Actualités : www.lappelafricain.com  / Internationale
Poutine à la presse : « La Russie a raison, les Occidentaux ont tort et la stratégie en Ukraine est la bonne »

Poutine optimiste, sûr et convaincu de sa popularité

Silencieux depuis le début du tourbillon monétaire qui touche de plein fouet son pays et menace les piliers de l'économie russe, Vladimir Poutine était très attendu pour sa conférence de presse rituelle de fin d'année. D'autant qu'au même moment, l'Union européenne annonçait une nouvelle série de sanctions, interdisant tous les investissements européens, ainsi que les croisières, dans la péninsule ukrainienne de Crimée annexée en mars par la Russie. Voici les principaux points de son discours. 

Optimiste sur la crise du rouble

Vladimir Poutine a promis jeudi 18 décembre de régler dans les deux ans la grave crise monétaire que traverse la Russie. Il s'en est remis pour y parvenir à un rebond des prix du pétrole pour espérer une amélioration de la situation. Admettant la difficulté à établir une quelconque prévision face à "de nombreux facteurs d'incertitude", il a déclaré :

« Dans le scénario le plus défavorable pour la conjoncture internationale, la situation peut durer deux ans mais elle peut se corriger avant. »

A côté des "facteurs extérieurs" (en premier lieu la chute des prix du pétrole), il a reconnu que la Russie avait sa part de responsabilité, n'ayant pas profité suffisamment des années passées pour diversifier son économie, très dépendante des cours des hydrocarbures.

"Nous allons utiliser les mesures que nous avons employées avec succès en 2008" lors de la crise financière, a précisé le président. Il a également assuré qu'il ne prendrait aucune mesure dirigiste pour encadrer le marché et a qualifié les décisions prises par le gouvernement et la banque centrale d'"adéquates" malgré quelques critiques.

Signe que le marché n'est pas complètement rassuré, le rouble, en hausse en début de journée, reculait après son intervention, malgré un net rebond des cours du pétrole. 

Inflexible dans le dossier ukrainien

Alors que des dirigeants occidentaux ont lancé ces derniers jours des appels au président russe pour qu'il montre des signes de désengagement du dossier ukrainien, la réponse de Poutine a été cinglante : la Russie a raison, les Occidentaux ont tort et la stratégie en Ukraine est la bonne.

Il a ainsi accusé les autorités ukrainiennes de mener une "opération punitive" contre les rebelles de l'Est. Et a tranché : 

« J'estime que nous avons raison en ce qui concerne la crise en Ukraine. Et comme je l'ai déjà dit, nos partenaires occidentaux ont tort. »

Interrogé sur l'édification, 25 ans après la chute du mur de Berlin, d'un nouveau mur entre la Russie et l'Europe, il a accusé les Occidentaux d'en être responsables. Rappelant les précédents de l'élargissement de l'Otan jusqu'aux portes de la Russie (pays Baltes) et du bouclier antimissile en Europe orientale, il a déclaré : "Il s'agit d'un mur virtuel, mais il commence déjà à être construit."

« Nos partenaires ont décidé qu'ils étaient les vainqueurs, qu'ils étaient désormais un empire et que les autres étaient des vassaux qu'il faut faire marcher au pas. Le problème, ce n'est pas la Crimée, c'est que nous défendons notre indépendance, notre souveraineté et notre droit à l'existence. »

Un journaliste ukrainien a interrogé Poutine de manière désobligeante sur l'Ukraine et les actions des militaires russes dans le pays. Cependant, le président russe a répondu calmement sur tous les points en appuyant sur le rétablissement de l'espace "politique général" de l'Ukraine, ce que la Russie souhaite également. Le thème de la crise dans le pays voisin a débouché sur la situation internationale et l'avis du gouvernement russe à ce sujet.

La réaction du président à une remarque lui préconisant de reconnaître honnêtement que la Russie avait été frappée par les sanctions uniquement à cause de la Crimée et rien d'autre a été très éloquente. Rien de tel, a répondu le président, pour revenir à l'image de l'ours de la Taïga qu'il vaut mieux ne pas agacer. D'après Poutine, la politique occidentale vise à enchaîner cet ours "pour lui arracher les griffes et les dents avant de l'empailler".

Amoureux...

D'habitude très discret sur sa vie privée, Vladimir Poutine a surpris son auditoire en avouant être "amoureux". En avril 2013,Vladimir Poutine avait annoncé publiquement avoir divorcé de son épouse Lioudmila, après 30 ans de mariage.

« Un ami européen, un grand dirigeant, m'a demandé l'année dernière », a commencé à raconter l'homme fort du Kremlin, avant de rejouer le dialogue.

- « Es-tu amoureux? »

Je lui demande:

- « C'est-à-dire ? »

Il me répond:

- « Est-ce que tu aimes quelqu'un ? »

Je lui réponds :  Oui

- Et tu es aimé en retour? - Oui

- Alors tant mieux

Et il a bu un petit coup », a lancé Vladimir Poutine sous les rires des journalistes. "Tout va bien, ne vous inquiétez pas", a-t-il ajouté à propos de sa vie privée.

Le président russe lève rarement le voile sur les aspects de sa vie familiale et sentimentale, le sujet étant un tabou pour la presse russe, qui lui prête toutefois une relation avec l'ancienne championne olympique de gymnastique rythmique et directrice d'un important groupe médiatique pro-Kremlin Alina Kabaeva.

Le seul journal - Moskovski Korrespondent - ayant brisé cette règle en 2008, laissant entendre que Vladimir Poutine avait divorcé en secret pour épouser Alina Kabaeva, a annoncé peu après sa fermeture. Le président Poutine avait alors démenti publiquement ces rumeurs, en affirmant qu'"il n'y a pas là un mot de vérité".

« Il y a une vie privée dans laquelle personne ne peut s'ingérer. J'ai toujours eu un sentiment négatif à l'égard de ceux qui, avec leur nez rempli de morve et leurs fantasmes érotiques, s'ingèrent dans la vie des autres. »

Curieusement, Poutine ne considère pas Mikhaïl Khodorkovski comme une "cinquième colonne", alors que ce dernier avait promis de ne pas faire de politique, mais prétend aujourd'hui à l'élection présidentielle. Il a été demandé à Poutine s'il ne regrettait pas d'avoir gracié l'ex-chef de Ioukos. Le président a déclaré avoir pris cette décision pour des "raisons humanitaires". Il a souligné: "Khodorkovski écrivait à l'époque que sa mère était très malade.

« Vous savez, une mère c'est sacré, je le dis sans aucune ironie. Il avait purgé la majeure partie de sa peine, alors pourquoi le laisser en prison s'il pouvait ne pas avoir l'occasion de dire au revoir à sa mère?". Néanmoins, e

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
RDC : Quand le PNUD présente sa nouvelle approche de l’aide au développement

Etabli en RDC depuis 1976, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre à un ... e PNUD est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement. Présent dans 9 provinces de la RDC, ...
 
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?

Kinshasa a abrité du 2 au 4 avril 2018 une Table Ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et de la réduction de la dépendance des importations où les participants ont réfléchi sur les politiques et stratégies à mettre en plac
 
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !

Ce plan est axé sur l’industrialisation des secteurs de base, le développement agricole et l’amélioration de la productivité du secteur minier et industriel. Il prévoit également la création des zones économiques industrielles qui permettront
 
RDC : le taux de déforestation annuel augmente de 0,81% entre 2000 et 2014

 
RDC/ Banque centrale: un excédent de plus de 13 millions USD en novembre

 
RDC : Adoption du projet de loi des finances exercice 2018 à l’Assemblée nationale

 
La RDC signe un accord avec la société Wapcos pour le transport de l’électricité produite à Kokobola

 
Dépréciation accélérée du Franc congolais

Depuis un an déjà, la monnaie de la République démocratique du Congo, le franc congolais perd sans arrêt des points face au dollar. On en est déjà à 30% de perdu dans le rapport. Malgré toutes les mesures des autorités, la dépréciation semble
 
BGFI Bank : la triche bénie en RDC

 
Le Rassemblement opte pour une solution apaisée à la crise politique congolaise

Le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement salue la mission de bons offices qu’a entreprise la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) visant à harmoniser les positions des uns aux autres.
 
La Banque centrale veut stopper la dépréciation du Franc congolais

La chute du franc congolais se précise. Stabilisé depuis plus de 7 ans autour de 900 francs par rapport au dollar, sa dépréciation depuis peu est telle qu'il a franchi en moins de 3 mois la barre des 1200FC au marché parallèle.
 
Le gouvernement démonte la Gécamines sur la transaction entre Freeport et China Molybdenum

 
La RDC et la Tanzanie signent un MoU pour explorer et développer en commun les hydrocarbures du lac Tanganyika

Mardi 6 octobre 2916, à Dar es Salaam, la RD Congo et la Tanzanie ont signé un mémorandum d’entente pour l’exploitation et le développement en commun des hydrocarbures contenus dans le lac Tanganyika, qui chevauche la RDC, la Tanzanie, la Zambie e
 
La SNCC a réceptionné 18 locomotives neuves pour se relancer

Les dix-huit locomotives neuves commandées pour la SNCC dans le cadre du Projet de transport multimodal (PTM) ont été officiellement présentées ce lundi 27 juillet à Lubumbashi au cours d’une cérémonie diffusée en direct à la télévision nati
 
La France et la Chine s’allient pour mieux conquérir l’Afrique et l’Asie

Le Premier ministre, Manuel Valls et son homologue chinois, Li Keqiang ont signé mardi une déclaration sur les partenariats sur les marchés tiers dans laquelle les deux pays s’engagent à conquérir ensemble des marchés en Afrique et en Asie.
 
Autour de la dissolution et liquidation des LAC: Les sénateurs s’interrogent sur la viabilité de Congo Airways

A la suite d’une question orale avec débat du sénateur Flore Musendu, la ministre du Portefeuille a éclairé la lanterne des sénateurs sur plusieurs questions, notamment celles de savoir la situation exacte actuelle de la compagnie nationale LAC du
 
RDC: reprise du trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi

Le trafic ferroviaire a repris, jeudi 2 juillet, entre les villes de Kinshasa et Matadi (Bas-Congo), après environ 10 ans d’interruption. Le premier train qui a de nouveau relié ces deux villes du pays avait à son bord de nombreuses autorités du pay
 
Le forum économique RD Congo-Allemagne, Opération : séduire les investisseurs

Après avoir eu lieu en février dernier à Kinshasa, la ville de Berlin accueillera, du 8 au 11 juin 2015, la deuxième édition du forum économique RD Congo-Allemagne dont le principal est « environnement des Affaires et opportunités d’investisseme
 
RDC : Mener une action concertée pour stopper le commerce illicite des ressources naturelles

Le chef de la MONUSCO Martin Kobler, et Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), appellent à « une utilisation rationnelle et modérée des ressources naturelles » en RD Congo. Ils l’ont fait sav
 
Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

 
RDC: le gouverneur du Katanga invite les miniers à investir "encore plus"

 
RDC: Greenpeace dénonce le «chaos organisé» dans le secteur du bois Par RFI media Greenpeace dénonce la déforestation incontrôlée en RDC Greenpeace/DR Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est t

Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est toujours en train de se reconstruire après des décennies de guerre, est particulièrement peu réglementé. Selon l’ONG Transparency International, en 2014,
 
Le FMI appelle à de gros efforts en RDC

Le Fonds monétaire international (FMI) est « impressionné » par les progrès réalisés par la République démocratique du Congo mais estime que Kinshasa à encore de gros efforts à fournir pour « maintenir la stabilité économique » et « lutter
 
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

 
Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives
 
RDC : Mise en place d’une nouvelle procédure de l’import-export

Le commerce transfrontalier entre Kinshasa et Brazzaville, à la gare fluviale de Kinshasa, est dés
 
RDC : Gestion déséquilibrée du budget de l’Etat 2013

Réunis en assemblée plénière jeudi 2 octobre au Palais du peuple à Kinshasa, les députés nat
 
RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

 
Détournements d’importantes sommes d’argent à la BIAC

 
Exploitation sauvage des forêts en RDC

Les forêts congolaises continuent de faire l’objet d’une exploitation sauvage. On en veut pour
 
La redevance minière ne contribue pas significativement aux recettes de l’Etat

« La redevance minière, qui est le deuxième plus grand flux ou deuxième plus grand acte généra