Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Le M23 serait en passe de vouloir rééditer ses exploits

La débâcle des miliciens pro-rwandais du mouvement du 23 mars 2009 dit  « M23  » vient de totaliser, mercredi 05 novembre 2014, un an. C’est là une occasion offerte à plusieurs observateurs, au-delà des apparences, d’envisager la possibilité, pour ce groupe armé contraint à l’exil, de se réorganiser à l’Est de la RDC.

De l’avis de plusieurs analystes, indique une dépêche de l’Agence France Presse (AFP), la non satisfaction des revendications du Mouvement du 23-Mars (M23) risque de le raviver et de motiver le déclenchement d’un nouveau conflit armé dans l’Est de la RDC. D’autant que les ex-rebelles n’ont toujours pas été démobilisés. Les « bousculades mortelles » dans le territoire de Beni peuvent aussi être interprétées comme un signe précurseur.

Mais, pourquoi lancer un tel débat au moment où, pour nombre de Congolais, le Mouvement pro rwandais du 23 mars est déjà bel et bien « enterré » ? Pour Thierry Vircoulon, membre du cercle de réflexion « International Crisis Group  » (ICG), « le M23 n’a pas été démobilisé, mais il a été repoussé. Par conséquent, il reste une force qui peut se rassembler, faire son retour avec l’assentiment des voisins ougandais et rwandais quand bon leur semblera ». Cette analyse démontre suffisamment que le M23 « était enterré ». Lui aussi, comme d’autres analystes, redoute une « résurrection » du M23 si leurs revendications restaient lettre morte.

Thierry Vircoulon n’est pas le seul à partager cette crainte à l’occasion de l’an 1 de la débâcle du M23. Un analyste congolais, cité sous le couvert de l’anonymat par l’AFP, exprime ses doutes en ces termes : « L’échec éventuel du désarmement des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) pourrait être un argument de plus pour une guerre ». Kigali reste à l’affût et pourrait ne pas rater une occasion à exploiter pour faire une énième incursion en RD Congo.

Car, indique-t-on, après avoir vaincu militairement le M23, Kinshasa avait promis de résoudre des problèmes posés par le mouvement rebelle, notamment celui relatif à la neutralisation des FDLR et au retour des réfugiés tutsi-congolais. Mais, une année plus tard, la lutte contre les rebelles rwandais n’a toujours pas démarré.

C’est dans ces conditions qu’un ultimatum de six mois a été accordé aux FDLR jusqu’au 2 janvier 2015 par les pays de la région des Grands lacs. Mais, constate-t-on, le retour des réfugiés piétine. Voilà qui justifie une autre crainte, cette fois-ci de la part de celle de la société civile du Nord-Kivu. Elle aussi redoute une « réorganisation des éléments ex-M23, en perspective de prochains assauts ». Un point de vue partagé par Christoph Vogel, observateur averti de la situation sécuritaire dans le Kivu. Il n’écarte pas l’hypothèse d’une « réorganisation à long terme » du M23, en cas d’échec de réintégration sociale, économique et politique de ses combattants réfugiés en Ouganda et au Rwanda.

C’est là qu’intervient le député Juvénal Munubo Mubi, membre de la Commission défense et sécurité à l’Assemblée nationale. Cet élu du peuple préconiserait, entre autres, d’accélérer le processus dit DDRRR (désarmement, démobilisation, rapatriement, réintégration et réinstallation) et de renforcer la présence de l’armée à l’Est. Bertrand Bisimwa, chef politique du M23 en exil en Ouganda, alerte : « Il faut s’inquiéter du refus du Gouvernement de respecter ses engagements ». Il se demande pourquoi le Gouvernement « veut toujours garder une porte ouverte à ses citoyens pour une réclamation forcée ».  » Faux débat », dénonce-t-il, autour de la résurgence supposée de son groupe armé.

Comme pour boucler la boucle, François Muamba, coordonateur du Mécanisme national de suivi (MNS) de l’Accord d’Addis-Abeba en RDC, signe et persiste : « Nous savons très bien qu’il y a un agenda, qui n’est pas un agenda de la paix. » Il accuse, par ailleurs, le M23 d’avoir esquivé plusieurs réunions d’évaluation.

Comme on s’en rend bien compte, malgré la débâcle du mouvement du 23 mars 2009 sur le terrain militaire en novembre 2013, il serait trop tôt de signer le certificat de décès de ce groupe armé. Car, il n’a pas totalement été anéanti, mais il se trouve en exil en Ouganda. Lorsqu’on connaît les intentions de Kampala et de Kigali de ne jamais laisser Kinshasa en paix, on comprend que l’Ouganda et le Rwanda ne ménageront aucun effort pour réactiver le M23 pour assouvir leur soif ou juste pour le besoin de la cause. Il faut donc garder ouvert l’œil et le bon, conseille-t-on.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Secteur Culture et Médias

Il est composé des Ministères suivants : Ministère la Culture et des Arts, Ministère de la Communication et Média et le Ministère des Postes des Télécommunications et Nouvelles Technologies de Communication etde l’Informations. Le Ministère Lea
 
Lancement de l’Initiative All in en RDC : Tous, sauvons les adolescents !

 
Journée Portes Ouvertes au Secrétariat Exécutif National du PNMLS

 
Présentation du PNMLS

Organe de coordination de la lutte contre le VIH/sida en RDC sous la Haute-autorité de S.E le Président de la République, le PNMLS a été créé par décret présidentiel le 17 mars 2004.
 
Pourquoi le PNMLS

Les 1er cas de VIH en RDC ont été diagnostiqués en 1983, et reconnu par le gouvernement dès 1984. Un projet a été soutenu dès 1984 par un centre de recherche. Comme dans la plupart des pays,
 
Que fait le PNMLS ?

Mobiliser tous les partenaires sociaux (secteurs public, privé et société civile) pour leur engagement effectif dans la lutte contre le VIH/sida et les IST
 
Organisation du PNMLS

Le PNMLS est organisé au niveau national comme provincial autour de deux organes : un organe politique d’orientation et de décision et un organe technique de gestion et de mise en œuvre.