Actualités : www.lappelafricain.com  / Politique
Généraux accusés d'exactions : Bras de fer entre l'ONU et le gouvernement de RDC

L'ONU "a mis fin" à son soutien à l'armée congolaise en vue d'une offensive contre des rebelles hutu rwandais dans l'est de la République démocratique du Congo après que Kinshasa a dépassé la date limite pour remplacer deux généraux controversés, a indiqué samedi un haut responsable de l'ONU.

"Le délai de deux semaines initialement donné" pour écarter ces généraux accusés d'exactions par l'ONU "a expiré" et la Monusco (Mission de l'ONU en RDC) "a effectivement mis fin à son soutien aux FARDC" (forces gouvernementales), a expliqué ce responsable sous couvert d'anonymat.

"L'étape suivante, a-t-il ajouté, est l'envoi de lettres formelles aux autorités congolaises compétentes concernant la fin du soutien aux FARDC pour ces opérations anti-FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), ce qui sera fait à la fin de la semaine".

Les autorités congolaises "auront alors le temps de se conformer aux règles" de l'ONU, a-t-il conclu, laissant ainsi ouverte la possibilité d'un revirement de Kinshasa.

Il s'agit d'une nouvelle étape d'un bras de fer entre l'ONU et le gouvernement congolais autour d'une l'offensive annoncée par Kinshasa contre les rebelles rwandais mais qui n'a pas véritablement commencé sur le terrain.

Le gouvernement a laissé passer la date limite du 13 février fixée par l'ONU pour remplacer deux généraux appelés à jouer un rôle clef dans cette offensive. Or, l'ONU accuse ces deux officiers d'avoir commis des violations des droits de l'homme et les règles onusiennes interdisent aux Casques bleus de fournir de l'aide à des unités militaires dans ces conditions.

La Monusco fournit des rations et du carburant aux forces congolaises et en cas d'offensive, elle aurait pu aussi les appuyer avec des hélicoptères et des drones notamment.

Mercredi, un porte-parole de la Monusco avait seulement indiqué que l'ONU "faisait une pause" dans son soutien en attendant le remplacement des deux généraux mais le gouvernement congolais a opposé jeudi une fin de non recevoir à cet ultimatum.

Kinshasa a expliqué que pour les écarter il faudrait que les généraux Bruno Mandevu et Sikabwe Fall aient fait "l'objet d'une condamnation" par la justice militaire, ce qui n'est pas le cas.

Le 29 janvier, l'armée congolaise avait annoncé qu'elle allait lancer seule l'offensive, la Monusco se contentant de promettre un soutien logistique et stratégique.

Plusieurs chefs des FDLR sont accusés d'avoir participé au génocide de 1994 contre les Tutsi au Rwanda. Les membres les plus anciens de cette milice sont présents depuis 1994 en RDC, où elle est accusée de commettre des atrocités (meurtres, viols. . . ) et des pillages.

== // ==

La RDC s’affranchit du soutien Onusien

Le Chef de l’Etat a réuni, dimanche dernier au Palais de la Nation, un parterre d’Ambassadeurs, ceux des principaux partenaires de la RDC. Etait également présent au Palais de la Nation, ce dimanche, Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations-Unies en RDC. Le seul point à l’ordre du jour de cette importante rencontre a été l’annonce du renoncement, par la RDC, du soutien de la Monusco dans les opérations de désarmement des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). Quoique spectaculaire, ce renoncement n’a pas étonné les observateurs de la politique congolaise.

Après une élastique mise en demeure, en effet, poussant les membres des FDLR au désarmement volontaire, le Gouvernement de la RDC avait décidé de passer à l’acte, au début de cette année, en annonçant le démarrage effectif des opérations militaires. Ce désarmement étant inscrit dans le mandat de la Monusco, il était donc logiquement prévu que celle-ci accompagne les FARDC dans ces opérations.

C’est en ce moment que la Monusco avait posé comme préalable la mise à l’écart des deux officiers supérieurs que la RDC avait désignés au commandement de cette force. La Monusco avait donc menacé de retirer son appui aux opérations du désarmement des FDLR tant que les officiers en question ne seraient pas écartés de ce commandement. La réaction de la RDC était donc attendue.

Mais l’étonnement était grand du côté de Kinshasa où, aux dires de Lambert Mende Omalanga, Porte-parole du Gouvernement, rien n’est reproché aux deux généraux. Car tout comme le Gouvernement de la République, le Président Kabila n’avait préalablement reçu aucune information relative au dossier des deux officiers des FARDC auxquels la Monusco reprocherait des choses.

De toute façon, a tenu à préciser le Président de la République, même s’il avait été informé, la dernière décision quant à cette affaire lui appartenait.

Il y a vraiment à se demander comment la première autorité du pays avait été mise à l’écart de cette information primordiale. Cherchait-on à la piéger ou à la mettre devant un fait accompli ?

Joseph Kabila n’y est donc pas allé par le dos de la cuiller dans ce dossier. Toujours selon Lambert Mende, qui faisait donc un compte rendu de ladite rencontre, le Chef de l’Etat a rappelé à ses interlocuteurs la souveraineté de la RDC. Joseph Kabila a également rappelé aux ambassadeurs que nul n’a le droit, de l’extérieur, d’édicter le positionnement des officiers dans les tâches que le commandement ou le Gouvernement entend leur affecter.

L’occasion faisant le larron, le Ministre de la Communication et des Médias a ajouté que le Président Kabila n’a pas manqué de rappeler, dans sa communication de dimanche aux ambassadeurs, que même pour ce qui était des opérations contre le M23 et les ADF-NALU, la Monusco avait toujours rejoint les Forces armées de la RDC qui commençaient toujours seules les opérations. Il n’y a donc rien de nouveau par rapport à la situation présente.

Profitant de l’occasion qui lui était ainsi offerte, le Chef de l’Etat a fustigé le comportement général de certains membres du corps diplomatique accrédités en RDC, comportement qui, visiblement, s’affranchit des règles et principes édictés par les différentes conventions internationales.

En maître des céans, il a rappelé à leur intention un certain nombre de principes régissant les relations entre Etats et qui font qu’il y a un devoir de respect envers les institutions et l’Etat auprès duquel on est accrédité. Ce devoir, donc, n’est plus respecté, au regard des déclarations auxquelles se livrent certains diplomates.

Enfin, le Président a rappelé que son pays, la RDC, n’est pas un pays conquis, et moins encore sous tutelle des Nations-Unies ou de qui que ce soit. La RDC n’est pas non plus à comparer à d’autres Etats comme la Somalie. La RDC est dotée d’institutions qui fonctionnent, et qui méritent donc d’être respectées. De même, il y a une exigence de réserve face à des débats politiques internes, qui concernent les Congolais. Il y a donc, de la part des corps diplomatiques, un minimum de respect scrupuleux de ces principes élémentaires.

Pour revenir aux opérations de désarmement des FDLR, elles ont déjà bel et bien démarré. Mais, comme chacun le sait, les opérations militaires n’ont pas que les tirs de coups de feu comme action.

Source : www.lappelafricain.com 
  Autres Articles dans la même catégorie
 
CAN 2019 : le dernier carré

C'est le fameux dernier carré ! La CAN 2019 a ses quatre demi-finalistes. Les quarts de finale de cette Coupe d'Afrique à 24 équipes se sont joués mercredi 10 et jeudi 11 juillet en Égypte, pays-organisateur. Trois de ces
 
CAN 2019: Le tableau des quarts de finale

Les affiches des quarts de finale sont toutes connues. Les 8 survivants, à savoir par ordre de qualification le Bénin, le Sénégal, le Nigeria, l'Afrique du Sud, Madagascar, l'Algérie, la Côte d'Ivoire et la Tunisie, savent ce qui les attend.
 
CAN 2019 : voici les dix stars à suivre

Le tour d’horizon des 10 stars africaines qui vont animer la phase finale de la 32ème Coupe d’Afrique des nations de football (21juin-19 juillet 2019) dont le coup d’envoi sera donné vendredi au Caire avec le match d’ouverture opposant l’Égyp
 
CAN 2019 : les numéros des dossards des Léopards dévoilés

 
Football : La RDC se maintient à la 5ème place en Afrique

Ce classement intervient cinq jours après le match des Léopards de la RDC contre le Burkina Faso et sept jours avant le démarrage de la 32ème Coupe d’Afrique des nations (CAN), vendredi
 
CAN-Egypte 2019 : liste définitive des Léopards retenus

La RDC prépare la CAN- Egypte 2019 depuis le 1er a Marbella. En Egypte, elle jouera le 22 juin contre l’Ouganda, puis le 26 juin contre l’Egypte et le 30 juin contre le Zimbabwe
 
CAN-Egypte 2019 : voici les 32 présélectionnés

Au cours de ce stage, deux rencontres amicales sont prévues : contre le Burkina Faso le 9 juin et contre le Kenya, le 15 juin.
 
CAF/interclubs : l’Afrique du Nord dicte sa loi

Pour la première fois dans l'histoire de la Ligue des champions CAF, les deux demi-finales retour se sont soldées par deux matchs nuls 0-0. Deux résultats qui conviennent aux deux derniers vainqueurs de la compétition, l'ES Tunis et le Wydad Casablanc
 
Ligue des champions CAF: Les quatre derniers champions vont s'affronter

Quatre ans après, revoilà le Tout Puissant Mazembe en demi-finale de la Ligue des champions. En quarts de finale retour, samedi 13 avril, les Corbeaux sont venus à bout du Simba Sports Club (4-1). Victoire encore plus éclatante du Wydad Casablanca con
 
UJANA ATHLETIC CLUB : Une équipe – une école de foot – un centre d’encadrement et de recrutement des jeunes talents en plein capitale

Situé dans l’enceinte du stade Tata Raphael, le complexe sportif de football Ujana Athletic Club existe depuis 2000 au service de la jeunesse de Kinshasa en particulier, et de la RD Congo en général. Il est constitué d’une académie de football, c
 
UJANA ATHLETIC CLUB : Une équipe – une école de foot – un centre d’encadrement et de recrutement des jeunes talents en plein capitale

Situé dans l’enceinte du stade Tata Raphael, le complexe sportif de football Ujana Athletic Club existe depuis 2000 au service de la jeunesse de Kinshasa en particulier, et de la RD Congo en général. Il est constitué d’une académie de football, c
 
LDC: l'Entente de Setif atomisé par le TP Mazembe

Devant l’Entente Sportive Sétifienne, le TPM a fait plus qu’empocher les trois points. Au-delà du succès et de son ampleur, l’équipe a fait plus en montrant une vraie force de caractère et la montée en puissance du groupe. .
 
Classement-Fifa : la RDC toujours en 3e position en Afrique

Pas de changement pour la République démocratique du Congo (RDC) au classement mondial de football publié jeudi 15 mars par la Fifa. Le pays est toujours 3e sur le continent et 39e au monde.
 
CAF: tous les résultats des preliminaires de la C1

Exempté des préliminaires, le TPM connaîtra son adversaire des 16es le mercredi 21 février, à l’issue du retour entre Uniao Desportiva do Songo du Mozambique et Ngaya Club des grandes Iles des Comores. Les joueurs de l’UDS partent favoris.pour sa
 
CHAN 2018 : l'équipe type dévoilée

 
CHAN 2018: le dernier carré

Le Maroc, pays-hôte du CHAN-2018 affrontera la Libye en demi-finales, mercredi à Casablanca, alors que le Nigeria sera opposé au Soudan à Marrakech.
 
Le journaliste NZILA FANAN repose à jamais au cimetière la Nécropole

 
Transfert de Bakambu en Chine : Ibenge partagé entre satisfaction et regret

Le transfert de l'international rd-congolais, Cédric Bakambu au club chinois de Beijing Guoan, ne cesse de défrayer la chronique. Des voix fusent de partout pour commenter cette nouvelle. Le sélectionneur des léopards de la Rd-Congo, Jean-Florent Iben
 
CHAN 2018: la succession de l’équipe de la RDC est ouverte

La cinquième d’édition du Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2018) se déroule du 13 janvier au 4 février 2018 au Maroc. Le tenant du titre, l’équipe de la RD Congo, est absente du tournoi. La phase finale de ce CHAN 2018 s’annonce donc o
 
RDC/Football : Florent Ibenge prolonge sa mission à la tête des Léopards

 
Mondial des clubs: entrée en lice du représentant de l’Afrique

 
Mondial Russie 2018 : le verdict du tirage au sort

 
Coupe de la Confédération: doublé pour le TP Mazembe

 
Mondial 2017 : mission difficile pour la RDC

 
Constant Omari: « M.Blatter est le porte-voix des sans-voix »

Président de la Fédération congolaise de football (FECOFA) et membre africain du prochain comité exécutif de la FIFA, Constant Omari explique dans un entretien au Monde pourquoi il soutient Joseph Blatter, qui brigue aujourd’hui, à Zurich, un cinq
 
UN COMBAT D’ANTHOLOGIE ENTRE ALI ET FOREMAN

Le 31 octobre 1974 avait eu lieu à Kinshasa au stade du 20 mai (act. Stade Tata Raphaël), le super
 
CAN 2015 : Les Léopards (RDC) s'inclinent devant les Lions (Cameroun)

Les Lions indomptables du Cameroun entament de fort belle manière les éliminatoires de la Coupe d