Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
RDC : vives tensions autour du projet de modification de la loi électorale

"C'est la loi de tous les enjeux et de tous les dangers", résume le député Patrick Muyaya, le benjamin de l'Assemblée nationale en RDC. Le projet de loi modifiant la loi électorale dont l'examen a commencé lundi 12 janvier à 14 heures est au cœur d'une vive controverse entre la majorité au pouvoir et plusieurs partis d'opposition. Principale pomme de discorde : l'éventuelle modification de l'article 8 de l'actuelle législation.

Dans le projet de loi déposé le 5 janvier par le gouvernement congolais, la liste électorale pour les prochaines élections en RDC "doit être actualisée en tenant compte de l'évolution des données démographiques et de l'identification de la population". Autrement dit, le recensement devient préalable à l'organisation des prochains scrutins.

"Seules les législatives et la présidentielle prévues en 2016 seront conditionnées" par le recensement, tente de relativiser Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de la RDC, soulignant que les élections locales prévues en 2015 ne seront pas concernées par le rencensement puisqu'elles constituent des "arriérés électoraux".

Stratégie pour prolonger le mandat de Kabila ?

Pas suffisant pour rassurer certains partis d'opposition qui dénoncent une stratégie du pouvoir qui viserait à retarder le processus électoral et à prolonger de fait le mandat du président Joseph Kabila au-delà de 2016.

"C'est un projet de loi inopportun : le match a commencé le 28 novembre 2011 avec la présidentielle et les législatives, le cycle électoral doit se poursuivre notamment avec les provinciales et les sénatoriales", explique le député Martin Fayulu, coordonnateur de la plateforme de l'opposition "Sauvons la RDC". "Comment le gouvernement peut-il prétendre être capable d'organiser un recensement en moins d'une année dans un pays de plus de 2 345 000 km2, sans infrastructures, sans compétences électorales, sans moyens financiers ?", s'interroge-t-il.

Pour empêcher la tenue de la plénière prévue ce lundi, "nous nous sommes donc rassemblés avec nos militants sur le boulevard triomphal [à Kinshasa, non loin de l'Assemblée nationale, NDRL] où se trouvent la plupart de nos sièges. Mais la police a déployé ses forces pour nous disperser avec la même barbarie que lors de leur descente de la veille contre notre meeting", accuse l'opposant.

Maintien de l'ordre public

Martin Fayulu avance un bilan provisoire de "15 personnes blessées, dont deux cas graves". Plusieurs sources sur place affirment que Kudura Kasongo, ancien porte-parole du président Joseph Kabila, qui est passé depuis à l'opposition, a été blessé à la jambe.

Du côté de la police, l'on dit ne vouloir que maintenir l'ordre public. Joint au téléphone par Jeune Afrique, le général Célestin Kanyama, chef de la police à Kinshasa, accuse même les partisans des partis politiques d'opposition d'avoir "barricadé les routes, brûlé des pneus, jeté des projectiles sur des policiers (…), perturbant ainsi la tranquillité de la majorité de la population". Et de justifier l'intervention de ses hommes : "La police a l'obligation de disperser tout attroupement de nature à créer le désordre."

C'est finalement au sein même de l'hémicycle que les tensions se sont importées. Les députés qui s'opposent au projet de loi ont décidé de participer tout de même à la plénière du jour, mais avec un seul objectif. "Nous sommes là pour gêner l'examen de ce texte", confie Martin Fayulu. Comment comptent-ils s'y prendre ? "Notamment par des motions. Mais pas seulement", se contente d'avancer Juvénal Munubo, élu de l'Union pour la nation congolaise (UNC).

Kinshasa retient son souffle. En attendant, Vital Kamerhe et certains chefs de l'opposition étaient toujours encerclés lundi après midi par la police au siège de l'interfédéral de l'UNC dans la capitale congolaise. Pas loin du Palais du peuple où se tient l'examen du projet de loi controversé, et où des sifflets ont commencé à se faire entendre. Des députés de la majorité au pouvoir ont été convoqués dimanche (11 janvier) à l'hôtel Vénus où on leur a enjoint de voter aujourd'hui le projet de loi. Selon un notable local présent à la réunion, on leur aurait également promis une récompense financière.

ateu�Y a`f Џme de l'opposition "Sauvons la RDC". "Comment le gouvernement peut-il prétendre être capable d'organiser un recensement en moins d'une année dans un pays de plus de 2 345 000 km2, sans infrastructures, sans compétences électorales, sans moyens financiers ?", s'interroge-t-il.

 

Pour empêcher la tenue de la plénière prévue ce lundi, "nous nous sommes donc rassemblés avec nos militants sur le boulevard triomphal [à Kinshasa, non loin de l'Assemblée nationale, NDRL] où se trouvent la plupart de nos sièges. Mais la police a déployé ses forces pour nous disperser avec la même barbarie que lors de leur descente de la veille contre notre meeting", accuse l'opposant.

Maintien de l'ordre public

Martin Fayulu avance un bilan provisoire de "15 personnes blessées, dont deux cas graves". Plusieurs sources sur place affirment que Kudura Kasongo, ancien porte-parole du président Joseph Kabila, qui est passé depuis à l'opposition, a été blessé à la jambe.

Du côté de la police, l'on dit ne vouloir que maintenir l'ordre public. Joint au téléphone par Jeune Afrique, le général Célestin Kanyama, chef de la police à Kinshasa, accuse même les partisans des partis politiques d'opposition d'avoir "barricadé les routes, brûlé des pneus, jeté des projectiles sur des policiers (…), perturbant ainsi la tranquillité de la majorité de la population". Et de justifier l'intervention de ses hommes : "La police a l'obligation de disperser tout attroupement de nature à créer le désordre."

 

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Liberia : les cinq clés de la victoire de George Weah

George Weah est le nouveau président du Liberia. L'ex-star du football a obtenu plus de 60% des voix lors du second tour qui l'opposait au vice-président sortant Joseph Boakai. La défaite de ce dernier est aussi la défaite du parti de l'ex-présidente
 
Territoires palestiniens : mouvement de colère contre la décision de Donald Trump

 
L’accord de Paris entrera en vigueur dans 30 jours

« 72 parties représentant 56,75% des émissions globales de gaz à effet de serre ont désormais ratifié l’accord de Paris. Il entrera en vigueur dans 30 jours.». C’est ce qu’a révélé Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive de la convent
 
Forum Pharmaceutique International/Tunis 2016

Programme 17éme Session du Forum de L'IOPA 28-29-30 Avril 2016
 
L'Assemblée Générale de la CIOPF 2015

Les Représentants des Ordres des Pharmaciens Francophones étaient réunis à l’Assemblée Générale de la Conférence Internationale des Ordres des Pharmaciens Francophon
 
Terrorisme : La CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak

D’après les documents diffusés par Snowden, actuellement réfugié en Russie, la CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). L’EIIL, qui prône le retour au «Califat »
 
Livraison des Mistrals : la France a trahi son indépendance !

L’affaire des Mistral, ces porte-hélicoptères commandés à la France par la Russie, ne cesse de faire couler l’encre. Pour régler le dilemme surgi de la non livraison de ces deux navires, la France vient de formuler des conditions que la Russie a
 
Mort de Boris Nemtsov Un assassinat "minutieusement planifié" par les services étrangers

L’opposant russe et ancien vice-Premier ministre Boris Nemtsov a été tué par quatre balles à Moscou. Son assassinat aurait été "minutieusement planifié". Différentes théories émergent pour expliquer le meurtre de l’opposant russe et ancien v
 
Sous la force de frappe des Pro-russes, les troupes ukrainiennes battent en retraite

Est-Ouest. La logique de confrontation paraît l’emporter dans l’Est de l’Ukraine. Chaque camp est encouragé dans sa surenchère : Moscou soutient les rebelles pour ne pas abandonner ses intérêts sans contrepartie ; Washington appuie les loyalist
 
L'Est de l'Ukraine, un terrain d’affrontement américano-russe ?

Selon l’Occident, alors que Moscou livre depuis des mois des équipements militaires aux pro-russes du Donbass, Washington envisage aussi désormais de faire la même chose avec l'armée ukrainienne. Au risque de tomber dans l'escalade, si l’on n
 
Relance d'une 3ème guerre mondiale : La suprématie militaire russe reste inégalable

L’Otan pousse l’UE vers une nouvelle Guerre froide. Et la crise ukrainienne est le prétexte idéal de l’Alliance Atlantique (L’Otan) pour pousser les Européens à augmenter leur budget militaire, et à financer cette augmentation par la vente au
 
Washington bientôt dans son propre piège

La Russie réagit dans la guerre économique que lui livre l’Otan à la manière dont elle l’aurait fait dans une guerre classique, signale Thierry Meyssan, un journaliste spécialiste des mouvements militaires. Elle s’est laissée atteindre par des
 
Vers la disparition de l’Ukraine !

 
Vol MH 370 : les Etats-Unis soupçonnés d’avoir abattu le Boeing 377 ?

Neuf mois après la disparition du vol MH 370, la théorie selon laquelle le Boeing aurait été neutralisé par l’armée américaine pour éviter qu’il ne s’écrase sur la base militaire de Diego Garcia refait surface.
 
Poutine à la presse : « La Russie a raison, les Occidentaux ont tort et la stratégie en Ukraine est la bonne »

Plus de trois heures auront été nécessaires au président russe Vladimir Poutine pour brosser un tableau complet de la Russie et du monde lors de sa 10e grande conférence de presse, rapporte la presse russe. La situation économique, l'Ukraine, les sa
 
Poutine intransigeant face à la pression occidentale

"Si pour certains pays européens la fierté nationale est une notion oubliée depuis belle lurette et la souveraineté, un luxe inabordable, pour la Russie la souveraineté nationale réelle est une condition sine qua non de son existence", a indiqué le
 
L’Afrique du Sud accuse Israël de «défier le monde entier»