Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
FDLR : La fin de la récréation a sonné

A voir les choses de très près, il n’y a plus de doute possible. L’envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique pour la région des Grands Lacs a sifflé la fin de la récréation. Il tient à ce qu’on puisse en finir, une fois pour toutes, avec les FDLR.

Il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. L’envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique pour la région des Grands Lacs doit avoir sonné le tocsin de l’éradication « définitive » des FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda).

URGENCE A NEUTRALISER LES FDLR

Il est donc revenu à la charge. Cette fois-ci, ce n’est pas pour que les ex-combattants FDLR continuent, comme ils l’ont fait, jusque-là, à raconter leur vie à qui veulent bien les entendre, mais pour qu’ils se mettent réellement au pas. Et pas de n’importe quelle manière : le modus operandi que Russ Feingold a décliné à la faveur d’un détour, le 10 septembre 2014, à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, est sans appel.

Dans tous les cas, il ne s’est aucunement entouré de circonlocutions, bien au contraire. Russ Feingold a appelé  à « vite commencer concrètement l’élimination des FDLR». Il estime, en effet, que l’élimination des FDLR a déjà dépassé son délai et qu’elle devra vite commencer concrètement afin qu’un terme soit définitivement mis sur cette question qui n’a que trop duré.

La messe semble-t-elle avoir été dite pour que l’on commence déjà à composer les FDLR au passé ? Quoi qu’il en soit, il n’y a rien de moins vrai dans ce feuilleton où, malheureusement, tout ressemble à du déjà entendu.

Il y a donc urgence d’accélérer les opérations de neutralisation des FDLR, comme l’a si bien réaffirmé l’envoyé spécial des Etats-Unis pour la région des Grands Lacs. Tout en saluant « les efforts » du gouvernement de la République Démocratique du Congo pour mettre un terme aux groupes armés locaux et étrangers, l’ambassadeur Russ Feingold tient en fait à voir « s’accélérer » les opérations de leur éradication avec une forte pression sur les FDLR ».

Partant des assurances plusieurs fois réitérées à l’issue des entretiens avec le chef de l’Etat congolais, l’ambassadeur Feingold s’est, à tout le moins, dit confiant de voir la question des FDLR être rapidement conclue. Et ce n’est pas pour rien que les Etats-Unis « anticipent déjà la garantie de leur collaboration pour que cette question soit résolue définitivement ».

PAS QUESTION DE TRANSIGER

Il faudrait, dans la foulée, rappeler qu’il n’y a pas longtemps le président des FDLR avait affirmé que ses ex-combattants n’iront jamais dans les camps prévus pour les accueillir à Kisangani, retenu comme site pour accueillir provisoirement ces éléments avant de les diriger ailleurs.

Victor Byiringiro avait même demandé à la SADC (Communauté économique d’Afrique australe) de prendre la tête d’une nouvelle « initiative pour la paix » devant aboutir – suite à des pressions – à un dialogue avec Kigali.

Mais, du côté de la Monusco tout comme de celui du gouvernement de la République, pas question d’entendre les choses sous cet angle. « C’est inacceptable de chercher à dicter au gouvernement congolais des conditions à leur désarmement », avait indiqué un responsable onusien. « Je crois qu’ils (les FDLR) sont en train de consommer le temps qui leur a été accordé et qu’ils s’exposent à un désarmement forcé », avait déclaré le ministre Lambert Mende des Médias et porte-parole du gouvernement.

On sait que la rencontre ministérielle de Luanda, à la faveur d’un mini-sommet des pays de la CIRGL convoqué par le président angolais, en même temps président en exercice de ladite conférence, avait donné un ultimatum aux FDLR (de désarmer) d’ici à la fin de l’année, avec une évaluation à mi-parcours.

PAIX ET SECURITE AU NORD-KIVU

A la fin de cet ultimatum, l’option militaire devra être utilisée, a tenu à souligner l’envoyé spécial de l’Onu pour les Grands Lacs, Saïd Djinnit, lors de sa tournée dans la région.

Dans tous les cas, les Etats-Unis, par le biais de leur envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, ont réaffirmé qu’ils allaient « continuer à œuvrer pour aboutir à la paix et à la sécurité dans la partie de l’Est de la République Démocratique du Congo, en général, et dans la province du Nord-Kivu en particulier ».

« L’important, a martelé Russ Feingold lors de son récent passage à Goma, est de voir le Nord-Kivu être débarrassé de groupes armés qui freinent la reconstruction de cette province au même diapason que les autres parties de la République démocratique du Congo toute entière ».

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du KASAI ORIENTAL en 2017

 
Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017

Rapport de Riposte au VIH/SIDA dans la province du TANGANYIKA en 2017
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.