Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Affaire Ewanga : la défense promet de recourir à d’autres instances

Après la condamnation à 12 mois de prison ferme du député et secrétaire général de l’Union pour la nation (UNC), Jean-Bertrand Ewanga, son conseil promet de recourir à d’autres instances pour inconstitutionnalité et incompétence. Jean-Bertrand Ewanga a été reconnu coupable, par la Cour suprême de justice, siégeant en tant que Cour de cassation, d’offense au chef d’Etat, aux membres du Parlement et du gouvernement.

Son arrestation puis son assignation à résidence surveillée par le parquet général de la République remonte au lendemain du meeting de l’opposition politique le 4 août au terrain Sainte Thérèse de N’Djili, à Kinshasa.

Les organisateurs de cette messe avaient alors chargé le secrétaire général de l’UNC de traduire en lingala leur message contre la révision de la Constitution, devant plusieurs milliers de sympathisants et militants de l’opposition.

Accusant Jean-Pierre Ewanga d’avoir tenu des propos insultants vis-à-vis du chef de l’Etat, le parquet l’a déféré en flagrance devant la Haute cour.

Celle-ci a organisé nuitamment plus de six audiences. D’après le parquet, l’opposant aurait traité les membres du gouvernement et du parlement de «griots», troisième infraction ajoutée en cours d’instance. Celle de racisme a finalement été rejetée.

Le ministère public estime que le prévenu a commis ces infractions en participation criminelle. Les avocats de l’accusé s’étonnent justement de ne voir que leur seul client poursuivi, alors que d’autres opposants auraient aussi participé à ces infractions.

Le Conseil du prévenu peuvent faire recours devant la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, ou à la commission de la SADC.

En interne, il y a la Cour constitutionnelle qui peut recevoir des recours contre une décision, lorsqu’il y a conflit de compétence.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.