Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
RDC : La MP de « Joseph KABILA » fragilisée

La crise autour de la nouvelle loi électorale en République démocratique du Congo a fragilisé un peu plus la majorité du président Joseph Kabila mais a également révélé la désunion de l'opposition.

"Au sein de la majorité [. . . ] ils ne sont plus unis, c'est clair", juge Placide Mandona, chercheur en philosophie politique à l'Université catholique du Congo, et "à la base de tout [il y a] cette fameuse loi électorale".

Ce projet de révision de la loi électorale a déclenché des troubles meurtriers à Kinshasa et dans plusieurs villes de province du 19 au 22 janvier. Au c?ur de la contestation : une disposition du texte susceptible de retarder l'élection présidentielle de 2016 et de permettre ainsi à M. Kabila de se maintenir à la tête de l?État au-delà du terme de son mandat.

M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter. Sa réélection contestée en 2011 lors d'un scrutin marqué par des irrégularités massives est à l'origine de la crise politique que traverse le pays.

La nouvelle loi a finalement été adoptée le 25 janvier, et plusieurs opposants estiment qu'elle contient toujours un risque de report de la présidentielle.

"Il n'y a pas de cohésion au sein de la majorité", regrette un cadre de l'Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC), troisième parti politique de la Majorité présidentielle, qui reproche au Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de M. Kabila d'avoir totalement marginalisé ses partenaires au moment du passage de la loi.

Avant même cet épisode, les divergences au sein de la majorité étaient apparues, en particulier lorsque le Mouvement social pour le renouveau (MSR, deuxième force de la majorité) avait fait savoir fin 2014 son opposition à des plans échafaudés par certains responsables de la majorité pour permettre à M. Kabila de rester au pouvoir après 2016.

Le MSR a fini par resserrer les rangs, mais d'autres alliés du président sont entrés en dissidence, comme Jean-Claude Muyambo, qui accuse M. Kabila de vouloir s'accrocher au pouvoir. Chef d'un petit parti, M. Muyambo a été l'un des organisateurs de la contestation contre la loi électorale. Emprisonné depuis le 20 janvier, il est poursuivi pour une affaire d'abus de confiance sans lien avec les derniers événements.

"La guerre est même au sein du PPRD", confie un chef provincial de ce parti.

'Aile dure'

Le parti présidentiel apparaît divisé entre une "aile dure" incarnée par des personnalités comme Aubin Minaku, président de l'Assemblée nationale, ou Évariste Boshab, ministre de l'Intérieur, aujourd'hui déterminés à soutenir la ligne définie par le chef de l’État, et d'autres comme Moïse Katumbi, gouverneur de la province du Katanga (berceau du pouvoir) qui commencent à mettre en garde contre toute volonté de maintien au pouvoir de M. Kabila au-delà de 2016.

Mais l'opposition, minée par les divisions et les querelles d'ego, ne semble pas en mesure de profiter de la situation. Au sein de ses rangs, "c'est la pagaille", résume Philemon Muamba, professeur d'histoire politique à l'Université de Kinshasa.

Premier parti de l'opposition au Parlement, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) n'est plus que l'ombre de lui-même en l'absence de son chef historique, Étienne Tshisekedi, en convalescence à Bruxelles. L'UDPS, qui juge le Parlement illégitime, n'a pas participé au mouvement contre la loi électorale.

Celui-ci a été conduit par une coalition rassemblant l'Union pour la nation congolaise (UNC, troisième force de l'opposition), des membres du Mouvement de libération du Congo (MLC, deuxième parti d'opposition à l'Assemblée) et d'autres opposants.

Mais "il n'y a pas un homme fédérateur ou une femme fédératrice", estime M. Muamba. Comme l'UDPS, le MLC est très affaibli en l'absence de son chef, Jean-Pierre Bemba, jugé à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI), et par le récent débauchage de certains de ses dirigeants entrés au gouvernement en décembre.

Vital Kamerhe, président de l'UNC, voudrait en profiter pour rassembler les opposants autour de sa personne, mais souffre dans l'opinion de son ancienne proximité avec M. Kabila, dont il fut le directeur de campagne en 2006.

Pour M. Muamba, "il y a encore un grand travail à faire pour le rapprochement" entre les différentes tendances de l'opposition.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Liberia : les cinq clés de la victoire de George Weah

George Weah est le nouveau président du Liberia. L'ex-star du football a obtenu plus de 60% des voix lors du second tour qui l'opposait au vice-président sortant Joseph Boakai. La défaite de ce dernier est aussi la défaite du parti de l'ex-présidente
 
Territoires palestiniens : mouvement de colère contre la décision de Donald Trump

 
L’accord de Paris entrera en vigueur dans 30 jours

« 72 parties représentant 56,75% des émissions globales de gaz à effet de serre ont désormais ratifié l’accord de Paris. Il entrera en vigueur dans 30 jours.». C’est ce qu’a révélé Patricia Espinosa, la Secrétaire exécutive de la convent
 
Forum Pharmaceutique International/Tunis 2016

Programme 17éme Session du Forum de L'IOPA 28-29-30 Avril 2016
 
L'Assemblée Générale de la CIOPF 2015

Les Représentants des Ordres des Pharmaciens Francophones étaient réunis à l’Assemblée Générale de la Conférence Internationale des Ordres des Pharmaciens Francophon
 
Terrorisme : La CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak

D’après les documents diffusés par Snowden, actuellement réfugié en Russie, la CIA et le Mossad ont entrainé Abu Bakr Al-Baghdadi, l’actuel leader de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). L’EIIL, qui prône le retour au «Califat »
 
Livraison des Mistrals : la France a trahi son indépendance !

L’affaire des Mistral, ces porte-hélicoptères commandés à la France par la Russie, ne cesse de faire couler l’encre. Pour régler le dilemme surgi de la non livraison de ces deux navires, la France vient de formuler des conditions que la Russie a
 
Mort de Boris Nemtsov Un assassinat "minutieusement planifié" par les services étrangers

L’opposant russe et ancien vice-Premier ministre Boris Nemtsov a été tué par quatre balles à Moscou. Son assassinat aurait été "minutieusement planifié". Différentes théories émergent pour expliquer le meurtre de l’opposant russe et ancien v
 
Sous la force de frappe des Pro-russes, les troupes ukrainiennes battent en retraite

Est-Ouest. La logique de confrontation paraît l’emporter dans l’Est de l’Ukraine. Chaque camp est encouragé dans sa surenchère : Moscou soutient les rebelles pour ne pas abandonner ses intérêts sans contrepartie ; Washington appuie les loyalist
 
L'Est de l'Ukraine, un terrain d’affrontement américano-russe ?

Selon l’Occident, alors que Moscou livre depuis des mois des équipements militaires aux pro-russes du Donbass, Washington envisage aussi désormais de faire la même chose avec l'armée ukrainienne. Au risque de tomber dans l'escalade, si l’on n
 
Relance d'une 3ème guerre mondiale : La suprématie militaire russe reste inégalable

L’Otan pousse l’UE vers une nouvelle Guerre froide. Et la crise ukrainienne est le prétexte idéal de l’Alliance Atlantique (L’Otan) pour pousser les Européens à augmenter leur budget militaire, et à financer cette augmentation par la vente au
 
Washington bientôt dans son propre piège

La Russie réagit dans la guerre économique que lui livre l’Otan à la manière dont elle l’aurait fait dans une guerre classique, signale Thierry Meyssan, un journaliste spécialiste des mouvements militaires. Elle s’est laissée atteindre par des
 
Vers la disparition de l’Ukraine !

 
Vol MH 370 : les Etats-Unis soupçonnés d’avoir abattu le Boeing 377 ?

Neuf mois après la disparition du vol MH 370, la théorie selon laquelle le Boeing aurait été neutralisé par l’armée américaine pour éviter qu’il ne s’écrase sur la base militaire de Diego Garcia refait surface.
 
Poutine à la presse : « La Russie a raison, les Occidentaux ont tort et la stratégie en Ukraine est la bonne »

Plus de trois heures auront été nécessaires au président russe Vladimir Poutine pour brosser un tableau complet de la Russie et du monde lors de sa 10e grande conférence de presse, rapporte la presse russe. La situation économique, l'Ukraine, les sa
 
Poutine intransigeant face à la pression occidentale

"Si pour certains pays européens la fierté nationale est une notion oubliée depuis belle lurette et la souveraineté, un luxe inabordable, pour la Russie la souveraineté nationale réelle est une condition sine qua non de son existence", a indiqué le
 
L’Afrique du Sud accuse Israël de «défier le monde entier»