Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
RDC : La révision constitutionnelle passe pour un pétard mouillé

Après les partis politiques de l’Opposition et ceux de la majorité au pouvoir (MP), c’est au tour de la société civile de la RDC de se prononcer sur cette question. Cela à l’occasion de l’atelier qu’elle a organisé le 3 septembre 2014 en rapport avec la campagne pour la démocratie en RDC. Les conclusions de cette rencontre ont été coulées sous forme de recommandations à la session parlementaire de septembre 2014.

La société civile note ‘’qu’au-delà des arguments avancés en faveur de la révision constitutionnelle, les motivations profondes de celle-ci sont à chercher dans l’instinct de survie des animateurs des institutions publiques sacrifiant ainsi les valeurs démocratiques et de l’Etat de droit auxquelles le peuple congolais est fermement attaché et pour lesquelles il a consenti énormément de sacrifices’’.

Selon les participants audit atelier, il faut mobiliser la population contre toute tentative de révision de la Constitution  de nature à remettre en cause les acquis obtenus sur la voie de la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit, gage du développement économique et social. Dans le même temps, ils ont attiré l’attention du peuple sur les risques de « dérive autoritaire » et d’atteinte aux droits de l’homme qui pèsent sur la nation toute entière.

S’agissant de l’inopportunité d’un référendum populaire relatif au sujet, la société civile rappelle à l’un des ténors de la révision constitutionnelle ce qu’il a écrit : « Le référendum pose (...) des difficultés quant à la capacité du peuple à se prononcer en connaissance de cause, notamment au vu des éléments qui lui sont fournis à cette fin. D’abord, fort souvent, la manière dont la question est élaborée, en matière de référendum, est entourée d’une certaine ambiguïté. Elle ne permet pas à ceux appelés à se prononcer de saisir les vrais enjeux. Tout se réduit, en définitive, à une sorte de plébiscite ». Evariste Boshab, ‘’Entre la révision de la Constitution et l’inanition de la nation’’. 

Atelier de la Société civile en rapport avec le débat sur la révision constitutionnelle : Recommandations à la session parlementaire de septembre 2014

Introduction

Les organisations de la Société civile de la République démocratique du Congo (RDC) se sont réunies à Kinshasa, hier mercredi 3 septembre 2014, dans la salle Père Boka du Centre d’études pour l’action sociale (CEPAS).

Cette rencontre, la deuxième du genre, fait suite au Sommet Etats-Unis — Afrique ; à la proposition d’une loi portant garanties pour des anciens chefs d’Etat; au débat sur la révision de la Constitution, y compris sur l’opportunité de l’organisation du referendum populaire.

En rapport avec le sommet USA-Afrique

Les ONG ont suivi le rapport présenté par le secrétaire exécutif de la plate-forme Agir pour des élections transparentes et apaisées (AETA). Elles ont décidé de poursuivre l’agenda issu du sommet Etats-Unis — Afrique élaboré en collaboration avec des organisations internationales basées aux Etats-Unis et en Europe; de maintenir le contact avec les Etats-Unis. Aussi, elles en appellent aux réseaux des organisations internationales, de même qu’elles réitèrent leur demande d’appui aux partenaires internationaux.

En rapport avec la proposition de loi portant garanties pour les anciens chefs d’Etat

Les ONG ont convenu d’apporter leur contribution à l’élaboration de la loi portant statut des anciens chefs d’Etat. Pour elles, cette loi devrait revêtir un caractère impersonnel et être complémentaire à l’article 104 in fine de la Constitution qui dispose : « Les anciens présidents de la République élus sont de droit sénateurs à vie ». Elle devrait renforcer les garanties judiciaires (immunités et privilèges de juridictions), sécuritaires, matérielles (pension mensuelle), protocolaires des anciens chefs d’Etat, tout en conciliant les impératifs de la lutte contre l’impunité avec l’exigence du respect des droits de l’homme.

En rapport avec des arguments en faveur de la révision de la Constitution

Les ONG ont relevé que le débat sur la révision de la Constitution ne devrait pas être réservé aux seuls parlementaires, mais requiert l’implication de l’ensemble de la population congolaise. Elles ont noté qu’au-delà des arguments avancés en faveur de la révision constitutionnelle, les motivations profondes de celle-ci sont à chercher dans l’instinct de survie des animateurs des institutions publiques, sacrifiant ainsi les valeurs démocratiques et de l’Etat de droit auxquelles le peuple congolais est fermement attaché et pour lesquelles il a consenti énormément de sacrifices.

Les ONG ont décidé d’attirer l’attention des organisations de base sur les risques de « dérive autoritaire » et d’atteinte aux droits de l’homme qui pèsent sur la nation; de mobiliser la population contre toute tentative de révision de la Constitution de nature à remettre en cause les acquis obtenus sur la voie de la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit, gage du développement économique et social.

En rapport avec l’opportunité d’un referendum populaire

Les ONG se sont approprié la position de la doctrine constitutionnelle congolaise dominante selon laquelle : « Le référendum pose (...) des difficultés quant à la capacité du peuple à se prononcer en connaissance de cause, notamment au vu des éléments qui lui sont fournis à cette fin. D’abord, fort souvent, la manière dont la question est élaborée, en matière de référendum, est entourée d’une certaine ambiguïté. Elle ne permet pas à ceux appelés à se prononcer de saisir les vrais enjeux. Tout se réduit, en définitive, à une sorte de plébiscite. On s’accorde plus sur la personnalité qui pose la question que sur la question elle-même. (...) Si la participation du citoyen au suffrage est sans conteste, le doute plane sur le caractère démocratique, car, dès lors que se profilent plusieurs non-dits à travers des questions apparemment anodines, le plus grand perdant reste le peuple ». E. Boshab, « Entre la révision de la Constitution et l’inanition de la nation », Bruxelles, Larcier, 2013, pp. 320-321.

Au regard des enjeux entourant la révision de la Constitution et des difficultés de garantir la transparence des opérations référendaires, les ONG ont décidé d’entreprendre des actions susceptibles de préserver la paix et contrer toute initiative de révision de la Constitution portant atteinte aux valeurs démocratiques; de prendre des dispositions nécessaires à une surveillance renforcée du processus électoral de manière à prévenir tous les cas de fraude.

Kinshasa, CEPAS, 3 septembre 2014

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Liberia : les cinq clés de la victoire de George Weah

George Weah est le nouveau président du Liberia. L'ex-star du football a obtenu plus de 60% des voix lors du second tour qui l'opposait au vice-président sortant Joseph Boakai. La défaite de ce dernier est aussi la défaite du parti de l'ex-présidente
 
Territoires palestiniens : mouvement de colère contre la décision de Donald Trump

 
L’accord de Paris entrera en vigueur dans 30 jours

« 72 parties représentant 56,75% des émissions globales de gaz à effet de serre ont désormais ratifié l’accord de Paris. Il entrera en vigueur dans 30 jours.». C’est ce qu’a révélé Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive de la convent
 
Forum Pharmaceutique International/Tunis 2016

Programme 17éme Session du Forum de L'IOPA 28-29-30 Avril 2016
 
L'Assemblée Générale de la CIOPF 2015

Les Représentants des Ordres des Pharmaciens Francophones étaient réunis à l’Assemblée Générale de la Conférence Internationale des Ordres des Pharmaciens Francophon
 
Terrorisme : La CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak

D’après les documents diffusés par Snowden, actuellement réfugié en Russie, la CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). L’EIIL, qui prône le retour au «Califat »
 
Livraison des Mistrals : la France a trahi son indépendance !

L’affaire des Mistral, ces porte-hélicoptères commandés à la France par la Russie, ne cesse de faire couler l’encre. Pour régler le dilemme surgi de la non livraison de ces deux navires, la France vient de formuler des conditions que la Russie a
 
Mort de Boris Nemtsov Un assassinat "minutieusement planifié" par les services étrangers

L’opposant russe et ancien vice-Premier ministre Boris Nemtsov a été tué par quatre balles à Moscou. Son assassinat aurait été "minutieusement planifié". Différentes théories émergent pour expliquer le meurtre de l’opposant russe et ancien v
 
Sous la force de frappe des Pro-russes, les troupes ukrainiennes battent en retraite

Est-Ouest. La logique de confrontation paraît l’emporter dans l’Est de l’Ukraine. Chaque camp est encouragé dans sa surenchère : Moscou soutient les rebelles pour ne pas abandonner ses intérêts sans contrepartie ; Washington appuie les loyalist
 
L'Est de l'Ukraine, un terrain d’affrontement américano-russe ?

Selon l’Occident, alors que Moscou livre depuis des mois des équipements militaires aux pro-russes du Donbass, Washington envisage aussi désormais de faire la même chose avec l'armée ukrainienne. Au risque de tomber dans l'escalade, si l’on n
 
Relance d'une 3ème guerre mondiale : La suprématie militaire russe reste inégalable

L’Otan pousse l’UE vers une nouvelle Guerre froide. Et la crise ukrainienne est le prétexte idéal de l’Alliance Atlantique (L’Otan) pour pousser les Européens à augmenter leur budget militaire, et à financer cette augmentation par la vente au
 
Washington bientôt dans son propre piège

La Russie réagit dans la guerre économique que lui livre l’Otan à la manière dont elle l’aurait fait dans une guerre classique, signale Thierry Meyssan, un journaliste spécialiste des mouvements militaires. Elle s’est laissée atteindre par des
 
Vers la disparition de l’Ukraine !

 
Vol MH 370 : les Etats-Unis soupçonnés d’avoir abattu le Boeing 377 ?

Neuf mois après la disparition du vol MH 370, la théorie selon laquelle le Boeing aurait été neutralisé par l’armée américaine pour éviter qu’il ne s’écrase sur la base militaire de Diego Garcia refait surface.
 
Poutine à la presse : « La Russie a raison, les Occidentaux ont tort et la stratégie en Ukraine est la bonne »

Plus de trois heures auront été nécessaires au président russe Vladimir Poutine pour brosser un tableau complet de la Russie et du monde lors de sa 10e grande conférence de presse, rapporte la presse russe. La situation économique, l'Ukraine, les sa
 
Poutine intransigeant face à la pression occidentale

"Si pour certains pays européens la fierté nationale est une notion oubliée depuis belle lurette et la souveraineté, un luxe inabordable, pour la Russie la souveraineté nationale réelle est une condition sine qua non de son existence", a indiqué le
 
L’Afrique du Sud accuse Israël de «défier le monde entier»