Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Généraux accusés d'exactions : Bras de fer entre l'ONU et le gouvernement de RDC

L'ONU "a mis fin" à son soutien à l'armée congolaise en vue d'une offensive contre des rebelles hutu rwandais dans l'est de la République démocratique du Congo après que Kinshasa a dépassé la date limite pour remplacer deux généraux controversés, a indiqué samedi un haut responsable de l'ONU.

"Le délai de deux semaines initialement donné" pour écarter ces généraux accusés d'exactions par l'ONU "a expiré" et la Monusco (Mission de l'ONU en RDC) "a effectivement mis fin à son soutien aux FARDC" (forces gouvernementales), a expliqué ce responsable sous couvert d'anonymat.

"L'étape suivante, a-t-il ajouté, est l'envoi de lettres formelles aux autorités congolaises compétentes concernant la fin du soutien aux FARDC pour ces opérations anti-FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), ce qui sera fait à la fin de la semaine".

Les autorités congolaises "auront alors le temps de se conformer aux règles" de l'ONU, a-t-il conclu, laissant ainsi ouverte la possibilité d'un revirement de Kinshasa.

Il s'agit d'une nouvelle étape d'un bras de fer entre l'ONU et le gouvernement congolais autour d'une l'offensive annoncée par Kinshasa contre les rebelles rwandais mais qui n'a pas véritablement commencé sur le terrain.

Le gouvernement a laissé passer la date limite du 13 février fixée par l'ONU pour remplacer deux généraux appelés à jouer un rôle clef dans cette offensive. Or, l'ONU accuse ces deux officiers d'avoir commis des violations des droits de l'homme et les règles onusiennes interdisent aux Casques bleus de fournir de l'aide à des unités militaires dans ces conditions.

La Monusco fournit des rations et du carburant aux forces congolaises et en cas d'offensive, elle aurait pu aussi les appuyer avec des hélicoptères et des drones notamment.

Mercredi, un porte-parole de la Monusco avait seulement indiqué que l'ONU "faisait une pause" dans son soutien en attendant le remplacement des deux généraux mais le gouvernement congolais a opposé jeudi une fin de non recevoir à cet ultimatum.

Kinshasa a expliqué que pour les écarter il faudrait que les généraux Bruno Mandevu et Sikabwe Fall aient fait "l'objet d'une condamnation" par la justice militaire, ce qui n'est pas le cas.

Le 29 janvier, l'armée congolaise avait annoncé qu'elle allait lancer seule l'offensive, la Monusco se contentant de promettre un soutien logistique et stratégique.

Plusieurs chefs des FDLR sont accusés d'avoir participé au génocide de 1994 contre les Tutsi au Rwanda. Les membres les plus anciens de cette milice sont présents depuis 1994 en RDC, où elle est accusée de commettre des atrocités (meurtres, viols. . . ) et des pillages.

== // ==

La RDC s’affranchit du soutien Onusien

Le Chef de l’Etat a réuni, dimanche dernier au Palais de la Nation, un parterre d’Ambassadeurs, ceux des principaux partenaires de la RDC. Etait également présent au Palais de la Nation, ce dimanche, Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en RDC. Le seul point à l’ordre du jour de cette importante rencontre a été l’annonce du renoncement, par la RDC, du soutien de la Monusco dans les opérations de désarmement des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). Quoique spectaculaire, ce renoncement n’a pas étonné les observateurs de la politique congolaise.

Après une élastique mise en demeure, en effet, poussant les membres des FDLR au désarmement volontaire, le Gouvernement de la RDC avait décidé de passer à l’acte, au début de cette année, en annonçant le démarrage effectif des opérations militaires. Ce désarmement étant inscrit dans le mandat de la Monusco, il était donc logiquement prévu que celle-ci accompagne les FARDC dans ces opérations.

C’est en ce moment que la Monusco avait posé comme préalable la mise à l’écart des deux officiers supérieurs que la RDC avait désignés au commandement de cette force. La Monusco avait donc menacé de retirer son appui aux opérations du désarmement des FDLR tant que les officiers en question ne seraient pas écartés de ce commandement. La réaction de la RDC était donc attendue.

Mais l’étonnement était grand du côté de Kinshasa où, aux dires de Lambert Mende Omalanga, Porte-parole du Gouvernement, rien n’est reproché aux deux généraux. Car tout comme le Gouvernement de la République, le Président Kabila n’avait préalablement reçu aucune information relative au dossier des deux officiers des FARDC auxquels la Monusco reprocherait des choses.

De toute façon, a tenu à préciser le Président de la République, même s’il avait été informé, la dernière décision quant à cette affaire lui appartenait.

Il y a vraiment à se demander comment la première autorité du pays avait été mise à l’écart de cette information primordiale. Cherchait-on à la piéger ou à la mettre devant un fait accompli ?

Joseph Kabila n’y est donc pas allé par le dos de la cuiller dans ce dossier. Toujours selon Lambert Mende, qui faisait donc un compte rendu de ladite rencontre, le Chef de l’Etat a rappelé à ses interlocuteurs la souveraineté de la RDC. Joseph Kabila a également rappelé aux ambassadeurs que nul n’a le droit, de l’extérieur, d’édicter le positionnement des officiers dans les tâches que le commandement ou le Gouvernement entend leur affecter.

L’occasion faisant le larron, le Ministre de la Communication et des Médias a ajouté que le Président Kabila n’a pas manqué de rappeler, dans sa communication de dimanche aux ambassadeurs, que même pour ce qui était des opérations contre le M23 et les ADF-NALU, la Monusco avait toujours rejoint les Forces armées de la RDC qui commençaient toujours seules les opérations. Il n’y a donc rien de nouveau par rapport à la situation présente.

Profitant de l’occasion qui lui était ainsi offerte, le Chef de l’Etat a fustigé le comportement général de certains membres du corps diplomatique accrédités en RDC, comportement qui, visiblement, s’affranchit des règles et principes édictés par les différentes conventions internationales.

En maître des céans, il a rappelé à leur intention un certain nombre de principes régissant les relations entre Etats et qui font qu’il y a un devoir de respect envers les institutions et l’Etat auprès duquel on est accrédité. Ce devoir, donc, n’est plus respecté, au regard des déclarations auxquelles se livrent certains diplomates.

Enfin, le Président a rappelé que son pays, la RDC, n’est pas un pays conquis, et moins encore sous tutelle des Nations-Unies ou de qui que ce soit. La RDC n’est pas non plus à comparer à d’autres Etats comme la Somalie. La RDC est dotée d’institutions qui fonctionnent, et qui méritent donc d’être respectées. De même, il y a une exigence de réserve face à des débats politiques internes, qui concernent les Congolais. Il y a donc, de la part des corps diplomatiques, un minimum de respect scrupuleux de ces principes élémentaires.

Pour revenir aux opérations de désarmement des FDLR, elles ont déjà bel et bien démarré. Mais, comme chacun le sait, les opérations militaires n’ont pas que les tirs de coups de feu comme action.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
La Fondation Pius MUABILU en action à KISENSO

Les élèves et écoliers de l'ITI DIZOLELE et l'EP TUTUMA dans la commune de KISENSO ont reçus plusieurs dons de la Fondation Pius MUABILU. Ces dons étaient composés des cahiers, livres ainsi que plusieurs matériels didactiques. Un bon nombres d'éco
 
1er octobre Journée international des personnes âgées. La fondation PIUS MUABILU passe à l'action

À l'occasion de la Journée internationale des personnes âgées, Cette journée qui est un moment unique et fraternel permettant de sensibiliser le grand public aux conditions de vie des personnes âgées qui souffrent de solitude, la Fondation Pius
 
UN VISIONNAIRE DU RENOUVEAU POLITIQUE EN RDC. Quid du leadership de l'honorable Pius MUABILU. Par Jean-Louis MUBIAY

L'honorable Pius MUABILU MBAYU MUKALA est connu au Congrès National Congolais "CNC"comme étant le PREMIER parmi les "justes", les " égaux " et les "travailleurs". Il prône toujours ce qui suit:
 
Enrôlement du Président National

Des milliers de ses camarades l'ont accompagné pour lui prouver la fidélité et l'attachement.
 
Agence des Zones Economiques Spéciales

L’Agence des Zones Economiques Spéciales (AZES) est un Etablissement public à caractère administratif et technique. Elle est dotée de la personnalité juridique et de l’autonomie financière. Placée sous la tutelle du Ministre ayant l’Industr
 
Magazine sur Mbongi/FLRC

 
CONTEXTE DE CREATION DE MBONGI / FLRC

L’Organisation Néerlandaise de Développement(SNV)/ RDC, en conformité avec sa stratégie globale dans le monde, est en train de développer un nouveau canal de distribution de services, intitulé « Facilité Locale pour le Renforcement des Capacité
 
Pius Muabilu et le CNC payent le minerval des élèves démunis du complexe « La cruche d’Or »

L’honorable Pius Mubilu Mbayu Mukala, président national du Congrès National Congolais est venu mardi 20 Octobre 2015 à la rescousse du complexe scolaire « La cruche d’Or », situé dans le quartier communément appelé « Grand monde » à Kingab
 
Joseph KABILA lance le vol inaugural de Congo Airways à l’aéroport international de N’djili

Le président de la république, Joseph KABILA KABANGE a officiellement lancé le vol inaugural de la nouvelle compagnie aérienne congolaise « Congo Airways ». Et ce, conformément à son discours sur l’Etat de la Nation prononcé le 15 Décembre 201
 
Marche de soutien au président de la République Joseph KABILA à Idiofa

La population du territoire d’Idiofa dans la nouvelle province du Kwilu dit non aux pêcheurs en eau trouble. Ils affirment être prêts à barrer la route aux politiciens opportunistes qui veulent jeter un désarroi au Pays en discréditant le chef de
 
DOUBLE CEREMONIE A KIMBANSEKE : IMPLANTATION ET INVESTITURE DU COMITE CELLULAIRE DE LA 25eme CELLULE DE BASE DU CNC

La moisson continue son bonhomme de chemin au Congrès National Congolais. Ce parti politique gagne du terrain du jour le jour tant à Kinshasa qu’à travers toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. Le dimanche 31 Août 2015, la part
 
FINALE DU TOURNOIS NGALIEMA BEFORWARD : LE RESTOFAM SACRE CHAMPION

Le tournoi de football Ngaliema Beforward s’est clôturé en beauté le samedi 05 Septembre 2015 à Kinshasa la capitale de la République Démocratique du Congo. Ce tournoi organisé en muni championnat dont le nom veut dire « Ngaliema va toujours d
 
DEPUTATION PROVINCIALE : LE CONGRES NATIONAL CONGOLAIS ALIGNE PLUS DE 400 CANDIDATS AUX ELECTIONS PROVINCIALES.

A la veille de chaque scrutin en République Démocratique du Congo des partis politiques dont on n’a jamais entendu parler font surface pour donner de la voix au sujet des enjeux qui pointent à l’horizon. Et c’est souvent ces même partis ou forma
 
BRIGITTE MUABILU ENCOURAGE LES FEMMES PAYSANNES POUR L’AUTO PRISE EN CHARGE.

Brigitte MUABILU membre du bureau politique du Congrès National Congolais a échangé le mardi 04 Aout 2015 avec les femmes de la section CNC dans la commune de Mont-Ngafula. Cette rencontre qui a eu lieu à Kinshasa au siège national du parti, avait po
 
VISITE AU SIEGE NATIONAL DU PRESIDENT DE LA FEDERATION DU KATANGA ANCIENNE CONFIGURATION ET DU PRESIDENT URBAIN CNC/LIKASI.

Gabriel MWAMB NZENG, président fédérale du Congrès National Congolais de l’ancienne province du Katanga et René BANZA, président urbain du même parti à Likasi, toujours dans ce qui était jadis la province du Katanga avant le démembrement des p
 
TÊTE-A-TÊTE BUREAU POLITIQUE ET FÉDÉRAUX DE L’EX-KATANGA ET KASAÏ OCCIDENTAL.

Le président national du congrès national congolais ne déroge jamais à ses principes dans la gestion efficace au quotidien de sa formation politique. L’homme reste toujours convaincu qu’il faut disposer permanemment assez du temps pour prêter ore
 
WINNIE MUABILU ASSISTE LES ORPHELINS

Winnie MUABILU, fille biologique du président national du Congrès National Congolais et membre du dit parti, est allé rendre visite aux orphelins encadrés dans deux orphelinats de la ville province de Kinshasa le mardi 21 Juillet 2015. Il s’agit de
 
LE CONGRES NATIONAL CONGOLAIS COMMEMORE LE 30 JUIN, FETE DE L’INDEPENDANCE

Le congrès National Congolais est une réalité vivante dans le Kongo Central. Le CNC est de plus en plus visible dans cette province de la RDC. Il suffit de voir la mobilisation dont ce parti a fait montre à Matadi en cette journée du 30 Juin 2015 po
 
CNC : AUDIENCE PIUS MUABILU ET PRESIDENT FEDERAL CNC/ PROVINCE

Le Congés National Congolais se dit déterminé à affronter les élections imminentes en RDC, mais aussi rafler plusieurs sièges. Voilà qui justifie la présence du président fédéral de la Province Orientale, Abraham BOLIKI au siège national de so
 
Répertoire téléphonique des Présidents Fédéraux/CNC

 
L’ASSOCIATION GENERATION MWABILU S’AFFILIE AU CNC.

Le Congrès National Congolais ne cesse d’attirer du monde. Une nouvelle association de jeunes s’est affiliée à l’idéologie du député national le camarade Pius Mwabilu Mbayo Mukala.
 
ADHESION DES CONGOLAIS DE L’ETRAGER AU CNC

Grâce au système informatique « Siasa-pro » les idéaux du Congrès National Congolais traversent de plus en plus les horizons. Cette façon de faire la politique de manière professionnelle, prouve à suffisance que le Congrès National Congolais est
 
08 MARS AU CNC

Cette année 2015 à l’occasion de la journée internationale de la femme célébrée chaque 08 Mars ; les femmes du Congrès National Congolais ont réfléchi autour de leur autonomisation et participation politique de la femme congolaise.
 
Les mamans maraîchères de KINDELE reçoivent les matériels aratoires.

 
La délégation du CNC participe à un Culte de l’Eglise KIMBANGUISTE à MADIMBA.

La délégation du CNC a participé à la célébration de l’accident qu’avait connu Papa DIALUNGANA.
 
Les maraîchères de MADIMBA reçoivent les matériels aratoires

Les maraîchères de Madimba ont reçu les matériels aratoires, don du CNC par le truchement d’Alexis TSHAMALA, Secrétaire national chargé de la mobilisation.
 
A propos du Congrès National congolais « CNC »

Le Congrès National congolais « CNC » en sigle est créé en date du 31 Mars 2011, conformément aux lois et règlements en vigueur en République Démocratique du Congo. Il est agréé par l’Arrêté Ministériel n°082/2011 du 29 Juin 2011.