Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
La nouvelle loi électorale en RDC : qui trompe qui ?

Alors que le souverain primaire croyait avoir mis une croix définitive sur le recensement et l’identification, retenus comme préalables à l’organisation des élections locales, municipales, urbaines, législatives provinciales et nationales ainsi que de la présidentielle, l’homme en toge noires vient de nous faire la démonstration du contraire.

En relisant avec lui, de manière comparative, les dispositions de l’ancienne et de la nouvelle Loi électorale, il saute clairement aux yeux que contrairement aux attentes du souverain primaire, le recensement et l’identification de la population ne sont pas du tout déconnectés des scrutins de 2015-2016.

Il nous rappelle, dans son analyse comparative, que ces deux opérations préélectorales qui avaient coûté à la République des vies humaines ainsi que le saccage des commerces, des commissariats de police, des bâtiments publics et des véhicules des particuliers, sont subtilement maintenues à travers les prescrits des articles 115, 145, 146, 192 et 237. S’agissant par exemple de l’Article 115, alinéa 2, points 1, 2 et 4, il est libellé comme suit : « Le nombre de sièges à l’Assemblée Nationale est de cinq cents. Chaque circonscription électorale a droit à un nombre de députés égal au résultat des opérations suivantes : 1. un quotient électoral est obtenu en divisant le nombre total d’habitants de la République Démocratique du Congo par le nombre total des sièges à pourvoir à l’Assemblée Nationale ; 2. le nombre de sièges à pourvoir dans chaque province est obtenu par la division du nombre total d’habitants de
cette province par le quotient électoral ; 3. le nombre de sièges à pourvoir dans chaque circonscription est obtenu par la division du nombre total d’habitants de cette circonscription par le même quotient électoral ».

Quant à l’article l’article 145, il stipule : « il (le nombre de sièges à pourvoir à l’Assemblée provinciale) est calculé proportionnellement au nombre d’habitants de la province ».
Lorsque l’on se réfère à l’article 146, alinéa 1er, points 1 et 2, l’on note ce qui suit : « Chaque circonscription électorale a droit à un nombre de députés provinciaux égal au résultat des opérations suivantes : 1. un quotient électoral par province est obtenu en divisant le nombre total d’habitants de cette province par le nombre de sièges à pourvoir à l’Assemblée Provinciale ; 2. le nombre de sièges à pourvoir dans chaque circonscription est obtenu par la division du nombre total d’habitants dans cette circonscription par le nombre de sièges à pourvoir à l’Assemblée provinciale ».

La relecture attentive de ces articles de la nouvelle loi électorale indique de manière claire qu’avant d’aller aux urnes en 2015 et 2016, le peuple congolais doit impérativement être recensé et identifié, sinon il serait impossible à la CENI de déterminer le nombre de sièges à pourvoir pour les conseillers de secteurs, les conseillers municipaux, les conseillers urbains, les députés provinciaux, les sénateurs et les députés nationaux. L’unique élection qui pourrait être organisée sans recensement et identification préalables, ce serait la présidentielle.

Que dire de ceci sinon que les Sénateurs et Députés nationaux ont mis au point une bombe à retardement qui pourrait, si l’on n’y prend garde, exploser à plus ou moins brève échéance.

Qui trompe qui ?

Les parlementaires ayant endossé la nouvelle Loi électorale avec des dispositions qui continuent de fâcher, ont-ils cru avoir trompé le peuple ? C’est le lieu de rappeler au président du Sénat, qui s’était exprimé en lingala et en français le vendredi 23 janvier 2015, et à son homologue de l’Assemblée Nationale, qui avait parlé en cinq langues (français, tshiluba, swahili, kikongo et lingala), qu’ils avaient juré, devant Dieu et les hommes, que le Parlement avait coupé le cordon ombilical qui reliait le recensement et l’identification de la population au processus électoral de 2015-2016. L’un et l’autre avaient martelé avoir bien entendu la voix du souverain primaire, foncièrement opposé à tout glissement du calendrier électoral.

C’est du reste cette assurance de ne pas chercher à prolonger le mandat de qui que ce soit, qui avait calmé les esprits surchauffés aux quatre coins de la République entre le lundi 19 et le vendredi 23 janvier 2015. La situation actuelle est que dans l’imagerie populaire, il n’existe plus de zones d’ombre dans le texte de la nouvelle Loi électorale. Ceux qui pensent avoir piégé ou floué le souverain primaire risquent de payer, le moment venu, les pots cassés. Qui trompe qui ? La vérité mérite d’être dite à la population, pendant qu’il est encore temps de rectifier le tir.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Banques de développement: Remédier au déficit de financement des infrastructures

À l’occasion de l’Africa Investment Forum, une dizaine de banques de développement tentent de faire aboutir une soixantaine de projets. Et de progresser sur un point : leur lenteur dans le traitement des dossiers.
 
Energie: Quand la Rdc compte se doter des centrales hydroelectriques à petites echelles dans les mileux ruraux

La RDC compte se doter des centrales hydroélectriques à petite échelle qui seront construites dans les milieux ruraux grâce au projet MCH (Mini et micro centrales hydroélectriques) lancé par le gouvernement avec l’appui de ses partenaires multilat
 
RDC : Quand le PNUD présente sa nouvelle approche de l’aide au développement

Etabli en RDC depuis 1976, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre à un ... e PNUD est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement. Présent dans 9 provinces de la RDC, ...
 
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?

Kinshasa a abrité du 2 au 4 avril 2018 une Table Ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et de la réduction de la dépendance des importations où les participants ont réfléchi sur les politiques et stratégies à mettre en plac
 
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !

Ce plan est axé sur l’industrialisation des secteurs de base, le développement agricole et l’amélioration de la productivité du secteur minier et industriel. Il prévoit également la création des zones économiques industrielles qui permettront
 
RDC : le taux de déforestation annuel augmente de 0,81% entre 2000 et 2014

 
RDC/ Banque centrale: un excédent de plus de 13 millions USD en novembre

 
RDC : Adoption du projet de loi des finances exercice 2018 à l’Assemblée nationale

 
La RDC signe un accord avec la société Wapcos pour le transport de l’électricité produite à Kokobola

 
Dépréciation accélérée du Franc congolais

Depuis un an déjà, la monnaie de la République démocratique du Congo, le franc congolais perd sans arrêt des points face au dollar. On en est déjà à 30% de perdu dans le rapport. Malgré toutes les mesures des autorités, la dépréciation semble
 
BGFI Bank : la triche bénie en RDC

 
Le Rassemblement opte pour une solution apaisée à la crise politique congolaise

Le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement salue la mission de bons offices qu’a entreprise la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) visant à harmoniser les positions des uns aux autres.
 
La Banque centrale veut stopper la dépréciation du Franc congolais

La chute du franc congolais se précise. Stabilisé depuis plus de 7 ans autour de 900 francs par rapport au dollar, sa dépréciation depuis peu est telle qu'il a franchi en moins de 3 mois la barre des 1200FC au marché parallèle.
 
Le gouvernement démonte la Gécamines sur la transaction entre Freeport et China Molybdenum

 
La RDC et la Tanzanie signent un MoU pour explorer et développer en commun les hydrocarbures du lac Tanganyika

Mardi 6 octobre 2916, à Dar es Salaam, la RD Congo et la Tanzanie ont signé un mémorandum d’entente pour l’exploitation et le développement en commun des hydrocarbures contenus dans le lac Tanganyika, qui chevauche la RDC, la Tanzanie, la Zambie e
 
La SNCC a réceptionné 18 locomotives neuves pour se relancer

Les dix-huit locomotives neuves commandées pour la SNCC dans le cadre du Projet de transport multimodal (PTM) ont été officiellement présentées ce lundi 27 juillet à Lubumbashi au cours d’une cérémonie diffusée en direct à la télévision nati
 
La France et la Chine s’allient pour mieux conquérir l’Afrique et l’Asie

Le Premier ministre, Manuel Valls et son homologue chinois, Li Keqiang ont signé mardi une déclaration sur les partenariats sur les marchés tiers dans laquelle les deux pays s’engagent à conquérir ensemble des marchés en Afrique et en Asie.
 
Autour de la dissolution et liquidation des LAC: Les sénateurs s’interrogent sur la viabilité de Congo Airways

A la suite d’une question orale avec débat du sénateur Flore Musendu, la ministre du Portefeuille a éclairé la lanterne des sénateurs sur plusieurs questions, notamment celles de savoir la situation exacte actuelle de la compagnie nationale LAC du
 
RDC: reprise du trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi

Le trafic ferroviaire a repris, jeudi 2 juillet, entre les villes de Kinshasa et Matadi (Bas-Congo), après environ 10 ans d’interruption. Le premier train qui a de nouveau relié ces deux villes du pays avait à son bord de nombreuses autorités du pay
 
Le forum économique RD Congo-Allemagne, Opération : séduire les investisseurs

Après avoir eu lieu en février dernier à Kinshasa, la ville de Berlin accueillera, du 8 au 11 juin 2015, la deuxième édition du forum économique RD Congo-Allemagne dont le principal est « environnement des Affaires et opportunités d’investisseme
 
RDC : Mener une action concertée pour stopper le commerce illicite des ressources naturelles

Le chef de la MONUSCO Martin Kobler, et Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), appellent à « une utilisation rationnelle et modérée des ressources naturelles » en RD Congo. Ils l’ont fait sav
 
Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

 
RDC: le gouverneur du Katanga invite les miniers à investir "encore plus"

 
RDC: Greenpeace dénonce le «chaos organisé» dans le secteur du bois Par RFI media Greenpeace dénonce la déforestation incontrôlée en RDC Greenpeace/DR Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est t

Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est toujours en train de se reconstruire après des décennies de guerre, est particulièrement peu réglementé. Selon l’ONG Transparency International, en 2014,
 
Le FMI appelle à de gros efforts en RDC

Le Fonds monétaire international (FMI) est « impressionné » par les progrès réalisés par la République démocratique du Congo mais estime que Kinshasa à encore de gros efforts à fournir pour « maintenir la stabilité économique » et « lutter
 
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

 
Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives
 
RDC : Mise en place d’une nouvelle procédure de l’import-export

Le commerce transfrontalier entre Kinshasa et Brazzaville, à la gare fluviale de Kinshasa, est dés
 
RDC : Gestion déséquilibrée du budget de l’Etat 2013

Réunis en assemblée plénière jeudi 2 octobre au Palais du peuple à Kinshasa, les députés nat
 
RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

 
Détournements d’importantes sommes d’argent à la BIAC

 
Exploitation sauvage des forêts en RDC

Les forêts congolaises continuent de faire l’objet d’une exploitation sauvage. On en veut pour
 
La redevance minière ne contribue pas significativement aux recettes de l’Etat

« La redevance minière, qui est le deuxième plus grand flux ou deuxième plus grand acte généra