Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
FDLR : La fin de la récréation a sonné

A voir les choses de très près, il n’y a plus de doute possible. L’envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique pour la région des Grands Lacs a sifflé la fin de la récréation. Il tient à ce qu’on puisse en finir, une fois pour toutes, avec les FDLR.

Il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. L’envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique pour la région des Grands Lacs doit avoir sonné le tocsin de l’éradication « définitive » des FDLR (Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda).

URGENCE A NEUTRALISER LES FDLR

Il est donc revenu à la charge. Cette fois-ci, ce n’est pas pour que les ex-combattants FDLR continuent, comme ils l’ont fait, jusque-là, à raconter leur vie à qui veulent bien les entendre, mais pour qu’ils se mettent réellement au pas. Et pas de n’importe quelle manière : le modus operandi que Russ Feingold a décliné à la faveur d’un détour, le 10 septembre 2014, à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, est sans appel.

Dans tous les cas, il ne s’est aucunement entouré de circonlocutions, bien au contraire. Russ Feingold a appelé  à « vite commencer concrètement l’élimination des FDLR». Il estime, en effet, que l’élimination des FDLR a déjà dépassé son délai et qu’elle devra vite commencer concrètement afin qu’un terme soit définitivement mis sur cette question qui n’a que trop duré.

La messe semble-t-elle avoir été dite pour que l’on commence déjà à composer les FDLR au passé ? Quoi qu’il en soit, il n’y a rien de moins vrai dans ce feuilleton où, malheureusement, tout ressemble à du déjà entendu.

Il y a donc urgence d’accélérer les opérations de neutralisation des FDLR, comme l’a si bien réaffirmé l’envoyé spécial des Etats-Unis pour la région des Grands Lacs. Tout en saluant « les efforts » du gouvernement de la République Démocratique du Congo pour mettre un terme aux groupes armés locaux et étrangers, l’ambassadeur Russ Feingold tient en fait à voir « s’accélérer » les opérations de leur éradication avec une forte pression sur les FDLR ».

Partant des assurances plusieurs fois réitérées à l’issue des entretiens avec le chef de l’Etat congolais, l’ambassadeur Feingold s’est, à tout le moins, dit confiant de voir la question des FDLR être rapidement conclue. Et ce n’est pas pour rien que les Etats-Unis « anticipent déjà la garantie de leur collaboration pour que cette question soit résolue définitivement ».

PAS QUESTION DE TRANSIGER

Il faudrait, dans la foulée, rappeler qu’il n’y a pas longtemps le président des FDLR avait affirmé que ses ex-combattants n’iront jamais dans les camps prévus pour les accueillir à Kisangani, retenu comme site pour accueillir provisoirement ces éléments avant de les diriger ailleurs.

Victor Byiringiro avait même demandé à la SADC (Communauté économique d’Afrique australe) de prendre la tête d’une nouvelle « initiative pour la paix » devant aboutir – suite à des pressions – à un dialogue avec Kigali.

Mais, du côté de la Monusco tout comme de celui du gouvernement de la République, pas question d’entendre les choses sous cet angle. « C’est inacceptable de chercher à dicter au gouvernement congolais des conditions à leur désarmement », avait indiqué un responsable onusien. « Je crois qu’ils (les FDLR) sont en train de consommer le temps qui leur a été accordé et qu’ils s’exposent à un désarmement forcé », avait déclaré le ministre Lambert Mende des Médias et porte-parole du gouvernement.

On sait que la rencontre ministérielle de Luanda, à la faveur d’un mini-sommet des pays de la CIRGL convoqué par le président angolais, en même temps président en exercice de ladite conférence, avait donné un ultimatum aux FDLR (de désarmer) d’ici à la fin de l’année, avec une évaluation à mi-parcours.

PAIX ET SECURITE AU NORD-KIVU

A la fin de cet ultimatum, l’option militaire devra être utilisée, a tenu à souligner l’envoyé spécial de l’Onu pour les Grands Lacs, Saïd Djinnit, lors de sa tournée dans la région.

Dans tous les cas, les Etats-Unis, par le biais de leur envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, ont réaffirmé qu’ils allaient « continuer à œuvrer pour aboutir à la paix et à la sécurité dans la partie de l’Est de la République Démocratique du Congo, en général, et dans la province du Nord-Kivu en particulier ».

« L’important, a martelé Russ Feingold lors de son récent passage à Goma, est de voir le Nord-Kivu être débarrassé de groupes armés qui freinent la reconstruction de cette province au même diapason que les autres parties de la République démocratique du Congo toute entière ».

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Liberia : les cinq clés de la victoire de George Weah

George Weah est le nouveau président du Liberia. L'ex-star du football a obtenu plus de 60% des voix lors du second tour qui l'opposait au vice-président sortant Joseph Boakai. La défaite de ce dernier est aussi la défaite du parti de l'ex-présidente
 
Territoires palestiniens : mouvement de colère contre la décision de Donald Trump

 
L’accord de Paris entrera en vigueur dans 30 jours

« 72 parties représentant 56,75% des émissions globales de gaz à effet de serre ont désormais ratifié l’accord de Paris. Il entrera en vigueur dans 30 jours.». C’est ce qu’a révélé Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive de la convent
 
Forum Pharmaceutique International/Tunis 2016

Programme 17éme Session du Forum de L'IOPA 28-29-30 Avril 2016
 
L'Assemblée Générale de la CIOPF 2015

Les Représentants des Ordres des Pharmaciens Francophones étaient réunis à l’Assemblée Générale de la Conférence Internationale des Ordres des Pharmaciens Francophon
 
Terrorisme : La CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak

D’après les documents diffusés par Snowden, actuellement réfugié en Russie, la CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). L’EIIL, qui prône le retour au «Califat »
 
Livraison des Mistrals : la France a trahi son indépendance !

L’affaire des Mistral, ces porte-hélicoptères commandés à la France par la Russie, ne cesse de faire couler l’encre. Pour régler le dilemme surgi de la non livraison de ces deux navires, la France vient de formuler des conditions que la Russie a
 
Mort de Boris Nemtsov Un assassinat "minutieusement planifié" par les services étrangers

L’opposant russe et ancien vice-Premier ministre Boris Nemtsov a été tué par quatre balles à Moscou. Son assassinat aurait été "minutieusement planifié". Différentes théories émergent pour expliquer le meurtre de l’opposant russe et ancien v
 
Sous la force de frappe des Pro-russes, les troupes ukrainiennes battent en retraite

Est-Ouest. La logique de confrontation paraît l’emporter dans l’Est de l’Ukraine. Chaque camp est encouragé dans sa surenchère : Moscou soutient les rebelles pour ne pas abandonner ses intérêts sans contrepartie ; Washington appuie les loyalist
 
L'Est de l'Ukraine, un terrain d’affrontement américano-russe ?

Selon l’Occident, alors que Moscou livre depuis des mois des équipements militaires aux pro-russes du Donbass, Washington envisage aussi désormais de faire la même chose avec l'armée ukrainienne. Au risque de tomber dans l'escalade, si l’on n
 
Relance d'une 3ème guerre mondiale : La suprématie militaire russe reste inégalable

L’Otan pousse l’UE vers une nouvelle Guerre froide. Et la crise ukrainienne est le prétexte idéal de l’Alliance Atlantique (L’Otan) pour pousser les Européens à augmenter leur budget militaire, et à financer cette augmentation par la vente au
 
Washington bientôt dans son propre piège

La Russie réagit dans la guerre économique que lui livre l’Otan à la manière dont elle l’aurait fait dans une guerre classique, signale Thierry Meyssan, un journaliste spécialiste des mouvements militaires. Elle s’est laissée atteindre par des
 
Vers la disparition de l’Ukraine !

 
Vol MH 370 : les Etats-Unis soupçonnés d’avoir abattu le Boeing 377 ?

Neuf mois après la disparition du vol MH 370, la théorie selon laquelle le Boeing aurait été neutralisé par l’armée américaine pour éviter qu’il ne s’écrase sur la base militaire de Diego Garcia refait surface.
 
Poutine à la presse : « La Russie a raison, les Occidentaux ont tort et la stratégie en Ukraine est la bonne »

Plus de trois heures auront été nécessaires au président russe Vladimir Poutine pour brosser un tableau complet de la Russie et du monde lors de sa 10e grande conférence de presse, rapporte la presse russe. La situation économique, l'Ukraine, les sa
 
Poutine intransigeant face à la pression occidentale

"Si pour certains pays européens la fierté nationale est une notion oubliée depuis belle lurette et la souveraineté, un luxe inabordable, pour la Russie la souveraineté nationale réelle est une condition sine qua non de son existence", a indiqué le
 
L’Afrique du Sud accuse Israël de «défier le monde entier»