Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Suspendu de ses fonctions : Le président de la CSAC impliqué à la corruption

Le président de République avait investi les membres du CSAC en août 2011. Depuis sa mise en place, cette institution est dirigée par Jean Bosco Bahala.

Le CSAC a pour mission de garantir et d’assurer la liberté et la protection de la presse, ainsi que tous les moyens de communication de masse dans le respect de la loi. Il veille au respect de la déontologie  en matière d’information et à l’accès équitable des partis politiques, des associations et des citoyens aux moyens officiels d’information et de communication.

Jean-Bosco Bahala ignore sa suspension

Réagissant à la décision de la plénière de mardi, le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), Jean-Bosco Bahala dit ne pas avoir convoqué une assemblée plénière de cette institution le mardi 16 septembre,  assemblée qui  l’aurait suspendu de ses fonctions.

« Je ne suis pas suspendu ». «Mes collaborateurs ne peuvent pas se réunir sans moi et décider de ma suspension ; peu importe le motif», a-t-il affirmé à Radio Okapi, ajoutant que sa suspension ne peut être décidée que par le chef de l’Etat.

Jean-Bosco Bahala reconnaît, toutefois, l’existence d’un malaise au sein du CSAC:

«C’est vrai qu’il y a des manœuvres actuellement de repositionnement. Je comprends qu’une certaine fronde peut recommencer dans notre institution. Vous vous rappelez qu’au début même de notre mandat, la même opération avait été faite. Je trouve déplorable que certains membres du conseil pensent forcer l’autorité à pouvoir changer d’animateurs des institutions.».  

I y a quelque temps, le président du CSAC avait indiqué, toujours Radio Okapi, qu’il est «en train de travailler à un dialogue avec certains membres de l’institution pour que les choses reviennent à la normale»:

Une source proche du CSAC a annoncé mardi la suspension du président de cette institution chargée de la régulation des médias, décision prise au cours d’une assemblée plénière de cette institution.

Selon la même source, il est reproché à Jean-Bosco Bahala d’avoir délivré un avis de conformité à la société de télédistribution Startimes. Une décision qui relève uniquement de la compétence de la plénière de cette institution.

Un antécédent

La brouille entre le président du CSAC ne date pas d’aujourd’hui. Il y a un an, des membres de l’Assemblée plénière du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) avaient déclaré avoir « retiré leur confiance » à Jean Bosco Bahala, président de cette institution, à qui ils reprochaient  bien des choses, entre autres, son refus de « signer et notifier la décision de création et composition de la commission ad hoc chargée de contrôler la gestion administrative et financière » du CSAC. Une déclaration de retrait de confiance avait été rendue publique à l’époque. Chantal Kanyimbo, rapporteuse du CSAC, avait indiqué qu’une « session extraordinaire a été convoquée pour vendredi [16 mars] pour examiner cette question ».

« À l’issue de cette assemblée extraordinaire, une déclaration officielle sera faite aux médias, après avoir examiné la situation créée à la suite de cette déclaration de retrait de confiance », a-t-elle déclaré.

Pour sa part, le président du CSAC avait nié être opposé à la mise en place d’une commission ad hoc pour le contrôle de gestion. Mais « il y a des mécanismes prévus pour contrôler les institutions de l’Etat », avait-il précisé.

« Nous ne pouvons pas nous contrôler nous-mêmes. Nous n’avons même pas encore de budget », avait-il dit.

Jean Bosco Bahala avait reconnu « une certaine grogne interne » de gens qui veulent « envoyer un message au pouvoir public » au sein de l’institution qu’il préside, mais il avait dit le prendre « de façon positive ».

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
RDC: les laïcs catholiques veulent une marche pacifique le 31 decembre 2017

 
RDC : des centaines de milliers d'enfants souffrent de malnutrition

 
Pas de vie au Congo Kinshasa !

 
Effondrement d’un immeuble à Kinshasa : la famille des victimes exige des sanctions sévères

 
La RDC est-elle encore la capitale mondiale du viol ?

 
Kalamba Malandi encourt 20 ans de prison ferme pour tentative de viol sur mineure

Une affaire à dormir debout que celle d’un grand-père maternel qui tente de violer sa petite fille mineure de 16 ans. En effet, le sieur Kalamba Malandi, âgé de 65 ans et résidant au n° 4 de l’avenue Gemena, quartier Matadi Mayo, commune de Mont
 
La RDC va autoriser le départ de 32 enfants adoptés par des couples étrangers

La République démocratique du Congo est prête à autoriser le départ dès la semaine prochaine de 32 enfants congolais adoptés que des couples étrangers n'avaient pas pu récupérer suite à un gel des sorties décidé en 2013, a-t-on appris vendred
 
Tomberez-vous amoureux d'un(e) inconnu(e) avec ces 36 questions ?

A l'occasion de la Saint-Valentin, francetv info tente de percer les mystères de l'amour. Et si la solution pour tomber amoureux se trouvait au cœur d'une expérience psychologique menée dans les années 1990 ? L'expérience psychologique menée il y a
 
La fête cotérique des élus dans le gouvernement

Depuis des lustres, lorsque quelqu’un est nommé ministre en République démocratique du Congo (RDC), avant même qu’il n’entre en fonction et dévoile son programme d’activités, sa résidence est prise d’assaut par ses proches. C’est la gra
 
Beni : le lynchage par la foule, un autre mode vie

L'insécurité de Beni ne date pas d'aujourd’hui. Elle est récurrente depuis trois ans avant mêm
 
RDC: des centaines de magistrats en grève "illimitée" pour obtenir une hausse de salaire

 
Code de famille : Pas de mariage pour tous en RDC, tranche le Sénat

« Tout individu a le droit de se marier avec la personne de son choix, de sexe opposé et de fonde
 
RDC : L’émancipation de la femme est devenue une réalité ?

En République démocratique du Congo, gouverner n’est pas l’affaire des seuls hommes. Il est de
 
Démantèlement d’une filière de faussaires congolais de Brazzaville à Paris

 
RDC : La milice Bakata-Katanga menace d'exterminer les pygmées du Katanga

Bantous et pygmées s’affrontent régulièrement au Nord-Katanga malgré plusieurs efforts de réc
 
Remise des clés aux bénéficiaires du Programme « Esprit de vie » : Matata