Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Le M23 serait en passe de vouloir rééditer ses exploits

La débâcle des miliciens pro-rwandais du mouvement du 23 mars 2009 dit  « M23  » vient de totaliser, mercredi 05 novembre 2014, un an. C’est là une occasion offerte à plusieurs observateurs, au-delà des apparences, d’envisager la possibilité, pour ce groupe armé contraint à l’exil, de se réorganiser à l’Est de la RDC.

De l’avis de plusieurs analystes, indique une dépêche de l’Agence France Presse (AFP), la non satisfaction des revendications du Mouvement du 23-Mars (M23) risque de le raviver et de motiver le déclenchement d’un nouveau conflit armé dans l’Est de la RDC. D’autant que les ex-rebelles n’ont toujours pas été démobilisés. Les « bousculades mortelles » dans le territoire de Beni peuvent aussi être interprétées comme un signe précurseur.

Mais, pourquoi lancer un tel débat au moment où, pour nombre de Congolais, le Mouvement pro rwandais du 23 mars est déjà bel et bien « enterré » ? Pour Thierry Vircoulon, membre du cercle de réflexion « International Crisis Group  » (ICG), « le M23 n’a pas été démobilisé, mais il a été repoussé. Par conséquent, il reste une force qui peut se rassembler, faire son retour avec l’assentiment des voisins ougandais et rwandais quand bon leur semblera ». Cette analyse démontre suffisamment que le M23 « était enterré ». Lui aussi, comme d’autres analystes, redoute une « résurrection » du M23 si leurs revendications restaient lettre morte.

Thierry Vircoulon n’est pas le seul à partager cette crainte à l’occasion de l’an 1 de la débâcle du M23. Un analyste congolais, cité sous le couvert de l’anonymat par l’AFP, exprime ses doutes en ces termes : « L’échec éventuel du désarmement des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) pourrait être un argument de plus pour une guerre ». Kigali reste à l’affût et pourrait ne pas rater une occasion à exploiter pour faire une énième incursion en RD Congo.

Car, indique-t-on, après avoir vaincu militairement le M23, Kinshasa avait promis de résoudre des problèmes posés par le mouvement rebelle, notamment celui relatif à la neutralisation des FDLR et au retour des réfugiés tutsi-congolais. Mais, une année plus tard, la lutte contre les rebelles rwandais n’a toujours pas démarré.

C’est dans ces conditions qu’un ultimatum de six mois a été accordé aux FDLR jusqu’au 2 janvier 2015 par les pays de la région des Grands lacs. Mais, constate-t-on, le retour des réfugiés piétine. Voilà qui justifie une autre crainte, cette fois-ci de la part de celle de la société civile du Nord-Kivu. Elle aussi redoute une « réorganisation des éléments ex-M23, en perspective de prochains assauts ». Un point de vue partagé par Christoph Vogel, observateur averti de la situation sécuritaire dans le Kivu. Il n’écarte pas l’hypothèse d’une « réorganisation à long terme » du M23, en cas d’échec de réintégration sociale, économique et politique de ses combattants réfugiés en Ouganda et au Rwanda.

C’est là qu’intervient le député Juvénal Munubo Mubi, membre de la Commission défense et sécurité à l’Assemblée nationale. Cet élu du peuple préconiserait, entre autres, d’accélérer le processus dit DDRRR (désarmement, démobilisation, rapatriement, réintégration et réinstallation) et de renforcer la présence de l’armée à l’Est. Bertrand Bisimwa, chef politique du M23 en exil en Ouganda, alerte : « Il faut s’inquiéter du refus du Gouvernement de respecter ses engagements ». Il se demande pourquoi le Gouvernement « veut toujours garder une porte ouverte à ses citoyens pour une réclamation forcée ».  » Faux débat », dénonce-t-il, autour de la résurgence supposée de son groupe armé.

Comme pour boucler la boucle, François Muamba, coordonateur du Mécanisme national de suivi (MNS) de l’Accord d’Addis-Abeba en RDC, signe et persiste : « Nous savons très bien qu’il y a un agenda, qui n’est pas un agenda de la paix. » Il accuse, par ailleurs, le M23 d’avoir esquivé plusieurs réunions d’évaluation.

Comme on s’en rend bien compte, malgré la débâcle du mouvement du 23 mars 2009 sur le terrain militaire en novembre 2013, il serait trop tôt de signer le certificat de décès de ce groupe armé. Car, il n’a pas totalement été anéanti, mais il se trouve en exil en Ouganda. Lorsqu’on connaît les intentions de Kampala et de Kigali de ne jamais laisser Kinshasa en paix, on comprend que l’Ouganda et le Rwanda ne ménageront aucun effort pour réactiver le M23 pour assouvir leur soif ou juste pour le besoin de la cause. Il faut donc garder ouvert l’œil et le bon, conseille-t-on.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Banques de développement: Remédier au déficit de financement des infrastructures

À l’occasion de l’Africa Investment Forum, une dizaine de banques de développement tentent de faire aboutir une soixantaine de projets. Et de progresser sur un point : leur lenteur dans le traitement des dossiers.
 
Energie: Quand la Rdc compte se doter des centrales hydroelectriques à petites echelles dans les mileux ruraux

La RDC compte se doter des centrales hydroélectriques à petite échelle qui seront construites dans les milieux ruraux grâce au projet MCH (Mini et micro centrales hydroélectriques) lancé par le gouvernement avec l’appui de ses partenaires multilat
 
RDC : Quand le PNUD présente sa nouvelle approche de l’aide au développement

Etabli en RDC depuis 1976, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre à un ... e PNUD est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement. Présent dans 9 provinces de la RDC, ...
 
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?

Kinshasa a abrité du 2 au 4 avril 2018 une Table Ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et de la réduction de la dépendance des importations où les participants ont réfléchi sur les politiques et stratégies à mettre en plac
 
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !

Ce plan est axé sur l’industrialisation des secteurs de base, le développement agricole et l’amélioration de la productivité du secteur minier et industriel. Il prévoit également la création des zones économiques industrielles qui permettront
 
RDC : le taux de déforestation annuel augmente de 0,81% entre 2000 et 2014

 
RDC/ Banque centrale: un excédent de plus de 13 millions USD en novembre

 
RDC : Adoption du projet de loi des finances exercice 2018 à l’Assemblée nationale

 
La RDC signe un accord avec la société Wapcos pour le transport de l’électricité produite à Kokobola

 
Dépréciation accélérée du Franc congolais

Depuis un an déjà, la monnaie de la République démocratique du Congo, le franc congolais perd sans arrêt des points face au dollar. On en est déjà à 30% de perdu dans le rapport. Malgré toutes les mesures des autorités, la dépréciation semble
 
BGFI Bank : la triche bénie en RDC

 
Le Rassemblement opte pour une solution apaisée à la crise politique congolaise

Le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement salue la mission de bons offices qu’a entreprise la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) visant à harmoniser les positions des uns aux autres.
 
La Banque centrale veut stopper la dépréciation du Franc congolais

La chute du franc congolais se précise. Stabilisé depuis plus de 7 ans autour de 900 francs par rapport au dollar, sa dépréciation depuis peu est telle qu'il a franchi en moins de 3 mois la barre des 1200FC au marché parallèle.
 
Le gouvernement démonte la Gécamines sur la transaction entre Freeport et China Molybdenum

 
La RDC et la Tanzanie signent un MoU pour explorer et développer en commun les hydrocarbures du lac Tanganyika

Mardi 6 octobre 2916, à Dar es Salaam, la RD Congo et la Tanzanie ont signé un mémorandum d’entente pour l’exploitation et le développement en commun des hydrocarbures contenus dans le lac Tanganyika, qui chevauche la RDC, la Tanzanie, la Zambie e
 
La SNCC a réceptionné 18 locomotives neuves pour se relancer

Les dix-huit locomotives neuves commandées pour la SNCC dans le cadre du Projet de transport multimodal (PTM) ont été officiellement présentées ce lundi 27 juillet à Lubumbashi au cours d’une cérémonie diffusée en direct à la télévision nati
 
La France et la Chine s’allient pour mieux conquérir l’Afrique et l’Asie

Le Premier ministre, Manuel Valls et son homologue chinois, Li Keqiang ont signé mardi une déclaration sur les partenariats sur les marchés tiers dans laquelle les deux pays s’engagent à conquérir ensemble des marchés en Afrique et en Asie.
 
Autour de la dissolution et liquidation des LAC: Les sénateurs s’interrogent sur la viabilité de Congo Airways

A la suite d’une question orale avec débat du sénateur Flore Musendu, la ministre du Portefeuille a éclairé la lanterne des sénateurs sur plusieurs questions, notamment celles de savoir la situation exacte actuelle de la compagnie nationale LAC du
 
RDC: reprise du trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi

Le trafic ferroviaire a repris, jeudi 2 juillet, entre les villes de Kinshasa et Matadi (Bas-Congo), après environ 10 ans d’interruption. Le premier train qui a de nouveau relié ces deux villes du pays avait à son bord de nombreuses autorités du pay
 
Le forum économique RD Congo-Allemagne, Opération : séduire les investisseurs

Après avoir eu lieu en février dernier à Kinshasa, la ville de Berlin accueillera, du 8 au 11 juin 2015, la deuxième édition du forum économique RD Congo-Allemagne dont le principal est « environnement des Affaires et opportunités d’investisseme
 
RDC : Mener une action concertée pour stopper le commerce illicite des ressources naturelles

Le chef de la MONUSCO Martin Kobler, et Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), appellent à « une utilisation rationnelle et modérée des ressources naturelles » en RD Congo. Ils l’ont fait sav
 
Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

 
RDC: le gouverneur du Katanga invite les miniers à investir "encore plus"

 
RDC: Greenpeace dénonce le «chaos organisé» dans le secteur du bois Par RFI media Greenpeace dénonce la déforestation incontrôlée en RDC Greenpeace/DR Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est t

Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est toujours en train de se reconstruire après des décennies de guerre, est particulièrement peu réglementé. Selon l’ONG Transparency International, en 2014,
 
Le FMI appelle à de gros efforts en RDC

Le Fonds monétaire international (FMI) est « impressionné » par les progrès réalisés par la République démocratique du Congo mais estime que Kinshasa à encore de gros efforts à fournir pour « maintenir la stabilité économique » et « lutter
 
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

 
Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives
 
RDC : Mise en place d’une nouvelle procédure de l’import-export

Le commerce transfrontalier entre Kinshasa et Brazzaville, à la gare fluviale de Kinshasa, est dés
 
RDC : Gestion déséquilibrée du budget de l’Etat 2013

Réunis en assemblée plénière jeudi 2 octobre au Palais du peuple à Kinshasa, les députés nat
 
RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

 
Détournements d’importantes sommes d’argent à la BIAC

 
Exploitation sauvage des forêts en RDC

Les forêts congolaises continuent de faire l’objet d’une exploitation sauvage. On en veut pour
 
La redevance minière ne contribue pas significativement aux recettes de l’Etat

« La redevance minière, qui est le deuxième plus grand flux ou deuxième plus grand acte généra