Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
RDC : Refus de la communauté internationale a la révision constitutionnelle

Le débat sur la révision de la Constitution n’est plus l’apanage de seuls Congolais. Si, en interne, le front contre tout charcutage de la Constitution du 18 février 2006 se raffermit au jour le jour, en dehors des frontières de la RDC, les partenaires extérieurs ne se retiennent plus pour exprimer vivement leur désapprobation à la démarche initiée par la Majorité au pouvoir (MP). Le dernier en date à donner de la voix est l’Allemagne. Cela par le truchement de son ambassadeur en RDC, le docteur Wolfgang Manig.

Le diplomate allemand a profité de la célébration le 2 octobre 2014 de la fête de l’unité allemande pour apporter sa contribution au débat politique autour de la révision de la Constitution en RDC. Il l’a fait en deux temps, d’abord au cours d’une conférence de presse le mercredi 1er octobre 2014, ensuite le jour même de la commémoration du 25ème anniversaire de la réunification de l’Allemagne, le jeudi 2 octobre 2014 en sa résidence.

Le docteur Wolfgang Manig a rappelé toutes les péripéties de l’histoire politique de son pays avant de mettre en garde la RDC contre des risques qu’elle court de sombrer dans une crise qui pourrait conduire à l’éclatement de son unité. Selon lui, la RDC a intérêt à mûrir davantage la question de la révision de la Constitution avant de se lancer sur cette voie. En clair, Berlin craint que le projet qui fait jaser actuellement ne débouche sur la déstabilisation de la RDC, un pays qui sort timidement d’une situation d’instabilité permanente, principalement dans sa partie orientale.

Première puissance de l’Union européenne, l’Allemagne nourrit de sérieuses ambitions en RDC. Le dernier séjour allemand du Premier ministre, Matata Ponyo Mapon, s’inscrit dans ce schéma. Pour l’Allemagne, le temps est venu de faire des affaires en RDC. Toutefois, estime son ambassadeur en RDC, cela ne peut se réaliser que dans un contexte de paix garantie. « Nous avons besoin de la stabilité pour investir dans une nation », a déclaré le diplomate allemand, estimant que « la stabilité est nécessaire pour développer un pays ».

Usant de son flair de diplomate, le docteur Wolfgang Manig prédit que le projet de révision de la Constitution pourrait rendre hypothétique cette paix sur laquelle son pays voudrait s’appuyer pour s’engager dans une véritable relation d’affaires avec la RDC. Sans détours, il précise qu’ « il faudra bien réfléchir avant de prendre la décision de réviser la Constitution de la République. Si elle aura des conséquences sur la stabilité du pays, il serait mieux de s’abstenir ».

Conseil, suggestion, appel, tout y passe. Et de renchérir : « On ne peut pas développer une nation sans la liberté, ni une démocratie forte moins encore sans la bonne gouvernance ».

« Nous n'oublions pas le Congo »

Le diplomate allemand a rappelé que son pays, de même que toute l’Europe qui participe activement à la stabilisation de la RDC, n’était pas prêt à « oublier le Congo ». « Nous n’oublions pas le Congo », a-t-il lancé devant ses invités dans leur diversité.  Il a usé de termes clairs et précis pour exprimer ce que l’Allemagne indique à la RDC comme la voie à suivre pour ne pas hypothétique les fondements d’une paix durable. Sans fioritures, il a insisté sur le respect de la Constitution comme l’un des principaux maillons de cette paix tant recherchée.

« Les Congolais ont voté massivement en 2006 une Constitution qui promettait une démocratie vivante. Celle qui a été fondée sur les valeurs de l'État de droit libéral. Sur la liberté de réunion pacifique, le droit d'exprimer son opinion, sans avoir à disparaître dans un cachot comme au temps de la dictature ou de la guerre. Et sur la possibilité de se choisir un gouvernement lors des élections où aussi l'opposition pouvait annoncer librement son programme », a-t-il rappelé.

Le diplomate allemand a touché du doigt le nœud du problème qui divise la classe politique congolaise : « Bien sûr, tout peuple a le droit à tout moment de réviser sa Constitution ou de s’en donner un nouveau. Car, tout pouvoir émane du peuple ». Toutefois, il relativise : « Le peuple donne temporairement le pouvoir. Mais s’il y a un risque que le pouvoir conféré ne soit pas rendu au moment convenu, les citoyens pourraient très bien se demander, ‘’Nos politiciens nous ont-ils oubliés ‘’? ».

L’engagement économique de l’UE tributaire d’un cadre politique fiable en RDC

Se souvenant d’une interpellation lui faite dernièrement par un ingénieur congolais, le diplomate allemand tance alors les dirigeants politiques congolais : « N’oubliez pas de protéger les valeurs que la RD Congo partage avec l'Europe! Des valeurs, qui sont aussi dans la Charte de l'Union africaine ».

Il est d’avis que ces valeurs sont, comme partout ailleurs, incarnées dans la loi fondamentale du pays, c’est-à-dire la Constitution. Si bien que la violer ou la fragiliser, comme c’est le cas avec le projet en cours de la réviser, c’est autrement dit porter atteinte à ces valeurs qui définissent les fondements d’une nation. « Il est également vrai que l’engagement économique des entreprises européennes dépend également du cadre politique fiable. Parce que les troubles et l'instabilité ne sont pas l'environnement dans lequel on investit », a renchéri l’ambassadeur Wolfgang Manig.

Que retenir de ces déclarations du diplomate allemand ? Une chose essentielle : l’Allemagne déconseille à la RDC de réviser sa Constitution. Elle doit en avoir été touchée au mot du Premier ministre Matata Ponyo lors de son dernier passage à Berlin. Bref, l’Allemagne nourrit de grandes ambitions pour la RDC. Elle pose cependant comme préalable la consolidation de la paix pour garantir un environnement dans lequel il est bon faire des affaires. Or, de l’avis de Berlin, la révision de la Constitution comporte le risque de précipiter le pays dans un cycle infernal, lequel, tel un grave tourbillon, ferait éloigner toute perspective de paix.

Ayant passé par tous ces cycles dans son histoire, l’Allemagne veut éviter à la RDC pareil drame. Autrement dit, pour Berlin, la révision de la Constitution sera un suicide non seulement pour la jeune démocratie congolaise, mais surtout  pour une nation qui a toutes les chances de se relever.

La Majorité, qui tient à son projet de révision, restera-t-elle insensible à la sagesse allemande ? Première puissance de l’Union européenne, il n’est pas exclu que l’Allemagne influence l’ensemble de la communauté européenne. Dans ces conditions, il vaut mieux faire preuve de capacité d’écoute que se foutre de tout le monde.

« Avec l’unité, la responsabilité internationale de l'Allemagne a augmenté », a fait savoir l’ambassadeur allemand en RDC avant d’indiquer « L'Allemagne doit assumer cette responsabilité, que cela nous plaise ou non ». Sa conclusion n’appelle aucun commentaire : « Nous n'oublions pas le Congo. Car, je suis sûr que les responsables au sein du gouvernement, du Parlement et de la société de la RD Congo vont apprécier la liberté, l'unité, la justice et la stabilité de la même manière que, il ya 25 ans, les Allemands l’ont démontré ».

La Majorité est donc prévenue. A bon entendeur, salut !

Dr Wolfgang Manig, ambassadeur de l’Allemagne en RDC

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Banques de développement: Remédier au déficit de financement des infrastructures

À l’occasion de l’Africa Investment Forum, une dizaine de banques de développement tentent de faire aboutir une soixantaine de projets. Et de progresser sur un point : leur lenteur dans le traitement des dossiers.
 
Energie: Quand la Rdc compte se doter des centrales hydroelectriques à petites echelles dans les mileux ruraux

La RDC compte se doter des centrales hydroélectriques à petite échelle qui seront construites dans les milieux ruraux grâce au projet MCH (Mini et micro centrales hydroélectriques) lancé par le gouvernement avec l’appui de ses partenaires multilat
 
RDC : Quand le PNUD présente sa nouvelle approche de l’aide au développement

Etabli en RDC depuis 1976, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre à un ... e PNUD est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement. Présent dans 9 provinces de la RDC, ...
 
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?

Kinshasa a abrité du 2 au 4 avril 2018 une Table Ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et de la réduction de la dépendance des importations où les participants ont réfléchi sur les politiques et stratégies à mettre en plac
 
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !

Ce plan est axé sur l’industrialisation des secteurs de base, le développement agricole et l’amélioration de la productivité du secteur minier et industriel. Il prévoit également la création des zones économiques industrielles qui permettront
 
RDC : le taux de déforestation annuel augmente de 0,81% entre 2000 et 2014

 
RDC/ Banque centrale: un excédent de plus de 13 millions USD en novembre

 
RDC : Adoption du projet de loi des finances exercice 2018 à l’Assemblée nationale

 
La RDC signe un accord avec la société Wapcos pour le transport de l’électricité produite à Kokobola

 
Dépréciation accélérée du Franc congolais

Depuis un an déjà, la monnaie de la République démocratique du Congo, le franc congolais perd sans arrêt des points face au dollar. On en est déjà à 30% de perdu dans le rapport. Malgré toutes les mesures des autorités, la dépréciation semble
 
BGFI Bank : la triche bénie en RDC

 
Le Rassemblement opte pour une solution apaisée à la crise politique congolaise

Le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement salue la mission de bons offices qu’a entreprise la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) visant à harmoniser les positions des uns aux autres.
 
La Banque centrale veut stopper la dépréciation du Franc congolais

La chute du franc congolais se précise. Stabilisé depuis plus de 7 ans autour de 900 francs par rapport au dollar, sa dépréciation depuis peu est telle qu'il a franchi en moins de 3 mois la barre des 1200FC au marché parallèle.
 
Le gouvernement démonte la Gécamines sur la transaction entre Freeport et China Molybdenum

 
La RDC et la Tanzanie signent un MoU pour explorer et développer en commun les hydrocarbures du lac Tanganyika

Mardi 6 octobre 2916, à Dar es Salaam, la RD Congo et la Tanzanie ont signé un mémorandum d’entente pour l’exploitation et le développement en commun des hydrocarbures contenus dans le lac Tanganyika, qui chevauche la RDC, la Tanzanie, la Zambie e
 
La SNCC a réceptionné 18 locomotives neuves pour se relancer

Les dix-huit locomotives neuves commandées pour la SNCC dans le cadre du Projet de transport multimodal (PTM) ont été officiellement présentées ce lundi 27 juillet à Lubumbashi au cours d’une cérémonie diffusée en direct à la télévision nati
 
La France et la Chine s’allient pour mieux conquérir l’Afrique et l’Asie

Le Premier ministre, Manuel Valls et son homologue chinois, Li Keqiang ont signé mardi une déclaration sur les partenariats sur les marchés tiers dans laquelle les deux pays s’engagent à conquérir ensemble des marchés en Afrique et en Asie.
 
Autour de la dissolution et liquidation des LAC: Les sénateurs s’interrogent sur la viabilité de Congo Airways

A la suite d’une question orale avec débat du sénateur Flore Musendu, la ministre du Portefeuille a éclairé la lanterne des sénateurs sur plusieurs questions, notamment celles de savoir la situation exacte actuelle de la compagnie nationale LAC du
 
RDC: reprise du trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi

Le trafic ferroviaire a repris, jeudi 2 juillet, entre les villes de Kinshasa et Matadi (Bas-Congo), après environ 10 ans d’interruption. Le premier train qui a de nouveau relié ces deux villes du pays avait à son bord de nombreuses autorités du pay
 
Le forum économique RD Congo-Allemagne, Opération : séduire les investisseurs

Après avoir eu lieu en février dernier à Kinshasa, la ville de Berlin accueillera, du 8 au 11 juin 2015, la deuxième édition du forum économique RD Congo-Allemagne dont le principal est « environnement des Affaires et opportunités d’investisseme
 
RDC : Mener une action concertée pour stopper le commerce illicite des ressources naturelles

Le chef de la MONUSCO Martin Kobler, et Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), appellent à « une utilisation rationnelle et modérée des ressources naturelles » en RD Congo. Ils l’ont fait sav
 
Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

 
RDC: le gouverneur du Katanga invite les miniers à investir "encore plus"

 
RDC: Greenpeace dénonce le «chaos organisé» dans le secteur du bois Par RFI media Greenpeace dénonce la déforestation incontrôlée en RDC Greenpeace/DR Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est t

Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est toujours en train de se reconstruire après des décennies de guerre, est particulièrement peu réglementé. Selon l’ONG Transparency International, en 2014,
 
Le FMI appelle à de gros efforts en RDC

Le Fonds monétaire international (FMI) est « impressionné » par les progrès réalisés par la République démocratique du Congo mais estime que Kinshasa à encore de gros efforts à fournir pour « maintenir la stabilité économique » et « lutter
 
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

 
Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives
 
RDC : Mise en place d’une nouvelle procédure de l’import-export

Le commerce transfrontalier entre Kinshasa et Brazzaville, à la gare fluviale de Kinshasa, est dés
 
RDC : Gestion déséquilibrée du budget de l’Etat 2013

Réunis en assemblée plénière jeudi 2 octobre au Palais du peuple à Kinshasa, les députés nat
 
RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

 
Détournements d’importantes sommes d’argent à la BIAC

 
Exploitation sauvage des forêts en RDC

Les forêts congolaises continuent de faire l’objet d’une exploitation sauvage. On en veut pour
 
La redevance minière ne contribue pas significativement aux recettes de l’Etat

« La redevance minière, qui est le deuxième plus grand flux ou deuxième plus grand acte généra