Actualités : www.lappelafricain.com  / Sports
UN COMBAT D’ANTHOLOGIE ENTRE ALI ET FOREMAN

Film du combat

1er round : Ali danse autour de son adversaire en lui envoyant des directs. A la fin du round, la foule scande : « …Ali Boma Ye… Ali Boma Ye… Ali Boma Ye… ». Verdict : léger avantage à Ali

2ème au 5ème round : Ali avec ses jambes de 32 ans comprend que face à un adversaire plus jeune (24 ans) et qui frappe plus fort, le risque de se fatiguer plutôt que prévu est évident. Fort de son expérience d’antan, il change de stratégie. Ali reste dans les cordes en tentant d’esquiver les assauts de George Foreman. Verdict : avantages à Foreman

6ème round : Au début du round George Foreman attaque toujours et encore, mais vers la fin du round Ali riposte par des crochets. Verdict : nul

7ème round : George Foreman fatigué essaie de toucher Ali mais en vain. Ali par contre atteint Foreman par des directs. A la fin du round, la foule scande : « …Ali Boma Ye…Ali Boma Ye…Ali Boma Ye… ». Verdict : avantage à Ali

8ème round : Ali, dans les cordes, envoie une gauche à Foreman, puis une droite et encore une gauche. Foreman titube et s’écroule. L’arbitre compte : « …1…2…3…4…5…6…7…8… ». Foreman bouge mais tout fatigué que peut-il encore donner.

La foule scande : « …Ali A Bomi Ye…Ali A Bomi Ye…Ali A Bomi Ye… ». L’arbitre continue : « …9…10…out… ». Mohamed Ali récupère son titre mondial. Il regarde don adversaire et lance à l’entraîneur de ce dernier (Archie Moore) : « …suis-je trop vieux Archie ?... ». Le coach lui répond : « …aujourd’hui c’est ton jour, mais demain çà sera ton tour !... »

Réactions après le combat

Les spécialistes de la boxe ont crié au trucage et à la mise en scène organisée par le régime de Mobutu pour contenir dans la liesse et l’euphorie les Zaïrois (act. Congolais). Après une semaine d’enquête, la WBA et la WBC ont enfin validé le verdict final du combat. Quant à George Foreman, il prétendait que les cordes n’étaient pas solides, le tapis était mou et que durant le combat, son coach lui avait fait boire une boisson au goût bizarre. Plus de 20 ans après, Foreman a avoué que ce n’était que des excuses pour justifier la gauche de Mohamed Ali. Les experts de la boxe considèrent aujourd’hui cette rencontre comme un combat d’anthologie où l’intelligence a triomphé de la force.

Rappel historique

George Foreman a remporté la médaille d’or de boxe dans la catégorie des poids lourds en 1968 aux jeux olympiques de Mexico (Mexique). Alors que les sprinters noirs s’étaient illustrés en baissant la tête sur le podium pour ne pas regarder le drapeau américain et en levant le poing dans un gant noir signe du Black Power, George Foreman, lui, brandissait le drapeau américain après sa victoire. Quelques mois avant, deux grands combattants des droit civiques, le Révérend noir Martin Luther King (Prix Nobel de la paix 1964) et le sénateur Bob Kennedy (candidat à la présidence) s’étaient fait assassinés. A l’époque aux USA, il n’existait aucune grande ville administrée  par un Noir, ni 1 des 50 états des Etats-Unis d’Amérique et aucun homme dit de couleur dans le gouvernement américain.

4 ans après, George Foreman devient champion du monde en battant Joe Frazier par arrêt de l’arbitre au 2ème round après l’avoir envoyé 6 fois au tapis. Quelques mois plus tard, il conserve son titre mondial en battant Ken Norton par arrêt de l’arbitre au 2ème round après avoir envoyé 4 fois au tapis. Frazier et Norton étaient les seuls boxeurs à avoir déjà battus Mohamed Ali. Ali n’en est pas pour autant impressionné par George Foreman. Il scande à qui veut bien l’entendre que Foreman ne possède pas les ressources physiques nécessaires pour aller au-delà de 5 rounds. Et que seul lui, Mohamed Ali, en dansant autour de George Foreman pourra le battre, car sa vitesse rendra sa puissance inopérante.

Mohamed Ali (anc. Cassius Marcellus Clay), a remporté la médaille d’or dans la catégorie des poids mi-lourds en 1960 aux jeux olympiques de Rome (Italie). 4 ans après, il devient champion du monde dans la catégorie des poids lourds en remportant avant la limite son combat face à Sony Liston. Après son match, dans les vestiaires, il annonce à la presse sportive internationale sa conversion à l’Islam et abandonne le nom de Cassius Clay au profit de Mohamed Ali.

En 1968, pour des raisons politico-religieuse, il refuse de tenir la bannière étoilée (le drapeau américain) au Vietnam en guerre contre l’Amérique. Les sanctions tombent sur lui.

Ali est déchu sur tapis vert de son titre mondial et se retrouve en prison pendant 2 ans. Après ses années d’inactivité, il remonte sur le ring pour affronter Jerry Qwarry, le grand espoir Blanc. Ses détracteurs sont entrés dans la salle du combat pour assister à son enterrement, ils en sont sortis confus par sa résurrection sur le ring, car il l’a emporté avant la limite.

En 1971, il affronte Frazier pour le titre mondial. Après le combat, les 2 boxeurs sont allés à l’hôpital. Ali y en a séjourné pour quelques minutes, tandis que Frazier pour un mois. Bien que Frazier était plus crevé qu’Ali, à l’issue du combat du siècle, c’est pourtant lui qui a été proclamé vainqueur par les juges. Après son combat perdu face à Frazier, il remonte sur le ring pour retrouver Jerry Qwarry, le grand espoir Blanc. Ses détracteurs sont entrés dans la salle de combat, toujours sûrs d’assister à son enterrement, ils en sont sortis encore confus par sa résurrection sur le ring, car Ali l’a emporté, une fois de plus, avant la limite. Plus tard, Ali sera battu aux points par Ken Norton et se retrouvera avec une mâchoire cassée. Mais, il n’a qu’une seule obsession, récupérer son titre mondial. Pour cela, il lui a fallu prendre ses revanches face à Ken Norton, puis Joe Frazier. C’est pour cela que malgré ses opinions politicos-religieuses, Ali avait accepté d’affronter George Foreman à Kinshasa bien que sa philosophie politique était différente du feu Président Mobutu et que ses convictions religieuses étaient différentes de celles des Kinois.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.