Actualités : www.lappelafricain.com  / Santé
Ebola : Où en est-on avec la recherche sur le traitement ?

La fièvre Ebola est de retour en RDC, premier pays à avoir été frappé par cette épidémie en 1976. En Afrique de l’Ouest, le virus a déjà fait plus de 1 000 morts depuis janvier. Après l’annonce officielle de l’apparition du virus Ebola dans le secteur de Djera, en territoire de Boende dans la province de l’Equateur, le gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) se mobilise pour contenir cette épidémie.

Invité lundi 25 août 2014 à la réunion de la Troïka stratégique, le ministre de la Santé publique, Félix Kabange Numbi Mukwampa, a fourni des explications nécessaires et présenté la stratégie qu’entend mettre en œuvre son ministère pour répondre à l’appel du gouvernement.

Pour l’instant et en vue de faire face à l’urgence de santé publique qui s’est déclarée dans la province de l’Equateur, le ministre de la Santé publique a présenté à la Troïka stratégique un Plan de contingence du virus. A cet effet, les membres de la Troïka stratégique ont adopté ce plan, assorti d’un budget pour lequel le ministre délégué aux Finances et le gouverneur de la Banque centrale du Congo ont été chargés de libérer en vue des actions immédiates prévues par le ministère de la Santé publique.

Invité sur RFI, le ministre Félix Kabange Numbi a précisé que la souche d’Ebola qui sévit à Djera n’a pas été importée d’Afrique de l’Ouest. Selon les données d’enquête recueillies sur place, le virus est parti, selon lui, de la femme d'un chasseur de viande de brousse décédée le 11 août après que le mari fut parti chasser du singe…

La présence du virus Ebola ayant été confirmée dans la province de l’Equateur, il faut maintenant identifier la souche de la maladie : zaïroise très virulente ou soudanaise. Les résultats sont attendus d'un laboratoire à Franceville, au Gabon, d’ici quelques jours. En attendant, le plan de contingence a été activé pour parer au plus pressé.

Ebola: un test confirme l'intérêt du ZMapp expérimental

http://fr.africatime.com/sites/default/files/styles/large/public/photo-articles/2014/ao%C3%BB/zmapp_experimental.jpg?itok=AtOlOSy2

Le ZMapp a été administré à titre compassionnel à plusieurs personnes infectées par le virus Ebola.

L'intérêt du médicament expérimental ZMapp, administré à titre compassionnel à plusieurs personnes infectées par le virus Ebola cette année, est confirmé par un essai pré-clinique sur des singes qu'il a tous sauvés, même à un stade avancé de la maladie.

L'injection de trois doses du médicament a permis la survie des 18 singes macaques rhésus traités, même lorsque le traitement a été initié cinq jours après l'infection, selon cette expérience publiée vendredi dans la revue scientifique Nature.

Cette publication intervient alors que le bilan de l'épidémie d'Ebola continue de progresser de "manière accélérée" en Afrique de l'Ouest, avec plus de 1.500 morts, selon l'OMS, qui redoute que le nombre de cas grimpe jusqu'à 20.000 avant que l'épidémie décline. Lors de tests précédents, qui ont permis d'améliorer deux versions précédentes de ce cocktail médicamenteux produit à partir de plants de tabac, le traitement était initié beaucoup plus tôt après l'infection.

Le ZMapp a permis de faire disparaître les symptômes marquant la gravité de la maladie tels d'abondants saignements des muqueuses, des éruptions cutanées, ainsi qu'une élévation des enzymes hépatiques dans le sang. 21 jours après l'infection, le virus était devenu indétectable chez les animaux guéris.

Les trois singes "contrôlés", infectés mais non traités, sont morts dans les huit jours. Pour ce test préclinique, les 21 animaux ont été contaminés avec une souche du virus Ebola qui avait sévi en 1995 à Kikwit en République démocratique du Congo (RDC, ancien Zaïre). C'est d'ailleurs dans ce pays que la fièvre d'Ebola a été pour la première fois identifiée en 1976.

La souche virale de Guinée, identifiée en France et à l'origine de l'épidémie actuelle en Afrique de l'Ouest qui touche essentiellement trois pays (Guinée, Sierra Leone et Liberia), n'était pas disponible lors du lancement de l'expérience. Néanmoins, le ZMapp s'est montré apte à bloquer la multiplication de cette souche provenant de Guinée lors de tests en laboratoire, précisent les chercheurs.

Le développement de ZMapp est le fruit d'une collaboration entre Mapp Biopharmaceutical et sa filiale LeafBio, toutes deux basées à San Diego (Californie), de Defyrus Inc., un laboratoire canadien de Toronto, ainsi que des gouvernements américain et canadien. Le ZMapp doit encore faire l'objet d'essais cliniques pour évaluer son innocuité et son efficacité.

Son administration en urgence à sept malades au moins, dont deux n'ont pas survécu, ne permet pas de juger de son efficacité réelle, d'autant que sur le terrain, les chances de survie au virus Ebola avoisinent les 50%. Les stocks du traitement sont épuisés, indiquait le 12 août dernier la compagnie.

Ces travaux ont été conduits par Gary Kobinger (Agence de la santé publique du Canada, Winnipeg) avec notamment Gene Olinger, virologue de l'Institut médical de recherche des maladies infectieuses de l'Armée américaine (USAMRIID) qui avait publié deux ans auparavant de premiers résultats dans les compte-rendus de l'Académie des sciences américaine,le "PNAS".

 

Cinq choses à savoir sur Ebola

1. Quels sont les symptômes de la fièvre Ebola ?

Le virus Ebola fait partie de la famille des fièvres hémorragiques africaines. Celle-ci comprend également la fièvre de Lassa et celle de Marburg. Dans un premier temps, ces maladies détruisent le système immunitaire de la victime. Les symptômes ressemblent alors à ceux d'une terrible grippe : fièvre, faiblesse intense, céphalées et irritation de la gorge. Puis surviennent des diarrhées, une insuffisance rénale, de la tachychardie et enfin des hémorragies internes et externes : vomissements de sang, pétéchies, éruption maculo-papuleuse, purpura... Le plus souvent, la mort intervient par embolie cérébrale. L'Ebola se distingue de ses cousins par sa très forte létalité. Selon les souches (il existe cinq espèces différentes, toutes africaines), le taux de mortalité des personnes infectées varie de 25 à 90%. Pour l'heure, il n'existe aucun traitement curatif malgré les quelques essais effectués pour un vaccin.

2. Le virus Ebola se transmet-il facilement ?

Pas franchement. Généralement, le "patient zéro" contracte le virus par une contamination accidentelle avec des animaux (le plus souvent via des singes, eux-mêmes infectés par des chauves-souris frugivores, vraisemblablement la roussette d'Égypte, déjà identifiée comme le réservoir naturel de la fièvre de Marburg). Ce premier malade ne peut contaminer d'autres individus que s'ils ont un contact direct avec son sang, ses sécrétions, sa salive, son sperme, son urine ou encore ses organes. Par manque d'hygiène, de protection ou de stérilisation du matériel médical, le personnel soignant peut lui aussi être exposé au virus. Enfin, une longue enquête a prouvé que la transmission par voie aérienne était impossible.

3. Le virus tue-t-il beaucoup ?

Non, l'Ebola n'est pas un tueur prolifique. Depuis son apparition en 1976 au Soudan et en RDC (dans un village proche de la rivière Ebola, d'où son nom), le virus est à l'origine de la mort d'environ 1 500 personnes (source : OMS). En comparaison, le paludisme tue 660 000 Africains chaque année, pour l&rsqu

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Banques de développement: Remédier au déficit de financement des infrastructures

À l’occasion de l’Africa Investment Forum, une dizaine de banques de développement tentent de faire aboutir une soixantaine de projets. Et de progresser sur un point : leur lenteur dans le traitement des dossiers.
 
Energie: Quand la Rdc compte se doter des centrales hydroelectriques à petites echelles dans les mileux ruraux

La RDC compte se doter des centrales hydroélectriques à petite échelle qui seront construites dans les milieux ruraux grâce au projet MCH (Mini et micro centrales hydroélectriques) lancé par le gouvernement avec l’appui de ses partenaires multilat
 
RDC : Quand le PNUD présente sa nouvelle approche de l’aide au développement

Etabli en RDC depuis 1976, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre à un ... e PNUD est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement. Présent dans 9 provinces de la RDC, ...
 
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?

Kinshasa a abrité du 2 au 4 avril 2018 une Table Ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et de la réduction de la dépendance des importations où les participants ont réfléchi sur les politiques et stratégies à mettre en plac
 
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !

Ce plan est axé sur l’industrialisation des secteurs de base, le développement agricole et l’amélioration de la productivité du secteur minier et industriel. Il prévoit également la création des zones économiques industrielles qui permettront
 
RDC : le taux de déforestation annuel augmente de 0,81% entre 2000 et 2014

 
RDC/ Banque centrale: un excédent de plus de 13 millions USD en novembre

 
RDC : Adoption du projet de loi des finances exercice 2018 à l’Assemblée nationale

 
La RDC signe un accord avec la société Wapcos pour le transport de l’électricité produite à Kokobola

 
Dépréciation accélérée du Franc congolais

Depuis un an déjà, la monnaie de la République démocratique du Congo, le franc congolais perd sans arrêt des points face au dollar. On en est déjà à 30% de perdu dans le rapport. Malgré toutes les mesures des autorités, la dépréciation semble
 
BGFI Bank : la triche bénie en RDC

 
Le Rassemblement opte pour une solution apaisée à la crise politique congolaise

Le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement salue la mission de bons offices qu’a entreprise la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) visant à harmoniser les positions des uns aux autres.
 
La Banque centrale veut stopper la dépréciation du Franc congolais

La chute du franc congolais se précise. Stabilisé depuis plus de 7 ans autour de 900 francs par rapport au dollar, sa dépréciation depuis peu est telle qu'il a franchi en moins de 3 mois la barre des 1200FC au marché parallèle.
 
Le gouvernement démonte la Gécamines sur la transaction entre Freeport et China Molybdenum

 
La RDC et la Tanzanie signent un MoU pour explorer et développer en commun les hydrocarbures du lac Tanganyika

Mardi 6 octobre 2916, à Dar es Salaam, la RD Congo et la Tanzanie ont signé un mémorandum d’entente pour l’exploitation et le développement en commun des hydrocarbures contenus dans le lac Tanganyika, qui chevauche la RDC, la Tanzanie, la Zambie e
 
La SNCC a réceptionné 18 locomotives neuves pour se relancer

Les dix-huit locomotives neuves commandées pour la SNCC dans le cadre du Projet de transport multimodal (PTM) ont été officiellement présentées ce lundi 27 juillet à Lubumbashi au cours d’une cérémonie diffusée en direct à la télévision nati
 
La France et la Chine s’allient pour mieux conquérir l’Afrique et l’Asie

Le Premier ministre, Manuel Valls et son homologue chinois, Li Keqiang ont signé mardi une déclaration sur les partenariats sur les marchés tiers dans laquelle les deux pays s’engagent à conquérir ensemble des marchés en Afrique et en Asie.
 
Autour de la dissolution et liquidation des LAC: Les sénateurs s’interrogent sur la viabilité de Congo Airways

A la suite d’une question orale avec débat du sénateur Flore Musendu, la ministre du Portefeuille a éclairé la lanterne des sénateurs sur plusieurs questions, notamment celles de savoir la situation exacte actuelle de la compagnie nationale LAC du
 
RDC: reprise du trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi

Le trafic ferroviaire a repris, jeudi 2 juillet, entre les villes de Kinshasa et Matadi (Bas-Congo), après environ 10 ans d’interruption. Le premier train qui a de nouveau relié ces deux villes du pays avait à son bord de nombreuses autorités du pay
 
Le forum économique RD Congo-Allemagne, Opération : séduire les investisseurs

Après avoir eu lieu en février dernier à Kinshasa, la ville de Berlin accueillera, du 8 au 11 juin 2015, la deuxième édition du forum économique RD Congo-Allemagne dont le principal est « environnement des Affaires et opportunités d’investisseme
 
RDC : Mener une action concertée pour stopper le commerce illicite des ressources naturelles

Le chef de la MONUSCO Martin Kobler, et Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), appellent à « une utilisation rationnelle et modérée des ressources naturelles » en RD Congo. Ils l’ont fait sav
 
Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

 
RDC: le gouverneur du Katanga invite les miniers à investir "encore plus"

 
RDC: Greenpeace dénonce le «chaos organisé» dans le secteur du bois Par RFI media Greenpeace dénonce la déforestation incontrôlée en RDC Greenpeace/DR Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est t

Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est toujours en train de se reconstruire après des décennies de guerre, est particulièrement peu réglementé. Selon l’ONG Transparency International, en 2014,
 
Le FMI appelle à de gros efforts en RDC

Le Fonds monétaire international (FMI) est « impressionné » par les progrès réalisés par la République démocratique du Congo mais estime que Kinshasa à encore de gros efforts à fournir pour « maintenir la stabilité économique » et « lutter
 
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

 
Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives
 
RDC : Mise en place d’une nouvelle procédure de l’import-export

Le commerce transfrontalier entre Kinshasa et Brazzaville, à la gare fluviale de Kinshasa, est dés
 
RDC : Gestion déséquilibrée du budget de l’Etat 2013

Réunis en assemblée plénière jeudi 2 octobre au Palais du peuple à Kinshasa, les députés nat
 
RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

 
Détournements d’importantes sommes d’argent à la BIAC

 
Exploitation sauvage des forêts en RDC

Les forêts congolaises continuent de faire l’objet d’une exploitation sauvage. On en veut pour
 
La redevance minière ne contribue pas significativement aux recettes de l’Etat

« La redevance minière, qui est le deuxième plus grand flux ou deuxième plus grand acte généra