Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
RDC : vives tensions autour du projet de modification de la loi électorale

"C'est la loi de tous les enjeux et de tous les dangers", résume le député Patrick Muyaya, le benjamin de l'Assemblée nationale en RDC. Le projet de loi modifiant la loi électorale dont l'examen a commencé lundi 12 janvier à 14 heures est au cœur d'une vive controverse entre la majorité au pouvoir et plusieurs partis d'opposition. Principale pomme de discorde : l'éventuelle modification de l'article 8 de l'actuelle législation.

Dans le projet de loi déposé le 5 janvier par le gouvernement congolais, la liste électorale pour les prochaines élections en RDC "doit être actualisée en tenant compte de l'évolution des données démographiques et de l'identification de la population". Autrement dit, le recensement devient préalable à l'organisation des prochains scrutins.

"Seules les législatives et la présidentielle prévues en 2016 seront conditionnées" par le recensement, tente de relativiser Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de la RDC, soulignant que les élections locales prévues en 2015 ne seront pas concernées par le rencensement puisqu'elles constituent des "arriérés électoraux".

Stratégie pour prolonger le mandat de Kabila ?

Pas suffisant pour rassurer certains partis d'opposition qui dénoncent une stratégie du pouvoir qui viserait à retarder le processus électoral et à prolonger de fait le mandat du président Joseph Kabila au-delà de 2016.

"C'est un projet de loi inopportun : le match a commencé le 28 novembre 2011 avec la présidentielle et les législatives, le cycle électoral doit se poursuivre notamment avec les provinciales et les sénatoriales", explique le député Martin Fayulu, coordonnateur de la plateforme de l'opposition "Sauvons la RDC". "Comment le gouvernement peut-il prétendre être capable d'organiser un recensement en moins d'une année dans un pays de plus de 2 345 000 km2, sans infrastructures, sans compétences électorales, sans moyens financiers ?", s'interroge-t-il.

Pour empêcher la tenue de la plénière prévue ce lundi, "nous nous sommes donc rassemblés avec nos militants sur le boulevard triomphal [à Kinshasa, non loin de l'Assemblée nationale, NDRL] où se trouvent la plupart de nos sièges. Mais la police a déployé ses forces pour nous disperser avec la même barbarie que lors de leur descente de la veille contre notre meeting", accuse l'opposant.

Maintien de l'ordre public

Martin Fayulu avance un bilan provisoire de "15 personnes blessées, dont deux cas graves". Plusieurs sources sur place affirment que Kudura Kasongo, ancien porte-parole du président Joseph Kabila, qui est passé depuis à l'opposition, a été blessé à la jambe.

Du côté de la police, l'on dit ne vouloir que maintenir l'ordre public. Joint au téléphone par Jeune Afrique, le général Célestin Kanyama, chef de la police à Kinshasa, accuse même les partisans des partis politiques d'opposition d'avoir "barricadé les routes, brûlé des pneus, jeté des projectiles sur des policiers (…), perturbant ainsi la tranquillité de la majorité de la population". Et de justifier l'intervention de ses hommes : "La police a l'obligation de disperser tout attroupement de nature à créer le désordre."

C'est finalement au sein même de l'hémicycle que les tensions se sont importées. Les députés qui s'opposent au projet de loi ont décidé de participer tout de même à la plénière du jour, mais avec un seul objectif. "Nous sommes là pour gêner l'examen de ce texte", confie Martin Fayulu. Comment comptent-ils s'y prendre ? "Notamment par des motions. Mais pas seulement", se contente d'avancer Juvénal Munubo, élu de l'Union pour la nation congolaise (UNC).

Kinshasa retient son souffle. En attendant, Vital Kamerhe et certains chefs de l'opposition étaient toujours encerclés lundi après midi par la police au siège de l'interfédéral de l'UNC dans la capitale congolaise. Pas loin du Palais du peuple où se tient l'examen du projet de loi controversé, et où des sifflets ont commencé à se faire entendre. Des députés de la majorité au pouvoir ont été convoqués dimanche (11 janvier) à l'hôtel Vénus où on leur a enjoint de voter aujourd'hui le projet de loi. Selon un notable local présent à la réunion, on leur aurait également promis une récompense financière.

ateu�Y a`f Џme de l'opposition "Sauvons la RDC". "Comment le gouvernement peut-il prétendre être capable d'organiser un recensement en moins d'une année dans un pays de plus de 2 345 000 km2, sans infrastructures, sans compétences électorales, sans moyens financiers ?", s'interroge-t-il.

 

Pour empêcher la tenue de la plénière prévue ce lundi, "nous nous sommes donc rassemblés avec nos militants sur le boulevard triomphal [à Kinshasa, non loin de l'Assemblée nationale, NDRL] où se trouvent la plupart de nos sièges. Mais la police a déployé ses forces pour nous disperser avec la même barbarie que lors de leur descente de la veille contre notre meeting", accuse l'opposant.

Maintien de l'ordre public

Martin Fayulu avance un bilan provisoire de "15 personnes blessées, dont deux cas graves". Plusieurs sources sur place affirment que Kudura Kasongo, ancien porte-parole du président Joseph Kabila, qui est passé depuis à l'opposition, a été blessé à la jambe.

Du côté de la police, l'on dit ne vouloir que maintenir l'ordre public. Joint au téléphone par Jeune Afrique, le général Célestin Kanyama, chef de la police à Kinshasa, accuse même les partisans des partis politiques d'opposition d'avoir "barricadé les routes, brûlé des pneus, jeté des projectiles sur des policiers (…), perturbant ainsi la tranquillité de la majorité de la population". Et de justifier l'intervention de ses hommes : "La police a l'obligation de disperser tout attroupement de nature à créer le désordre."

 

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
La Cenco dénonce les attaques lancées contre sa hiérarchie et soutient Mgr Monsengwo

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a dénoncé jeudi les attaques lancées notamment par des "responsables des institutions de la République" contre l'Eglise catholique et sa hiérarchie, en particulier le cardinal Laurent Monsengwo Pa
 
RDC: les laïcs catholiques veulent une marche pacifique le 31 decembre 2017

 
RDC : des centaines de milliers d'enfants souffrent de malnutrition

 
Pas de vie au Congo Kinshasa !

 
Effondrement d’un immeuble à Kinshasa : la famille des victimes exige des sanctions sévères

 
La RDC est-elle encore la capitale mondiale du viol ?

 
Kalamba Malandi encourt 20 ans de prison ferme pour tentative de viol sur mineure

Une affaire à dormir debout que celle d’un grand-père maternel qui tente de violer sa petite fille mineure de 16 ans. En effet, le sieur Kalamba Malandi, âgé de 65 ans et résidant au n° 4 de l’avenue Gemena, quartier Matadi Mayo, commune de Mont
 
La RDC va autoriser le départ de 32 enfants adoptés par des couples étrangers

La République démocratique du Congo est prête à autoriser le départ dès la semaine prochaine de 32 enfants congolais adoptés que des couples étrangers n'avaient pas pu récupérer suite à un gel des sorties décidé en 2013, a-t-on appris vendred
 
Tomberez-vous amoureux d'un(e) inconnu(e) avec ces 36 questions ?

A l'occasion de la Saint-Valentin, francetv info tente de percer les mystères de l'amour. Et si la solution pour tomber amoureux se trouvait au cœur d'une expérience psychologique menée dans les années 1990 ? L'expérience psychologique menée il y a
 
La fête cotérique des élus dans le gouvernement

Depuis des lustres, lorsque quelqu’un est nommé ministre en République démocratique du Congo (RDC), avant même qu’il n’entre en fonction et dévoile son programme d’activités, sa résidence est prise d’assaut par ses proches. C’est la gra
 
Beni : le lynchage par la foule, un autre mode vie

L'insécurité de Beni ne date pas d'aujourd’hui. Elle est récurrente depuis trois ans avant mêm
 
RDC: des centaines de magistrats en grève "illimitée" pour obtenir une hausse de salaire

 
Code de famille : Pas de mariage pour tous en RDC, tranche le Sénat

« Tout individu a le droit de se marier avec la personne de son choix, de sexe opposé et de fonde
 
RDC : L’émancipation de la femme est devenue une réalité ?

En République démocratique du Congo, gouverner n’est pas l’affaire des seuls hommes. Il est de
 
Démantèlement d’une filière de faussaires congolais de Brazzaville à Paris

 
RDC : La milice Bakata-Katanga menace d'exterminer les pygmées du Katanga

Bantous et pygmées s’affrontent régulièrement au Nord-Katanga malgré plusieurs efforts de réc
 
Remise des clés aux bénéficiaires du Programme « Esprit de vie » : Matata