Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Généraux accusés d'exactions : Bras de fer entre l'ONU et le gouvernement de RDC

L'ONU "a mis fin" à son soutien à l'armée congolaise en vue d'une offensive contre des rebelles hutu rwandais dans l'est de la République démocratique du Congo après que Kinshasa a dépassé la date limite pour remplacer deux généraux controversés, a indiqué samedi un haut responsable de l'ONU.

"Le délai de deux semaines initialement donné" pour écarter ces généraux accusés d'exactions par l'ONU "a expiré" et la Monusco (Mission de l'ONU en RDC) "a effectivement mis fin à son soutien aux FARDC" (forces gouvernementales), a expliqué ce responsable sous couvert d'anonymat.

"L'étape suivante, a-t-il ajouté, est l'envoi de lettres formelles aux autorités congolaises compétentes concernant la fin du soutien aux FARDC pour ces opérations anti-FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), ce qui sera fait à la fin de la semaine".

Les autorités congolaises "auront alors le temps de se conformer aux règles" de l'ONU, a-t-il conclu, laissant ainsi ouverte la possibilité d'un revirement de Kinshasa.

Il s'agit d'une nouvelle étape d'un bras de fer entre l'ONU et le gouvernement congolais autour d'une l'offensive annoncée par Kinshasa contre les rebelles rwandais mais qui n'a pas véritablement commencé sur le terrain.

Le gouvernement a laissé passer la date limite du 13 février fixée par l'ONU pour remplacer deux généraux appelés à jouer un rôle clef dans cette offensive. Or, l'ONU accuse ces deux officiers d'avoir commis des violations des droits de l'homme et les règles onusiennes interdisent aux Casques bleus de fournir de l'aide à des unités militaires dans ces conditions.

La Monusco fournit des rations et du carburant aux forces congolaises et en cas d'offensive, elle aurait pu aussi les appuyer avec des hélicoptères et des drones notamment.

Mercredi, un porte-parole de la Monusco avait seulement indiqué que l'ONU "faisait une pause" dans son soutien en attendant le remplacement des deux généraux mais le gouvernement congolais a opposé jeudi une fin de non recevoir à cet ultimatum.

Kinshasa a expliqué que pour les écarter il faudrait que les généraux Bruno Mandevu et Sikabwe Fall aient fait "l'objet d'une condamnation" par la justice militaire, ce qui n'est pas le cas.

Le 29 janvier, l'armée congolaise avait annoncé qu'elle allait lancer seule l'offensive, la Monusco se contentant de promettre un soutien logistique et stratégique.

Plusieurs chefs des FDLR sont accusés d'avoir participé au génocide de 1994 contre les Tutsi au Rwanda. Les membres les plus anciens de cette milice sont présents depuis 1994 en RDC, où elle est accusée de commettre des atrocités (meurtres, viols. . . ) et des pillages.

== // ==

La RDC s’affranchit du soutien Onusien

Le Chef de l’Etat a réuni, dimanche dernier au Palais de la Nation, un parterre d’Ambassadeurs, ceux des principaux partenaires de la RDC. Etait également présent au Palais de la Nation, ce dimanche, Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en RDC. Le seul point à l’ordre du jour de cette importante rencontre a été l’annonce du renoncement, par la RDC, du soutien de la Monusco dans les opérations de désarmement des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). Quoique spectaculaire, ce renoncement n’a pas étonné les observateurs de la politique congolaise.

Après une élastique mise en demeure, en effet, poussant les membres des FDLR au désarmement volontaire, le Gouvernement de la RDC avait décidé de passer à l’acte, au début de cette année, en annonçant le démarrage effectif des opérations militaires. Ce désarmement étant inscrit dans le mandat de la Monusco, il était donc logiquement prévu que celle-ci accompagne les FARDC dans ces opérations.

C’est en ce moment que la Monusco avait posé comme préalable la mise à l’écart des deux officiers supérieurs que la RDC avait désignés au commandement de cette force. La Monusco avait donc menacé de retirer son appui aux opérations du désarmement des FDLR tant que les officiers en question ne seraient pas écartés de ce commandement. La réaction de la RDC était donc attendue.

Mais l’étonnement était grand du côté de Kinshasa où, aux dires de Lambert Mende Omalanga, Porte-parole du Gouvernement, rien n’est reproché aux deux généraux. Car tout comme le Gouvernement de la République, le Président Kabila n’avait préalablement reçu aucune information relative au dossier des deux officiers des FARDC auxquels la Monusco reprocherait des choses.

De toute façon, a tenu à préciser le Président de la République, même s’il avait été informé, la dernière décision quant à cette affaire lui appartenait.

Il y a vraiment à se demander comment la première autorité du pays avait été mise à l’écart de cette information primordiale. Cherchait-on à la piéger ou à la mettre devant un fait accompli ?

Joseph Kabila n’y est donc pas allé par le dos de la cuiller dans ce dossier. Toujours selon Lambert Mende, qui faisait donc un compte rendu de ladite rencontre, le Chef de l’Etat a rappelé à ses interlocuteurs la souveraineté de la RDC. Joseph Kabila a également rappelé aux ambassadeurs que nul n’a le droit, de l’extérieur, d’édicter le positionnement des officiers dans les tâches que le commandement ou le Gouvernement entend leur affecter.

L’occasion faisant le larron, le Ministre de la Communication et des Médias a ajouté que le Président Kabila n’a pas manqué de rappeler, dans sa communication de dimanche aux ambassadeurs, que même pour ce qui était des opérations contre le M23 et les ADF-NALU, la Monusco avait toujours rejoint les Forces armées de la RDC qui commençaient toujours seules les opérations. Il n’y a donc rien de nouveau par rapport à la situation présente.

Profitant de l’occasion qui lui était ainsi offerte, le Chef de l’Etat a fustigé le comportement général de certains membres du corps diplomatique accrédités en RDC, comportement qui, visiblement, s’affranchit des règles et principes édictés par les différentes conventions internationales.

En maître des céans, il a rappelé à leur intention un certain nombre de principes régissant les relations entre Etats et qui font qu’il y a un devoir de respect envers les institutions et l’Etat auprès duquel on est accrédité. Ce devoir, donc, n’est plus respecté, au regard des déclarations auxquelles se livrent certains diplomates.

Enfin, le Président a rappelé que son pays, la RDC, n’est pas un pays conquis, et moins encore sous tutelle des Nations-Unies ou de qui que ce soit. La RDC n’est pas non plus à comparer à d’autres Etats comme la Somalie. La RDC est dotée d’institutions qui fonctionnent, et qui méritent donc d’être respectées. De même, il y a une exigence de réserve face à des débats politiques internes, qui concernent les Congolais. Il y a donc, de la part des corps diplomatiques, un minimum de respect scrupuleux de ces principes élémentaires.

Pour revenir aux opérations de désarmement des FDLR, elles ont déjà bel et bien démarré. Mais, comme chacun le sait, les opérations militaires n’ont pas que les tirs de coups de feu comme action.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
Banques de développement: Remédier au déficit de financement des infrastructures

À l’occasion de l’Africa Investment Forum, une dizaine de banques de développement tentent de faire aboutir une soixantaine de projets. Et de progresser sur un point : leur lenteur dans le traitement des dossiers.
 
Energie: Quand la Rdc compte se doter des centrales hydroelectriques à petites echelles dans les mileux ruraux

La RDC compte se doter des centrales hydroélectriques à petite échelle qui seront construites dans les milieux ruraux grâce au projet MCH (Mini et micro centrales hydroélectriques) lancé par le gouvernement avec l’appui de ses partenaires multilat
 
RDC : Quand le PNUD présente sa nouvelle approche de l’aide au développement

Etabli en RDC depuis 1976, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) œuvre à un ... e PNUD est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement. Présent dans 9 provinces de la RDC, ...
 
Rdc: Quid de la Table Ronde sur les exportations?

Kinshasa a abrité du 2 au 4 avril 2018 une Table Ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et de la réduction de la dépendance des importations où les participants ont réfléchi sur les politiques et stratégies à mettre en plac
 
RDC : élaboration du Plan national stratégique de développement 2018-2022 !

Ce plan est axé sur l’industrialisation des secteurs de base, le développement agricole et l’amélioration de la productivité du secteur minier et industriel. Il prévoit également la création des zones économiques industrielles qui permettront
 
RDC : le taux de déforestation annuel augmente de 0,81% entre 2000 et 2014

 
RDC/ Banque centrale: un excédent de plus de 13 millions USD en novembre

 
RDC : Adoption du projet de loi des finances exercice 2018 à l’Assemblée nationale

 
La RDC signe un accord avec la société Wapcos pour le transport de l’électricité produite à Kokobola

 
Dépréciation accélérée du Franc congolais

Depuis un an déjà, la monnaie de la République démocratique du Congo, le franc congolais perd sans arrêt des points face au dollar. On en est déjà à 30% de perdu dans le rapport. Malgré toutes les mesures des autorités, la dépréciation semble
 
BGFI Bank : la triche bénie en RDC

 
Le Rassemblement opte pour une solution apaisée à la crise politique congolaise

Le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement salue la mission de bons offices qu’a entreprise la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) visant à harmoniser les positions des uns aux autres.
 
La Banque centrale veut stopper la dépréciation du Franc congolais

La chute du franc congolais se précise. Stabilisé depuis plus de 7 ans autour de 900 francs par rapport au dollar, sa dépréciation depuis peu est telle qu'il a franchi en moins de 3 mois la barre des 1200FC au marché parallèle.
 
Le gouvernement démonte la Gécamines sur la transaction entre Freeport et China Molybdenum

 
La RDC et la Tanzanie signent un MoU pour explorer et développer en commun les hydrocarbures du lac Tanganyika

Mardi 6 octobre 2916, à Dar es Salaam, la RD Congo et la Tanzanie ont signé un mémorandum d’entente pour l’exploitation et le développement en commun des hydrocarbures contenus dans le lac Tanganyika, qui chevauche la RDC, la Tanzanie, la Zambie e
 
La SNCC a réceptionné 18 locomotives neuves pour se relancer

Les dix-huit locomotives neuves commandées pour la SNCC dans le cadre du Projet de transport multimodal (PTM) ont été officiellement présentées ce lundi 27 juillet à Lubumbashi au cours d’une cérémonie diffusée en direct à la télévision nati
 
La France et la Chine s’allient pour mieux conquérir l’Afrique et l’Asie

Le Premier ministre, Manuel Valls et son homologue chinois, Li Keqiang ont signé mardi une déclaration sur les partenariats sur les marchés tiers dans laquelle les deux pays s’engagent à conquérir ensemble des marchés en Afrique et en Asie.
 
Autour de la dissolution et liquidation des LAC: Les sénateurs s’interrogent sur la viabilité de Congo Airways

A la suite d’une question orale avec débat du sénateur Flore Musendu, la ministre du Portefeuille a éclairé la lanterne des sénateurs sur plusieurs questions, notamment celles de savoir la situation exacte actuelle de la compagnie nationale LAC du
 
RDC: reprise du trafic ferroviaire entre Kinshasa et Matadi

Le trafic ferroviaire a repris, jeudi 2 juillet, entre les villes de Kinshasa et Matadi (Bas-Congo), après environ 10 ans d’interruption. Le premier train qui a de nouveau relié ces deux villes du pays avait à son bord de nombreuses autorités du pay
 
Le forum économique RD Congo-Allemagne, Opération : séduire les investisseurs

Après avoir eu lieu en février dernier à Kinshasa, la ville de Berlin accueillera, du 8 au 11 juin 2015, la deuxième édition du forum économique RD Congo-Allemagne dont le principal est « environnement des Affaires et opportunités d’investisseme
 
RDC : Mener une action concertée pour stopper le commerce illicite des ressources naturelles

Le chef de la MONUSCO Martin Kobler, et Achim Steiner, directeur exécutif du Programme des Nations-Unies pour l'environnement (PNUE), appellent à « une utilisation rationnelle et modérée des ressources naturelles » en RD Congo. Ils l’ont fait sav
 
Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

 
RDC: le gouverneur du Katanga invite les miniers à investir "encore plus"

 
RDC: Greenpeace dénonce le «chaos organisé» dans le secteur du bois Par RFI media Greenpeace dénonce la déforestation incontrôlée en RDC Greenpeace/DR Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est t

Selon l’organisation de défense de la nature Greenpeace, le secteur du bois en RDC, qui est toujours en train de se reconstruire après des décennies de guerre, est particulièrement peu réglementé. Selon l’ONG Transparency International, en 2014,
 
Le FMI appelle à de gros efforts en RDC

Le Fonds monétaire international (FMI) est « impressionné » par les progrès réalisés par la République démocratique du Congo mais estime que Kinshasa à encore de gros efforts à fournir pour « maintenir la stabilité économique » et « lutter
 
Le gouvernement ordonne le remplacement des responsables de la DGDA au Katanga

 
Bras de fer entre Orrick et la Banque mondiale autour d'Inga III

Le projet de barrage hydroélectrique Inga III en RD Congo est l'objet depuis quelques mois de vives
 
RDC : Mise en place d’une nouvelle procédure de l’import-export

Le commerce transfrontalier entre Kinshasa et Brazzaville, à la gare fluviale de Kinshasa, est dés
 
RDC : Gestion déséquilibrée du budget de l’Etat 2013

Réunis en assemblée plénière jeudi 2 octobre au Palais du peuple à Kinshasa, les députés nat
 
RD Congo : un budget 2015 plus ambitieux que celui du gouvernement

 
Détournements d’importantes sommes d’argent à la BIAC

 
Exploitation sauvage des forêts en RDC

Les forêts congolaises continuent de faire l’objet d’une exploitation sauvage. On en veut pour
 
La redevance minière ne contribue pas significativement aux recettes de l’Etat

« La redevance minière, qui est le deuxième plus grand flux ou deuxième plus grand acte généra