de l’aide au développement

Etabli en RDC depuis 1976, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre à un ... e PNUD est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement. Présent dans 9 provinces de la RDC, ...
 
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?

Kinshasa a abrité du 2 au 4 avril 2018 une Table Ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et de la réduction de la dépendance des importations où les participants ont réfléchi sur les politiques et stratégies à mettre en plac
 
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !

Ce plan est axé sur l’industrialisation des secteurs de base, le développement agricole et l’amélioration de la productivité du secteur minier et industriel. Il prévoit également la création des zones économiques industrielles qui permettront
 
RDC : le taux de déforestation annuel augmente de 0,81% entre 2000 et 2014

 
RDC/ Banque centrale: un excédent de plus de 13 millions USD en novembre

 
RDC : Adoption du projet de loi des finances exercice 2018 à l’Assemblée nationale

 
La RDC signe un accord avec la société Wapcos pour le transport de l’électricité produite à Kokobola

 
Dépréciation accélérée du Franc congolais

Depuis un an déjà, la monnaie de la République démocratique du Congo, le franc congolais perd sans arrêt des points face au dollar. On en est déjà à 30% de perdu dans le rapport. Malgré toutes les mesures des autorités, la dépréciation semble
 
BGFI Bank : la triche bénie en RDC

 
Le Rassemblement opte pour une solution apaisée à la crise politique congolaise

Le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement salue la mission de bons offices qu’a entreprise la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) visant à harmoniser les positions des uns aux autres.
 
La Banque centrale veut stopper la dépréciation du Franc congolais

La chute du franc congolais se précise. Stabilisé depuis plus de 7 ans autour de 900 francs par rapport au dollar, sa dépréciation depuis peu est telle qu'il a franchi en moins de 3 mois la barre des 1200FC au marché parallèle.
 
Le gouvernement démonte la Gécamines sur la transaction entre Freeport et China Molybdenum

 
La RDC et la Tanzanie signent un MoU pour explorer et développer en commun les hydrocarbures du lac Tanganyika

Mardi 6 octobre 2916, à Dar es Salaam, la RD Congo et la Tanzanie ont signé un mémorandum d’entente pour l’exploitation et le développement en commun des hydrocarbures contenus dans le lac Tanganyika, qui chevauche la RDC, la Tanzanie, la Zambie e
 
La SNCC a réceptionné 18 locomotives neuves pour se relancer

Les dix-huit locomotives neuves commandées pour la SNCC dans le cadre du Projet de transport multimodal (PTM) ont été officiellement présentées ce lundi 27 juillet à Lubumbashi au cours d’une cérémonie diffusée en direct à la télévision nati
 
La France et la Chine s’allient pour mieux conquérir l’Afrique et l’Asie

Le Premier ministre, Manuel Valls et son homologue chinois, Li Keqiang ont signé mardi une déclaration sur les partenariats sur les marchés tiers dans laquelle les deux pays s’engagent à conquérir ensemble des marchés en Afrique et en Asie.
 
Autour de la dissolution et liquidation des LAC: Les sénateurs s’interrogent sur la viabilité de Congo Airways

A la suite d’une question orale avec débat du sénateur Flore Musendu, la ministre du Portefeuille a éclairé la lanterne des sénateurs sur plusieurs questions, notamment celles de savoir la situation exacte actuelle de la compagnie nationale LAC du
 
RDC: reprise du trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi

Le trafic ferroviaire a repris, jeudi 2 juillet, entre les villes de Kinshasa et Matadi (Bas-Congo), après environ 10 ans d’interruption. Le premier train qui a de nouveau relié ces deux villes du pays avait à son bord de nombreuses autorités du pay
 
Le forum économique RD Congo-Allemagne, Opération : séduire les investisseurs

Après avoir eu lieu en février dernier à Kinshasa, la ville de Berlin accueillera, du 8 au 11 juin 2015, la deuxième édition du forum économique RD Congo-Allemagne dont le principal est « environnement des Affaires et opportunités d’investisseme
 
RDC : Mener une action concertée pour stopper le commerce illicite des ressources naturelles

Le chef de la MONUSCO Martin Kobler, et Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), appellent à « une utilisation rationnelle et modérée des ressources naturelles » en RD Congo. Ils l’ont fait sav
 
Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

 
RDC: le gouverneur du Katanga invite les miniers à investir "encore plus"

 
RDC: Greenpeace dénonce le «chaos organisé» dans le secteur du bois Par RFI media Greenpeace dénonce la déforestation incontrôlée en RDC Greenpeace/DR Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est t

Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est toujours en train de se reconstruire après des décennies de guerre, est particulièrement peu réglementé. Selon l’ONG Transparency International, en 2014,
 
Le FMI appelle à de gros efforts en RDC

Le Fonds monétaire international (FMI) est « impressionné » par les progrès réalisés par la République démocratique du Congo mais estime que Kinshasa à encore de gros efforts à fournir pour « maintenir la stabilité économique » et « lutter
 
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

 
Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives
 
RDC : Mise en place d’une nouvelle procédure de l’import-export

Le commerce transfrontalier entre Kinshasa et Brazzaville, à la gare fluviale de Kinshasa, est dés
 
RDC : Gestion déséquilibrée du budget de l’Etat 2013

Réunis en assemblée plénière jeudi 2 octobre au Palais du peuple à Kinshasa, les députés nat
 
RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

 
Détournements d’importantes sommes d’argent à la BIAC

 
Exploitation sauvage des forêts en RDC

Les forêts congolaises continuent de faire l’objet d’une exploitation sauvage. On en veut pour
 
La redevance minière ne contribue pas significativement aux recettes de l’Etat

« La redevance minière, qui est le deuxième plus grand flux ou deuxième plus grand acte généra