Actualités : www.lappelafricain.com  / Education
Contrôle des dossiers : Les inspecteurs de l’EPSP extorquent les candidats d’examen d’Etat en RDC

Enfin, nous y revoici. Nouvelle année scolaire, nouvelle session d’examen d’Etat. Et comme à chaque fois depuis plusieurs années, les préfets des écoles ayant des classes de 6ème trouvent là une bonne aubaine, avec cette particularité que cette année ils vont sourire, mieux que les inspecteurs qui passent pour les dindons de la farce.

Ce moment est venu, où l’on doit savoir lesquels des élèves inscrits en 6ème seront acceptés à toutes les étapes devant conduire à l’obtention du diplôme d’Etat à savoir : le contrôle des dossiers par les inspecteurs, l’épreuve éliminatoire pour les  candidats autodidactes au mois de janvier 2015, l’épreuve de dissertation, les jurys oral et pratique et la session de quatre jours au mois de juin. A part le phénomène  » suivi  » tant  décrié car s’étant affiché comme l’une des grandes antivaleurs qui minent le système éducatif congolais, un autre phénomène a vu le jour et commence à faire du chemin : l’argent pour le contrôle des dossiers par les inspecteurs, ces inspecteurs à qui on fait porter une lourde croix mais qui, en réalité, ne se contentent que de la soupe au-dessus lorsque les préfets festoient avec le dessous de la marmite. Un phénomène qui est présent dans les ¾ des écoles de Kinshasa, à part les écoles catholiques et certaines écoles privées de renommée où les finalistes sont suivis et sélectionnés depuis la 1ère année secondaire général.

Au nombre de ces écoles on peut citer les Collèges Boboto, Bonsomi, Elikya, les Lycées Bosangani, Motema Mpiko, Kabambare, Movenda, les écoles Malula, Loupiots, Aurore, (Matanelo) où le travail des inspecteurs est plus que facile. Au final, les inspecteurs, et c’est normal, ne peuvent que se réjouir de la générosité de ces préfets s’ils peuvent consentir un certain transport à leur égard.

Mais malheureusement, le tableau  est différent dans toutes les écoles de seconde ou de 3ème zone, ces écoles dont l’objectif global n’est pas la qualité de l’enseignement mais plutôt le nombre très important des finalistes à la session. Pour le besoin de la cause. Chaque candidat est appelé à verser qui 10 $ ; qui 15 $, qui 20 dollars au titre de droit de contrôle des dossiers comme si tous les candidats alignés ont chacun une erreur au niveau du dossier.

Il s’agit ici d’un bon soporifique  pour endormir l’inspecteur, l’inviter à fermer les yeux devant les cas révoltants d’ailleurs légion : bulletins achetés fabriqués par des mains inexpertes et présentant des signes évidents de fausse pièces ; des candidats changeant intempestivement, non seulement non seulement d’écoles, mais aussi de sections et d’options… Comment voulez-vous qu’un candidat porteur d’un bulletin de 5ème coupe-couture puisse se retrouver en 6ème latin-philo, commerciale ou pédagogique ? Voilà des cas devant lesquels les inspecteurs se compromettent pour une gazelle, les préfets s’occupant allègrement  de leur antilope.

En clair, un préfet qui aligne par exemple 200 candidats dans ces écoles qui naissent comme des champignons va palper par moins de 500 dollars offerts par ses finalistes, et de ce montant, l’inspecteur ne reçoit peut-être que 100 $ tout au plus pour donner son quitus. Ce sont ces va-nu-pieds que ces préfets vont présenter à la nation comme candidats à ce grand-papier, diplôme d’Etat devenu chiffon.

Ce sont ces mêmes va-nu-pieds qui seront appelés chacun à verser X montant au tire de  » suivi  » pour que la réussite soit garantie.

Les autorités interpellées

Devant ces pratiques qui ternissent l’image de notre enseignement et qui font du chemin, les autorités du ministère de l’EPSP sont interpellées. Elles sont  invitées à mettre tout en branle pour juguler ces pratiques on ne peut plus barbares. Il sera question par exemple de ne plus faire contrôler les dossiers des candidats dans les écoles, mais plutôt d’envisager un centre de contrôle comme on le fait pour les épreuves écrites de l’examen d’Etat, et ce, avec une grande équipe d’inspecteurs contrôlant en chaîne. Devant un tel jury, nous en sommes sûrs, beaucoup de candidats seront débarqués pour faux et usages de faux et mis à la disposition de la justice.

Ce travail en chaîne prendra le temps  qu’il prendra mais on ose croire que si les autorités peuvent y consacrer 3 mois, c’est-à-dire d’octobre à décembre, on peut arriver à un résultat de qualité. Tant qu’on n’aura pas recouru à des mesures un peu plus contraignantes comme celle proposée ci-haut, les préfets continueront à proposer des gazelles aux inspecteurs en s’occupant eux des antilopes et en revanche les diplômes octroyés n’auront aucune valeur sur le plan international où aujourd’hui ils passent pour de simples chiffons.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Sélection de l'Aménageur Strategos

 
Travaux de la Clôture ZES pilote

Après la phase d’expropriation et d’indemnisation des propriétaires de parcelles se trouvant dans la concession abritant la Zone Economique Spéciale pilote de Maluku, le Ministre de l’Industrie, Son Excellence Monsieur Marcel ILUNGA LEU, a procé
 
JMS 2018 : LE PNMLS A ORGANISÉ LA CÉRÉMONIE DE LANCEMENT OFFICIEL DE LA 30è JOURNÉE MONDIALE DU SIDA À KINDU, DANS LA PROVINCE DE MANIEMA

Le PNMLS a organisé la cérémonie de lancement officiel de la 30è JMS sous le thème «mobilisons-nous pour le dépistage du VIH afin d’en finir avec le sida »
 
Visite ZES de Nkok au Gabon

Une délégation de l’AZES a effectué un voyage d’étude dans la Zone Economique à Régime Privilégié (ZERP) de NKOK, au Gabon, du 31 octobre au 03 novembre 2018.
 
Commission avantages fiscaux ZES

 
Journée Mondiale du SIDA 2017

Le monde entier  commémore chaque  1er décembre, la Journée   Mondiale du Sida JMS. Cette année, le thème national retenu pour la 30ième édition est « Tous ensemble, pour le dépistage du VIH, le traitement antirétroviral et l’accès à l
 
Commission d'octroi du Statut ZES

L’Agence des Zones Economiques Spéciales (AZES) a procédé hier jeudi 12 octobre 2017  à la mise en place des différents Sous-commissions devant examiner les demandes d’octroi du statut de Zone Economique Spéciale (ZES) et présenter à la Commi
 
Séminaire - 28 Juillet au 04 Août

 
Conférence sur Les zones économiques spéciales