Actualités : www.lappelafricain.com  / Internationale
Relance d'une 3ème guerre mondiale : La suprématie militaire russe reste inégalable

C’est le général US Philip Breedlove, le Suprême commandeur allié en Europe, nommé par le président des États-Unis— qui avait énoncé à Bruxelles, au mois de mai 2014, le point de virage : « Nous sommes à la veille de la décision cruciale de savoir comment affronter, sur le long terme, un voisin agressif », à savoir la Russie, accusée de violer le principe du respect des frontières nationales en Europe, en déstabilisant l’Ukraine en tant qu’État souverain et en menaçant les pays de la région orientale de l’Otan.

Le prêche vient du pupitre d’une alliance militaire qui a démoli par la guerre la Yougoslavie, jusqu’à séparer même le Kosovo de la Serbie ; qui s’est étendue à l’Est, en englobant tous les États de l’ex-Pacte de Varsovie, deux de l’ex-Yougoslavie et trois de l’ex-URSS, qui a enfin pénétré en Ukraine, en prenant le contrôle de positions clés dans les forces armées et en entraînant les groupes néo-nazis utilisés dans le putsch de Kiev.

Voilà qui explique toute l’évolution de la situation de plus en plus complexe en Ukraine. Le Kremlin a même déjà remarqué que chaque fois qu’une personnalité de l’Occident visite l’Ukraine, il s’ensuit toujours une tension entre Kiev et les séparatistes de l’Est de l’Ukraine. On fait fi des avancées obtenues dans le sens de la désescalade et les armes reprennent afin « d’écraser » les populations de l’Est qui se sentent proches des Russes.

C’est le cas en ce début d’année 2015. Kiev vient, non seulement de rompre le cessez-le-feu en relançant la guerre, mais il a, à nouveau, adopté un ton belliqueux tout en ignorant l’accord signé à Minsk à la fin de l’année écoulée. Cet accord impose un cessez-le-feu afin de permettre l’amorce des négociations pacifiques pouvant déterminer l’avenir politique de l’Ukraine. Bref, les Ukrainiens n’en veulent pas et c’est pour cela qu’ils veulent obtenir par la force ce qui leur échappe. C’est-à-dire le contrôle total du pays.

C’est ainsi que le 11 janvier, alors que la communauté internationale se recueillait aux côtés de la France victime d’une attaque terroriste, Kiev a lancé une violente offensive qui a atteint son paroxysme deux jours plus tard. Avec des conséquences catastrophiques pour la population, et pour les combattants de l’Est de l’Ukraine.

La carte de situation du Conseil de sécurité nationale à la date du 13 janvier le montre sans ambiguïté : à partir du 11 janvier, toute la ligne de front s'est rallumée. "Dans la zone de conflit du Donbass, indique le blogueur Dmitro Timtchouk, spécialiste des questions militaires, les forces ukrainiennes ont continué d'accroître leurs activités. Elles multiplient les attaques et tentent de prendre d'assaut les positions des séparatistes. La situation était particulièrement critique autour de l'aéroport de Donetsk, qui vient d’être complètement dégagé au profit des séparatistes".

Une fois de plus, la population n'a pas été épargnée, comme à Volnovakha, un bourg situé dans les environs de Donetsk. On a dénombré plus de 14 morts et une dizaine de blessés. Il est probable que cette attaque ait été préparée à l'avance". Mercredi dernier, l’armée ukrainienne a encore tiré en plein centre ville de Donesk, dans un quartier résidentiel pour faire encore 15 morts à bord d’un trolley bus.

Cette évolution dramatique sur le terrain a déjà un résultat qui était prévisible. Les négociations sont reportées sine die. "Le sommet d'Astana est reporté". "Programmé pour le 15 janvier, il a été repoussé indéfiniment. [...] Cependant, tous les responsables, y compris du côté russe, ont réaffirmé leur engagement en faveur d'une mise en œuvre de l'accord de Minsk [conclu le 5 septembre et prévoyant un cessez-le-feu qui n'a jamais été respecté]."

L’ « adaptation stratégique » de l’Otan

Ce regain de tension est une pure distraction. Car il consiste à permettre à l’Otan d’entreprendre une « adaptation stratégique pour affronter l’utilisation du côté russe de manœuvres improvisées, cyber-activités et opérations secrètes ». D’après les calculs de Washington, ceci « coûtera de l’argent, du temps et des efforts ».

Le premier pas consistera en l’augmentation ultérieure de la dépense militaire de l’Otan, déjà supérieure aujourd’hui aux 1 000 milliards de dollars annuels. A cette fin le ministère de la Défense américain a déjà annoncé une réunion avec les pays occidentaux en vue de pousser les alliés à augmenter leur dépense militaire. Car, il va falloir acheter les armes à Washington.

Le scénario de l’ « adaptation stratégique » de l’Otan va bien au-delà de l’Union européenne, en s’étendant à la région Asie-Pacifique. Là —sur la vague des accords russo-chinois, qui rendent vaines les sanctions occidentales contre la Russie en lui ouvrant de nouveaux débouchés commerciaux à l’Est— se préfigure la possibilité d’une union économique eurasiatique en mesure de contrebalancer celle des USA et de l’UE, que Washington veut renforcer avec le Partenariat transatlantique pour le commerce et les investissements (TTIP).

Washington sait très bien que les accords russo-chinois signés à Pékin ne se limitent pas aux fournitures énergétiques russes à la Chine, mais concernent aussi des secteurs à haute-technologie. Par exemple, est à l’étude le projet d’un gros avion de ligne qui, produit par une joint-venture russo-chinoise, ferait concurrence à ceux de Boeing et de l’Européen Airbus. Un autre projet concerne la construction d’un super-hélicoptère pouvant transporter une charge de 15 tonnes.

La question de fond, substantiellement ignorée dans la campagne des élections européennes, est : l’Union européenne doit-elle suivre les États-Unis dans « l’adaptation stratégique » de l’Otan qui porte à une nouvelle confrontation Ouest-Est non moins dangereuse et coûteuse que celle de la Guerre froide ? Ou bien doit-elle se désaliéner pour entreprendre son chemin constructif en repoussant l’idée de jeter l’épée sur le plateau de la balance, en augmentant la dépense militaire, afin de conserver un avantage que l’« Occident » voit de plus en plus diminuer ?

En attendant la réaction de l’Union Européenne, les stratèges russes en viennent à la constatation que la guerre froide est déjà relancée. Il ne faut donc plus se leurrer. Les Américains ont déjà planifié un programme à moyen ou long terme pour asphyxier la Russie, l’affaiblir et l’émietter comme ce fut le cas avec la Yougoslavie.

La fin d’une époque d’incompréhension entre Moscou et Washington

La relance de la guerre froide est voulue par les stratèges américains parce que Moscou lui conteste la victoire de la fin de la première, qui a couvert la période allant de 1945 à 1991. Cette guerre froide là s'est achevée sans qu'aucun Etat n'ait été officiellement reconnu vainqueur, laissant la place à une "époque d'incompréhension croissante", estime l'analyste politique Fiodor Loukianov, président du Conseil russe pour la politique extérieure et de défense.  

En effet, d’après plusieurs observateurs neutres, aucune puissance ne peut prétendre avoir gagné la guerre froide. Cependant personne ne l'a officiellement confirmé et aucun accord formel

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
RDC : Quand le PNUD présente sa nouvelle approche de l’aide au développement

Etabli en RDC depuis 1976, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre à un ... e PNUD est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement. Présent dans 9 provinces de la RDC, ...
 
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?

Kinshasa a abrité du 2 au 4 avril 2018 une Table Ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et de la réduction de la dépendance des importations où les participants ont réfléchi sur les politiques et stratégies à mettre en plac
 
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !

Ce plan est axé sur l’industrialisation des secteurs de base, le développement agricole et l’amélioration de la productivité du secteur minier et industriel. Il prévoit également la création des zones économiques industrielles qui permettront
 
RDC : le taux de déforestation annuel augmente de 0,81% entre 2000 et 2014

 
RDC/ Banque centrale: un excédent de plus de 13 millions USD en novembre

 
RDC : Adoption du projet de loi des finances exercice 2018 à l’Assemblée nationale

 
La RDC signe un accord avec la société Wapcos pour le transport de l’électricité produite à Kokobola

 
Dépréciation accélérée du Franc congolais

Depuis un an déjà, la monnaie de la République démocratique du Congo, le franc congolais perd sans arrêt des points face au dollar. On en est déjà à 30% de perdu dans le rapport. Malgré toutes les mesures des autorités, la dépréciation semble
 
BGFI Bank : la triche bénie en RDC

 
Le Rassemblement opte pour une solution apaisée à la crise politique congolaise

Le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement salue la mission de bons offices qu’a entreprise la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) visant à harmoniser les positions des uns aux autres.
 
La Banque centrale veut stopper la dépréciation du Franc congolais

La chute du franc congolais se précise. Stabilisé depuis plus de 7 ans autour de 900 francs par rapport au dollar, sa dépréciation depuis peu est telle qu'il a franchi en moins de 3 mois la barre des 1200FC au marché parallèle.
 
Le gouvernement démonte la Gécamines sur la transaction entre Freeport et China Molybdenum

 
La RDC et la Tanzanie signent un MoU pour explorer et développer en commun les hydrocarbures du lac Tanganyika

Mardi 6 octobre 2916, à Dar es Salaam, la RD Congo et la Tanzanie ont signé un mémorandum d’entente pour l’exploitation et le développement en commun des hydrocarbures contenus dans le lac Tanganyika, qui chevauche la RDC, la Tanzanie, la Zambie e
 
La SNCC a réceptionné 18 locomotives neuves pour se relancer

Les dix-huit locomotives neuves commandées pour la SNCC dans le cadre du Projet de transport multimodal (PTM) ont été officiellement présentées ce lundi 27 juillet à Lubumbashi au cours d’une cérémonie diffusée en direct à la télévision nati
 
La France et la Chine s’allient pour mieux conquérir l’Afrique et l’Asie

Le Premier ministre, Manuel Valls et son homologue chinois, Li Keqiang ont signé mardi une déclaration sur les partenariats sur les marchés tiers dans laquelle les deux pays s’engagent à conquérir ensemble des marchés en Afrique et en Asie.
 
Autour de la dissolution et liquidation des LAC: Les sénateurs s’interrogent sur la viabilité de Congo Airways

A la suite d’une question orale avec débat du sénateur Flore Musendu, la ministre du Portefeuille a éclairé la lanterne des sénateurs sur plusieurs questions, notamment celles de savoir la situation exacte actuelle de la compagnie nationale LAC du
 
RDC: reprise du trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi

Le trafic ferroviaire a repris, jeudi 2 juillet, entre les villes de Kinshasa et Matadi (Bas-Congo), après environ 10 ans d’interruption. Le premier train qui a de nouveau relié ces deux villes du pays avait à son bord de nombreuses autorités du pay
 
Le forum économique RD Congo-Allemagne, Opération : séduire les investisseurs

Après avoir eu lieu en février dernier à Kinshasa, la ville de Berlin accueillera, du 8 au 11 juin 2015, la deuxième édition du forum économique RD Congo-Allemagne dont le principal est « environnement des Affaires et opportunités d’investisseme
 
RDC : Mener une action concertée pour stopper le commerce illicite des ressources naturelles

Le chef de la MONUSCO Martin Kobler, et Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), appellent à « une utilisation rationnelle et modérée des ressources naturelles » en RD Congo. Ils l’ont fait sav
 
Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

 
RDC: le gouverneur du Katanga invite les miniers à investir "encore plus"

 
RDC: Greenpeace dénonce le «chaos organisé» dans le secteur du bois Par RFI media Greenpeace dénonce la déforestation incontrôlée en RDC Greenpeace/DR Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est t

Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est toujours en train de se reconstruire après des décennies de guerre, est particulièrement peu réglementé. Selon l’ONG Transparency International, en 2014,
 
Le FMI appelle à de gros efforts en RDC

Le Fonds monétaire international (FMI) est « impressionné » par les progrès réalisés par la République démocratique du Congo mais estime que Kinshasa à encore de gros efforts à fournir pour « maintenir la stabilité économique » et « lutter
 
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

 
Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives
 
RDC : Mise en place d’une nouvelle procédure de l’import-export

Le commerce transfrontalier entre Kinshasa et Brazzaville, à la gare fluviale de Kinshasa, est dés
 
RDC : Gestion déséquilibrée du budget de l’Etat 2013

Réunis en assemblée plénière jeudi 2 octobre au Palais du peuple à Kinshasa, les députés nat
 
RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

 
Détournements d’importantes sommes d’argent à la BIAC

 
Exploitation sauvage des forêts en RDC

Les forêts congolaises continuent de faire l’objet d’une exploitation sauvage. On en veut pour
 
La redevance minière ne contribue pas significativement aux recettes de l’Etat

« La redevance minière, qui est le deuxième plus grand flux ou deuxième plus grand acte généra